GLUCIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Holosides

Diholosides

On désigne ainsi des glucides dérivant, théoriquement, de l'élimination d'une molécule d'eau entre deux oses sous forme cyclique. En nous limitant au cas où ces deux oses sont des aldohexoses, on prévoit un très grand nombre d'isomères, cent dans le cas le plus général. Toutefois, tous les diholosides naturels et la très grande majorité des diholosides synthétiques utilisent l'un au moins des hydroxyles hémiacétaliques (1) dans cette déshydratation.

La représentation des diholosides utilise le symbole <> ; de part et d'autre figurent les noms des oses générateurs, et, à l'intérieur, les numéros des hydroxyles utilisés dans l'anhydrisation. Le corps représenté par la formule est le D-galactopyrannose-β<14>D-glucopyrannose-α.

Il existe deux types fondamentaux de diholosides : les diholosides <1-1> appelés aussi osido-osides (ou diholosides non réducteurs) et les diholosides <1-n> ou <n-1> (n = 2, 3, 4 ou 6) appelés aussi osido-oses ou diholosides réducteurs.

En effet, les premiers ne renferment que des fonctions alcool et une fonction double acétal, ne s'ouvrant pas en milieu alcalin. Ils ne réduisent pas le nitrate d'argent ammoniacal et la liqueur de Fehling, alors que les seconds possèdent une fonction hémiacétal libre, donc réductrice.

La structure des diholosides s'établit ainsi : l'hydrolyse fournit deux oses ; dans le cas des diholosides non-réducteurs, une seule ambiguïté subsiste en ce qui concerne la structure des carbones intéressés par la déshydratation : αα′, αβ′, βα′ ou ββ′. L'additivité approchée des pouvoirs rotatoires permet de lever cette ambiguïté.

En ce qui concerne les diholosides réducteurs, on méthyle tous les hydroxyles libres, puis on hydrolyse le dérivé octométhylé. L'ose engagé en < 1 est libéré sous forme de tétra-méthyl-ose ; celui engagé en n > est libéré sous forme de tri-méthyl-ose ; l'étude de ce dernier fixe facilement la valeur de n.

Tous les diholosides sont hydrolysés par ébullition avec les acides dilués ; mais, dès [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Glucides : classification

Glucides : classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 1 à 4

Réactions 1 à 4
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Emil Fischer

Emil Fischer
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Polyholosides

Polyholosides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de biochimie à l'université de Toulouse-III
  • : professeur à la faculté des sciences de Paris, à l'École centrale des arts et manufactures de Paris et à l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses
  • : Manager, Pioneering Research Department, Weyerhaeuser Cy, Seattle, États-Unis
  • : regent's professor of chemistry, Ohio State University, États-Unis

Classification

Autres références

«  GLUCIDES  » est également traité dans :

ÉTUDE DES SUCRES ET DES PEPTIDES

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Élève d'Adolf von Baeyer, l'Allemand Emil Hermann Fischer (1852-1919) soutient à Strasbourg une thèse en partie consacrée à l'étude d'hydrazines, ce qui l'amène à étudier ultérieurement les sucres (glucides), à Würzburg, en 1888. Après avoir montré la structure aldéhydique du glucose, il synthétise, en 1901, des phénylhydrazones et osazones, com […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Classification et typologie

  • Écrit par 
  • Ambroise MARTIN
  •  • 4 565 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sucre et produits sucrés »  : […] Cette catégorie d'aliments inclut le sucre pur de cuisine (ou saccharose, chimiquement bien défini) et les produits dont l'ingrédient majoritaire est le sucre ou un analogue. La caractéristique organoleptique principale est donc le goût sucré. Chimiquement, ces sucres ont une structure simple. Ils sont donc rapidement absorbés et métabolisés, induisant une réponse de l'organisme rapide et import […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Évolution de la consommation

  • Écrit par 
  • Pierre COMBRIS
  •  • 4 308 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Croissance économique et changement alimentaire »  : […] Cette évolution profonde de la consommation alimentaire n'est pas spécifique à la France. Elle s'est produite dans tous les pays développés à des rythmes divers liés à la temporalité et aux aléas de la croissance économique. En Angleterre, par exemple, le début du processus est contemporain de la révolution industrielle. Dès la fin du xviii e  siècle, la structure de l'alimentation se transforme […] Lire la suite

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  • , Universalis
  •  • 3 481 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Rôle dans la néoglucogenèse et la cétogenèse »  : […] Les copules carbonées des aminoacides gluco-formateurs rejoignent le métabolisme glucidique et peuvent conduire au glucose puis au glycogène : cette formation de glycogène à partir des aminoacides entre dans le cadre de la néoglucogenèse qui est sous la dépendance des hormones gluco-corticostéroïdes. Un second groupe d'acides aminés comprenant leucine, isoleucine, phénylalanine, tyrosine est di […] Lire la suite

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Polyosides »  : […] Les polyosides (polysaccharides dans la terminologie anglo-saxonne) sont des polymères à structure ordonnée, constitués par des motifs monomériques et donc des épitopes identiques se répétant à des intervalles réguliers le long de la macromolécule. Les motifs constitutifs y sont des oses ou des osides (ou des dérivés de ces molécules). Les polyosides, dont la masse moléculaire peut atteindre pa […] Lire la suite

BERTRAND GABRIEL (1867-1962)

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 1 088 mots

Chimiste français, Gabriel Bertrand fut, sans doute, parmi les savants de son époque, celui dont les travaux ont, depuis Pasteur, exercé le plus d'influence dans les domaines les plus divers en raison de leurs incidences en chimie, en physiologie, en médecine, en hygiène et en agriculture. Distingué comme un remarquable chimiste par Frémy, Gabriel Bertrand s'inscrit à l'École supérieure de pharmac […] Lire la suite

BIOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 3 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Biochimie structurale »  : […] La biochimie structurale nous apprend aujourd'hui que les êtres vivants sont constitués de quatre grandes catégories de molécules : les protéines, les glucides, les lipides et les acides nucléiques. Les protéines , molécules de tailles très variables, sont formées de la combinaison de vingt molécules de petites tailles, les acides aminés : le premier isolé, l'asparagine, fut purifié dès 1906 par […] Lire la suite

CALVIN MELVIN (1911-1997)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 633 mots

Fils d'émigrés russes, né le 8 avril 1911 à Saint Paul (Minn.), le biochimiste américain Melvin Calvin est décédé à Berkeley (Calif.) le 8 janvier 1997. Après un doctorat obtenu en 1935, Calvin effectue un stage postdoctoral de deux ans en Grande-Bretagne à l'université de Manchester ; les recherches qu'il y effectue sur les métalloporphyrines l'amènent à s'intéresser à l'aspect électronique des p […] Lire la suite

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 239 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques botaniques et propriétés physiques des céréales »  : […] Le grain des céréales est indéhiscent, c'est-à-dire qu'il ne s'ouvre pas spontanément au moment de la maturité et demeure enfermé dans le tégument du fruit, nommé péricarpe, qui provient des cellules de l'ovaire de la plante mère. Le grain est dit nu lorsqu'il a perdu – naturellement ou à la suite d'opérations de battage (cas du blé, du maïs ou du seigle) – ses enveloppes ou glumelles – qui son […] Lire la suite

CHIMIE - La nomenclature chimique

  • Écrit par 
  • Nicole J. MOREAU
  •  • 5 112 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Nomenclature en chimie du vivant »  : […] C'est la nomenclature systématique, mais cette chimie est particulièrement riche en noms triviaux, puisqu'elle a suscité beaucoup d'intérêt avant que la nomenclature ne soit fixée. Le « livre blanc » de l'I.U.P.A.C. en donne tous les détails. Les sucres sont des polyalcools (polyols) oxydés. Leur nom se termine par le suffixe -ose , et on peut préciser -aldose ou -cétose selon que la fonction […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ASSELINEAU, Charles PRÉVOST, Fraidoun SHAFIZADEH, Melville Lawrence WOLFROM, « GLUCIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/