Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANTIGÈNES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Nature et classification chimique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nature et classification chimique

Dans son acception la plus générale, le terme antigène désigne toute espèce moléculaire d'origine biologique ou synthétique qui, au contact de cellules appropriées du système immunitaire d'un organisme animal donné, appelé hôte ou receveur, est reconnue par ces cellules et provoque un processus impliquant leur activation, connue sous le nom de réaction immunitaire, caractérisée par la synthèse d'effecteurs moléculaires libres ou associés à des cellules ayant la propriété de se combiner spécifiquement in vivo (dans l'organisme de l'hôte) ou in vitro avec l'antigène qui en a suscité la production.

Cette définition générale met en évidence deux facettes du concept d'antigène, l'une concernant l'induction de la réaction immunitaire et l'autre l'interaction de l'antigène avec les produits de cette réaction. Dans ce contexte, le terme immunogène, souvent utilisé comme synonyme d'antigène, concerne la première facette du concept d'antigène, lorsqu'on désire mettre l'accent sur l' immunogénicité de la molécule antigénique, c'est-à-dire sa capacité d'induire la réaction immunitaire spécifique de cette molécule. Il est important de souligner que la notion d'immunogénicité d'une molécule donnée est relative, car elle est toujours liée au receveur et dépend, notamment, de son génome, de son passé immunologique et de ses conditions physiologiques du moment.

Le concept d'antigène doit être complété par celui d' haptène (du grec haptein, « se fixer à »), proposé en 1921 par Karl Landsteiner. On qualifie par ce terme toute espèce moléculaire (essentiellement des substances organiques de faible masse moléculaire) qui, au contact du système immunitaire d'un individu, est incapable de susciter une réponse immunitaire mais qui, associée ou chimiquement couplée à une macromolécule, biologique ou synthétique, qui lui sert de porteur (carrier en anglais), pourra induire une telle réponse. L'ensemble molécule porteuse-haptène constitue un conjugué hapténique qui entre dans la catégorie des antigènes artificiels. Dans un tel conjugué, l'haptène et les atomes environnants du porteur constituent un site moléculaire antigénique (néoépitope), qui sera reconnu par les anticorps ou les récepteurs T spécifiques de ce déterminant hapténique. Il est important de noter que le concept d'haptène est relatif et dépend du receveur. Ainsi, le polyoside III du pneumocoque est immunogène chez l'homme et la souris, mais ne l'est pas chez le lapin ou le cobaye, chez lesquels une réponse immunitaire pourra être suscitée si l'on injecte le pneumocoque lui-même (servant de porteur naturel du polyoside) ou le polyoside purifié associé à une macromolécule porteuse. Il s'ensuit que, selon l'hôte, une molécule peut se comporter soit comme antigène, soit comme haptène.

La réaction immunitaire est l'expression fonctionnelle de la propriété fondamentale du système immunitaire de tout individu de réagir contre n'importe quel antigène exogène ou éventuellement endogène donc propre à l'hôte, et reconnu par ce système comme « étranger ». Les antigènes exogènes peuvent être allogéniques (issus d'individus de la même espèce animale) ou xénogéniques (provenant d'autres espèces animales, d'autres organismes biologiques ou de substances organiques de synthèse).

Paul Ehrlich - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Paul Ehrlich

Pendant la presque totalité du xxe siècle, la finalité (« raison d'être ») du système immunitaire (S.I.) a été perçue comme relevant d'une logique défensive contre tout agresseur antigénique dont le corollaire impliquait l'incapacité fondamentale de l'organisme de susciter une réaction immunitaire contre ses propres constituants antigéniques. Il s'agit, dans ce cas, du maintien d'un état de [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre titulaire de l'Académie nationale de pharmacie, professeur honoraire à l'Institut Pasteur, Paris, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., professeur à l'Institut Pasteur de Lille

Classification

Pour citer cet article

Joseph ALOUF. ANTIGÈNES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Nature et classification chimique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nature et classification chimique

Paul Ehrlich - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Paul Ehrlich

Antigènes TI et TD dans la réponse immunitaire humorale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Antigènes TI et TD dans la réponse immunitaire humorale

Autres références

  • ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

    • Écrit par , , et
    • 12 574 mots
    • 2 médias
    Selon les réactions induites, on dénomme antigènes ou allergènes les substances capables de provoquer une réponse immunologique dont le support biochimique est formé par des facteurs spécifiques appelés anticorps.
  • ANTICORPS MONOCLONAUX

    • Écrit par et
    • 2 137 mots

    Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes, dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont...

  • BOIVIN ANDRÉ (1895-1949)

    • Écrit par et
    • 589 mots

    Biochimiste et bactériologiste français qui fut l'un des meilleurs immunologistes de son temps. Né à Auxerre (Bourgogne), dans un milieu très modeste, il avait d'abord songé à être instituteur, mais les hasards de la Première Guerre mondiale, en faisant de lui un infirmier militaire dans un hôpital...

  • CANCER - Immunothérapie

    • Écrit par
    • 5 131 mots
    • 5 médias
    ...(protéines mutées principalement) à la surface des cellules cancéreuses. Précisément, l’instabilité génétique des tumeurs conduit à la production de tels néo-antigènes (molécules mutées, antigènes associés aux tumeurs), différents de ceux « normaux » du sujet, et de ce fait repérables par les lymphocytes...
  • Afficher les 38 références