FISCHER EMIL HERMANN (1852-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste allemand, prix Nobel de chimie en 1902, pour « ses travaux sur la synthèse des sucres et des purines ». Ce motif ne rend pas pleinement compte de l’exceptionnelle activité qui fut la sienne dans le domaine de la chimie organique, tant sur le plan de l’analyse que sur celui des principes et méthodes de synthèse logiquement ordonnées en fonction de la structure stérique de la molécule à construire.

Emil Fischer

Emil Fischer

Photographie

Le chimiste allemand Emil Fischer (1852-1919) obtint le prix Nobel de chimie en 1902 pour la synthèse de molécules organiques (sucres, acides aminés et peptides). Il a largement contribué à l'essor de la chimie thérapeutique en Allemagne. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Emil Hermann Fischer est né le 9 octobre 1852 à Euskirchen (Prusse). Il étudie à l'université de Bonn en 1871 où il reçoit l’enseignement du grand chimiste Friedrich A. Kekulé. L’année suivante, il est à l’université de Strasbourg, où il obtiendra un doctorat en 1874 pour un travail sur les phtaléines, famille de molécules bases de colorants. Après avoir occupé différents postes à Munich, Erlangen puis Wurtzbourg, il devient professeur de chimie à l'université de Berlin en 1892. Il y restera jusqu’à la fin de ses jours. Sous sa direction, le laboratoire de chimie de Berlin devient l'un des plus importants du monde et de nombreux et brillants collaborateurs le rejoignent. Fisher contribue notamment à la formation du chimiste français Ernest Fourneau, futur fondateur de la chimie thérapeutique en France. Au cours de la Première Guerre mondiale, il sera responsable de l'organisation de la production chimique en Allemagne.

Emil Fischer commence à travailler sur les purines en 1881. Il détermine la structure de l'acide urique, de la xanthine, de la caféine, de la théobromine et d'autres composés apparentés, et démontre que toutes ces substances sont dérivées d'une molécule unique, une base azotée qu'il nomme purine.

On retrouve le nom de Fischer associé à la caractérisation mais aussi à la synthèse de très nombreuses molécules organiques dérivées du vivant. Ainsi, en 1883, il entreprend des recherches sur la structure des sucres, qui se révéleront d'une importance capitale pour la chimie organique, sur les plans de l’analyse et de la synthèse organique. Comme il en existe de nombr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  FISCHER EMIL HERMANN (1852-1919)  » est également traité dans :

ENZYMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 12 668 mots
  •  • 10 médias

L' histoire des enzymes (et de leur science, l'enzymologie) ne remonte guère avant le début du xix e  siècle. Certes, on connaissait auparavant les modifications de substances organiques en présence d'extraits animaux ou végétaux, l'action des sucs digestifs sur les aliments ou sur la coagulation du lait, par exemple. Les fermentations étaient conn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes/#i_50894

ÉTUDE DES SUCRES ET DES PEPTIDES

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Élève d'Adolf von Baeyer, l'Allemand Emil Hermann Fischer (1852-1919) soutient à Strasbourg une thèse en partie consacrée à l'étude d'hydrazines, ce qui l'amène à étudier ultérieurement les sucres (glucides), à Würzburg, en 1888. Après avoir montré la structure aldéhydique du glucose, il synthétise, en 1901, des phénylhydrazones et osazones, compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etude-des-sucres-et-des-peptides/#i_50894

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Permutation entre CH2OH et CHO »  : […] L'aldohexose est oxydé en diacide et celui-ci est soumis à une réduction incomplète ; on aboutit en principe à un mélange de l'aldose de départ et de l'ose permuté ; c'est ainsi que la réduction de l'acide saccharique fournit, à côté de très peu de D-glucose, une forte majorité de L-gulose. La constitution des aldohexoses naturels étant : ces métho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucides/#i_50894

HAHN OTTO (1879-1968)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 402 mots
  •  • 4 médias

Chimiste allemand, lauréat du prix Nobel (1944) pour ses travaux sur la fission de l'uranium . Né à Francfort, il fait ses études universitaires à Marburg, puis à Munich, où il obtient son doctorat en 1901. Il deviendra le plus grand radiochimiste de l'Allemagne. Tôt attiré par la chimie des radioéléments, il se rend à Londres au laboratoire de Wil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-hahn/#i_50894

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 685 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La liaison peptidique »  : […] C'est en septembre 1902, au cours d'un congrès tenu à Karlsbach que deux chercheurs, Franz Hofmeister, professeur de pharmacologie à l'université de Prague, et Emil Fisher, directeur de l'Institut de chimie de l'université de Berlin, décrivent des résultats expérimentaux qui seront à l'origine du concept de liaison peptidique . Hofmeister fondait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_50894

VÉRONAL

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 215 mots

C'est, dit-on, le jour de la Sainte-Barbara que le chimiste allemand Adolf von Baeyer synthétisa, en 1864, la « malonylurée », plus tard dénommée « acide barbiturique », résultant de la condensation de l'acide malonique et de l'urée. Le chimiste aurait essayé la substance sur lui-même sans noter le moindre effet. D'autres dérivés furent donc recher […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veronal/#i_50894

XANTHINES

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE
  •  • 893 mots
  •  • 1 média

On groupe sous cette terminologie l'ensemble des trois bases puriques : caféine, théophylline et théobromine. La xanthine est un composé dérivé de la purine, dont Fischer a déterminé la structure. Elle comporte deux cycles accolés, l'un étant un cycle hexagonal, la pyridine, l'autre un cycle pentagonal, la glyoxaline ; elle renferme en plus deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xanthines/#i_50894

Pour citer l’article

« FISCHER EMIL HERMANN - (1852-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-hermann-fischer/