Jacques MÉRAND

licencié en philosophie

ALIDADE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Les Arabes désignaient ainsi le dioptre des Grecs. Cet instrument de visée, sans lentilles de verre, alors inconnues, est employé pour les mesures à distance (arpentage, astronomie). Inventé par Archimède (~ iiie s.), le dioptre se compose d'une règle, armée de deux pinnules, qui pivote dans le plan d'un cercl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alidade/#i_0

ARBALÈTE ou BÂTON DE JACOB, astronomie

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 151 mots

Apparue au xive siècle, l'arbalète (arbaleistrille, bâton de Jacob) est une règle portant, sur trois faces, des graduations relatives à trois marteaux (curseurs) de tailles différentes. Pour prendre la hauteur d'une étoile, on vise l'astre (observation directe) à la limite supérieure du marteau, celui-ci étant placé de telle sorte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbalete-baton-de-jacob/#i_0

ARMILLE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 343 mots

Attestée d'abord en Grèce (~ iie s.) puis en Chine (~ ier s.) et en Inde (ive s.), l'armille la plus simple se compose de deux anneaux concentriques, assemblés dans le même plan (armille solsticiale de Proclus, par exemple) ou perpendiculaires l'un à l'autre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armille/#i_0

ASTROLABE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 372 mots

Le « preneur d'étoiles » (astrolabos), en forme de disque, est la combinaison d'un instrument de mesure et d'un système de projection stéréographique. L'astrolabe-planisphère de Ptolémée (iie s.) présente une face graduée qui porte une alidade : suspendu verticalement, il permet de prendre la hauteur d'un astre. L'autre face reçoit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrolabe/#i_0

BELGRAND EUGÈNE (1810-1878)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 192 mots

Ingénieur hydrologue, Belgrand effectue à Avallon des travaux remarqués par Haussmann, alors préfet de l'Yonne. Ce dernier, nommé à Paris, se souviendra de Belgrand lorsqu'il faudra transformer l'équipement hydraulique de la capitale (1854). Les Parisiens ne consomment alors que les eaux de la Seine et de l'Ourcq, déjà insuffisantes et polluées. Deux aqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-belgrand/#i_0

BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 582 mots

Professeur à Boston, dans un institut de sourds-muets, Bell se consacre aux recherches acoustiques. La transmission électrique des sons, que C. G. Page avait révélée en Amérique (1837), est alors expérimentée par P. Reis, depuis 1860, en Allemagne. Mais l'appareil de Reis ne transmet, et très imparfaitement, que des sons musicaux. Bell établit la différence entre ces derniers et les vibrations com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-graham-bell/#i_0

BLÉRIOT LOUIS (1872-1936)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 358 mots

Ingénieur de Centrale, et d'abord fabricant de phares pour automobiles, Blériot fait construire par Gabriel Voisin un planeur biplan que Voisin lui-même expérimente sur la Seine (1905) ; on frise la catastrophe.Un projet d'aéroplane suscite une brève association, puis, reprenant sa liberté, Blériot s'installe pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-bleriot/#i_0

BRICK

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 75 mots

Apparuaprès 1750, le brick est un petit navire de guerre à voile, son importance étant désignée par le nombre de bouches à feu : brick de douze, de dix-huit canons... Gréé en voiles latines sur deux mâts, il peut devenir un voilier très fin, le brick-aviso, destiné aux missions rapides. Le brick de charge, également connu, sera remplacé vers la fin du xixe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brick/#i_0

CARTWRIGHT EDMUND (1743-1823)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 142 mots

Inventée par Watt en 1783, la machine rotative à vapeur devait trouver de multiples applications industrielles. L'inventeur anglais Cartwright, l'un des premiers, à partir de 1785, cherche à l'utiliser dans le tissage. Un mouvement continu, imposé au métier, assurera l'automatisme de certaines opérations : passage de la navette, tassement du peigne, progression de la chaîne. Cartwright construira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-cartwright/#i_0

CERF-VOLANT

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 184 mots

Attesté en Chine au début de l'ère chrétienne (iiie s.), le cerf-volant n'est pas moins connu en Europe : sur une céramique d'époque romaine (musée de Naples), une jeune femme retient, au bout d'une cordelette, un triangle allongé, forme évidente du cerf-volant. Ce petit appareil, dont l'ossature légère est recouverte d'étoffe ou de papier, se prolong […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerf-volant/#i_0

CHAR ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 857 mots

D'origine asiatique, le char est déjà figuré sur l'Étendard d'Ur (~ 2500 env.), mosaïque en coquilles de nacre, gravées et peintes, collées sur fond de bitume et cernées d'un pavage de lapis-lazuli. Les deux faces de ce petit panneau, consacrées à la guerre et à la paix, représentent des chars sumériens, composés d'une caisse montée sur quatre roues pleines et tirée par deux ân […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/char-antique/#i_0

CHARROI

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 680 mots

L'évolution du charroi, liée au progrès de la construction des véhicules, aux modalités de l'attelage et, surtout, au développement de l'infrastructure, est finalement très lente. Les transports fluviaux l'emportent généralement de beaucoup sur le roulage.On relèvera d'abord l'absence de tout charroi dans l'un des premiers foyers de civilisation, l'Amérique précolombienne, où les animaux de trait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charroi/#i_0

CHARRUE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 383 mots

À l'époque gréco-romaine, tous les éléments constitutifs de la charrue sont attestés, mais encore employés séparément. En Italie du Nord, dans le Tessin, l'avant-train est connu. En Europe non méditerranéenne, on utilise un araire à coutre. Il suffira donc de réunir, sur le traditionnel araire à soc, le coutre et l'avant-train pour confectionner une charrue : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charrue/#i_0

COLLIER D'ÉPAULE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 213 mots

Les premiers véhicules routiers connus comportaient un timon, l'attelage étant effectué par couple et celui du cheval assuré au moyen d'un collier souple rattaché à un joug de garrot. Plaqué sur la gorge au moindre effort de l'animal, ce collier gênait sa respiration. Le cheval ne pouvait donc tirer qu'une voiture légère, charrette ou char.Le véhicule à brancards, d'origine chinoise (vers ~ 500), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collier-d-epaule/#i_0

CORVETTE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 82 mots

Construite au xviie siècle, la corvette devrait son nom au corbita de la marine antique. De fines proportions, armée et gréée comme la frégate, mais ne dépassant pas une vingtaine de mètres, elle assure, dans l'escadre, des missions de reconnaissance, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corvette/#i_0

CUGNOT NICOLAS JOSEPH (1725-1804)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 395 mots

La première réalisation d'un véhicule terrestre à vapeur (un tracteur pour le transport des canons) revient à l'ingénieur militaire français Nicolas Joseph Cugnot, né à Void en Lorraine. Le projet ayant été approuvé par Choiseul et par le général d'artillerie Gribeauval, Cugnot exécute d'abord, en 1769, un petit fardier à trois roues, dont une roue avant motrice remplaçant le cheval. Devant celle- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-joseph-cugnot/#i_0

DAIMLER GOTTLIEB (1834-1900)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 345 mots

Ingénieur allemand, né à Schorndorf (Wurtemberg) et mort à Cannstatt (aujourd'hui Stuttgart-Bad Cannstatt), près de Stuttgart. D'abord ouvrier mécanicien, puis directeur des ateliers Otto, en Allemagne, Daimler est devenu un spécialiste du moteur. Dès 1875, il a pris un brevet pour un moteur fonctionnant au gaz ou au pétrole. En 1885, il construit un premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottlieb-daimler/#i_0

DIESEL RUDOLF (1858-1913)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 459 mots

Ingénieur allemand, né à Paris. Ingénieur frigoriste dans une entreprise parisienne de machines à glace, Diesel étudie le projet d'un moteur à ammoniac. Des circonstances particulières l'obligent à s'installer en Allemagne où, finalement, avec l'aide d'une société augsbourgeoise, la Maschinenfabrik Augsbourg, il concevra la moins onéreuse et la plus efficace d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-diesel/#i_0

DION ALBERT marquis de (1856-1946)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 328 mots

Industriel français, né à Nantes et mort à Paris. Après Bollée (1873), de Dion va créer, en association avec Bouton et Trépardoux, fabricants de jouets mécaniques, la deuxième entreprise française de véhicules à vapeur (1881). Une chaudière, due à Trépardoux, équipe d'abord un quadricycle (1883). En 1885, l'entreprise construit un tricycle à vapeur, puis un phaéton avec sa chaudière au milieu de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-dion/#i_0

DROMON

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 191 mots

Le dromon est, à peu de chose près, une réplique byzantine de la trière gréco-romaine ; Léon VI, empereur de Byzance au ixe siècle, décrit ce navire monté par cent rameurs (cinquante de chaque bord, sur deux étages). À la différence, néanmoins, de la trière, le dromon est gréé en voile latine, à un ou deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dromon/#i_0

EDISON THOMAS (1847-1931)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 570 mots

On prête quelque deux mille brevets à Edison, de formation autodidacte, mais étonnamment fertile en inventions les plus diverses, qui vont du microphone au télégraphe duplex, d'une nouvelle lampe à incandescence au kinétoscope annonçant le cinématographe. Pour l'essentiel, le phonographe lui assurait déjà la célébrité.Dans son laboratoire de Menlo-Park, à Orange (New Jersey), Edison s'intéresse au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-edison/#i_0

ÉTRIER

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Comme la domestication du cheval et le dressage du cheval de selle, l'étrier est d'origine asiatique ; mais il n'apparaît qu'à la fin du ~ Ier millénaire. Les Xiongnu (Hiong-nou) semblent l'avoir employé dès le ~ iiie siècle, peut-être même l'ont-ils introduit de Mongolie en Chine du Nord. Cependant, bien que l'armée chinoise so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etrier/#i_0

FARMAN HENRI (1874-1958)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 275 mots

Aviateur et industriel français, né et mort à Paris. Le premier avion de Farman est commandé, en 1907, aux frères Voisin, nouvellement installés à Billancourt : biplan avec moteur Antoinette et gouvernail de direction à l'arrière ; gouvernail de profondeur à l'avant, manœuvré par le pilote assis au bord de l'aile inférieure. Sur cet appareil, Farman exécutera le premier vol de 1 000 mètres, en cir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-farman/#i_0

FERRURE DE CHEVAL

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 347 mots

En Asie centrale, berceau de la domestication du cheval, au Moyen-Orient, en Égypte ou dans le monde gréco-romain, la ferrure à clous n'est pas attestée avant l'ère chrétienne : le vocabulaire, les représentations, les fouilles ne la révèlent nulle part. Les traités d'hippologie eux-mêmes, hittites ou assyr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferrure-de-cheval/#i_0

FLÛTE, navire

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 84 mots

Lourd bateau à voiles, d'origine hollandaise, destiné aux transports de marchandises. Étienne Cleirac mentionne la flûte dans ses Termes de marine (1634) et Colbert évoque les flûtes « à grand ventre », de 300 à 500 tonneaux, « navigués par peu d'hommes vers les Indes orientales ». Un bâtiment de guerre, transformé en navire de commerce, mais conservant une partie de ses bouche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flute-navire/#i_0

FORTIN JEAN NICOLAS (1750-1831)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 266 mots

Mécanicien français, né à Mouchy-la-Ville (Île-de-France) et mort à Paris. Après l'expérience du premier ballon à hydrogène (Charles, 1783), l'Académie des sciences se préoccupe des aérostats qui posent surtout deux problèmes : la production rationnelle du gaz et l'imperméabilité de l'enveloppe. Consulté parmi d'autres, Fortin étudiera les meilleurs procédés pour obtenir un tissu léger, solide et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-nicolas-fortin/#i_0

FRÉGATE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 168 mots

Le nom de ce navire léger est emprunté, selon Jal, à un bateau antique, l'aphractum. Il apparaît au xive siècle, dans une lettre de la reine Jeanne, comtesse de Provence, à Bertrand de Grasse (1362). De la famille des galères, la frégate est alors une chaloupe montée par douze rameurs. On lui demande d'éclairer la marche d'une esca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fregate/#i_0

FULTON ROBERT (1765-1815)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 477 mots

Mécanicien américain, né à Little Britain (aujourd'hui Fulton), en Pennsylvanie et mort à New York. Pour torpiller des navires de guerre anglais, deux Américains, Bushnell et Fulton, inventent, dans le dernier quart du xviiie siècle, les deux premiers submersibles capables de naviguer en plongée. Si l'unique expé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-fulton/#i_0

GALION

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 181 mots

Apparu au xve siècle, le galion tient de la nef et de la galère. Si le rapport entre la largeur et la longueur d'un vaisseau rond est de 1 à 3, il devient, sur le galion, de 1 à 4 ou 5 ; il est aussi long que la galère dont il conserve, par ailleurs, l'éperon à l'étrave. François Ier fait ainsi construire des « nefs-galères » ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galion/#i_0

GIRARD PHILIPPE DE (1775-1845)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 212 mots

Inventeur et industriel français, né à Lourmarin (Provence) et mort à Paris. En 1804, Napoléon lance un concours, doté d'un prix de un million, pour une machine qui permettrait de filer convenablement le lin, l'étirage mécanique ne parvenant pas encore à donner aux fibres la qualité requise. Philippe de Girard inventera cette machine, installée à Paris (1815 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-girard/#i_0

GOÉLETTE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 98 mots

Un voilier rapide, peu élevé sur l'eau, que les Américains appellent schooner (goéland), deviendra la goélette, ainsi désignée pour la première fois, en 1781, dans un glossaire nautique (dictionnaire de Saverien). Son gréement en voiles auriques à deux ou trois mâts, déterminé par les vents de la côte atlantique des États-Unis, confirme une origine américaine. Bateau de guerre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goelette/#i_0

GOUVERNAIL

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 453 mots

Si l'on met à part les subtilités des interprétations techniques, d'autant plus hasardeuses que les documents eux-mêmes ne sont pas toujours précis, le problème du gouvernail se ramène à une formulation très simple. Dès les origines de la navigation, la gouverne est assurée par une rame plus importante que les autres, système en usage jusqu'au xiie si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouvernail/#i_0

GUERICKE OTTO VON (1602-1686)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 479 mots

Physicien allemand, né à Magdeburg et mort à Hambourg. Otto de Guericke, bourgmestre de Magdeburg, se signale à l'attention du monde savant, peu après 1650, par ses expériences sur le vide et sur l'électricité, bien antérieures à celles de C. Huygens, de D. Papin et de C. F. Du Fay. Dès 1632, il cherche à établir le vide dans un récipient rempli d'eau et dont le liquide est ensuite évacué, mais le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-guericke/#i_0

JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 373 mots

Mécanicien français, né à Lyon et mort à Oullins (Rhône). À la fin du xviiie siècle, le tissage des étoffes brochées s'effectuait encore à la main. Les fils de chaîne, entre lesquels on passait les fils de trame polychromes du dessin, étaient soulevés par des « tireurs de lacs ». Tisserand comme son père, Joseph-Marie Jacquard recherche dès 1790 un mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-marie-jacquard/#i_0

LANTERNE, mécanique

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 111 mots

Décrivant le moulin à eau, Vitruve signale un engrenage de renvoi qui transmet à la meule inférieure le mouvement reçu de la roue à palettes. Un axe vertical, solidaire de la meule, porte un pignon cylindrique, formé de deux disques plus ou moins écartés l'un de l'autre mais reliés par des fuseaux. Tournant avec la roue hydraulique, une roue à chevilles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanterne-mecanique/#i_0

LEVAVASSEUR LÉON (1863-1922)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 147 mots

Ingénieur et artiste (école des Beaux-Arts), Levavasseur est l'un des pionniers de la construction aéronautique, avec les célèbres moteurs Antoinette — prénom de la fille de J. Gastambide, commanditaire de l'entreprise. Avant le moteur rotatif Gnome, les premiers avions français (Voisin, Blériot, Farman) sont propulsés par un moteur Antoinette. À Villotran, dans l'Oise, puis à Puteaux (pour la Soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-levavasseur/#i_0

LEVIER

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 204 mots

Si la théorie du levier n'est guère formulée avant Archimède (~ iiie s.), l'instrument lui-même est en usage depuis des temps immémoriaux. Le chadouf mésopotamien représente l'une des anciennes applications du levier, datée avec certitude (IIIe millénaire). Sur un montant vertical pivote […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levier/#i_0

LILIENTHAL OTTO (1848-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 265 mots

On doit à Otto Lilienthal, ingénieur allemand né à Anklam, les premières expériences rigoureuses sur le vol d'une machine de poids spécifique supérieur à celui de l'atmosphère et dépourvue de moteur. De 1890 à 1896, en Poméranie, au cours de quelque deux mille cinq cents glissades en planeur, il étudie les possibilités de sustentation des surfaces courbes, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-lilienthal/#i_0

MARCONI GUGLIELMO (1874-1937)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 510 mots

Physicien et inventeur italien né à Bologne et mort à Rome. Dans l'histoire de la télégraphie sans fil, Guglielmo Marconi intervient au moment où des découvertes fragmentaires mais capitales n'attendent plus que d'être combinées entre elles. L'oscillateur de Hertz (1888) et le tube à limaille de Branly assurent déjà, respectivement, l'émission et la détection des ondes électromagnétiques.Il reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guglielmo-marconi/#i_0

MONTGOLFIER JOSEPH (1740-1810) & ÉTIENNE (1745-1799)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 636 mots

Papetiers à Vidalon-lès-Annonay (leur ville natale), dans l'Ardèche et, en même temps, pionniers de l'aérostation. Dès 1782, ils expérimentent la force ascensionnelle d'un gaz moins lourd que l'air et enfermé dans une enveloppe, le poids de l'ensemble étant inférieur au poids du volume d'air déplacé. Dans un mémoire à l'académie de Lyon, Joseph Montgolfier décrit les essais effectués d'abord avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montgolfier-joseph-et-etienne/#i_0

MOUFLE, mécanique

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 108 mots

Chape contenant une ou plusieurs poulies, la moufle est décrite par Vitruve (ier s.) et par Héron d'Alexandrie (iiie s.). Elle est associée aux appareils de levage, dont le plus simple est le tripaste : chape supérieure fixe (deux poulies) à laquelle on suspend la moufle mobile (une poulie) qui retient le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moufle-mecanique/#i_0

MOULIN À EAU

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 546 mots

L'existence du moulin à eau est attestée, peu avant l'ère chrétienne, en Illyrie. Sa roue à palettes, en position horizontale dans le courant qui l'entraîne, est surmontée d'un axe vertical. Ce dernier, soumis à un mouvement de rotation, traverse une meule inférieure gisante et fait tourner la meule supérieure dont il est solidaire. Les Romains devaient adopter un moulin à eau dont le mécanisme, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moulin-a-eau/#i_0

MOULIN À VENT

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 271 mots

Connu au viie siècle sur les plateaux iraniens, le moulin à vent est alors une tour assez haute percée de meurtrières qui remplacent le bief : par ces ouvertures, le vent s'engouffre avec plus de violence, entraînant une roue à palettes, disposée horizontalement au sommet de la construction. L'axe vertical de cette roue est solidaire, au bas du moulin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moulin-a-vent/#i_0

NAVETTE VOLANTE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 133 mots

Le tisseur faisant autrefois passer la navette d'une main dans l'autre, c'était l'écartement de ses bras qui imposait sa largeur à l'étoffe ainsi confectionnée. La navette volante, au contraire, permettra de tisser sur grande largeur. Elle est inventée en 1733 par John Kay, fabricant de peignes pour le tissage. À droite et à gauche du métier sont disposés, sur glissières, deux taquets mobiles qui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navette-volante/#i_0

NEWCOMEN THOMAS (1663-1729)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 392 mots

Inventeur anglais né à Dartmouth et mort à Londres. Newcomen, forgeron dans sa ville natale, construit, en 1712, le premier moteur thermique d'une « pompe à feu ». Aux extrémités d'un balancier horizontal, soutenu en son centre par un pilier de maçonnerie, il suspend deux tiges : d'un côté, celle d'une pompe aspirante ; de l'autre, celle d'un piston coulissant dans un cylindre disposé au-dessus d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-newcomen/#i_0

NOBEL ALFRED (1833-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 843 mots

La poudre noire et le coton-poudre sont les seuls explosifs pratiquement employés, quand Ascanio Sobrero découvre en 1846, à Turin, la nitroglycérine (1846). L'action de l'acide azotique sur la glycérine, elle-même identifiée depuis 1779, a permis d'obtenir ce nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-nobel/#i_0

NUÑES PEDRO (1502-1578)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 108 mots

Mathématicien et cosmographe, le Portugais Pedro Nuñes invente la théorie du rumb, devenue la loxodromie au xviie siècle. Lorsqu'un navire suit le même rumb de vent, il décrit une courbe qui rencontre tous les méridiens sous un angle constant. Le long de cet arc de loxodromie, les positions du navire, en longitude et latitude, sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-nunes/#i_0

OTTO NIKOLAUS (1832-1891)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 366 mots

Ingénieur allemand né à Holzhausen et mort à Cologne. Tandis qu'Alphonse Beau de Rochas formule la théorie du cycle à quatre temps pour le moteur à explosion (1862), Nikolaus Otto construit en Allemagne, très empiriquement, un moteur du même genre. Mais à l'encontre de la théorie de Beau de Rochas, il ne prévoit pas de volume mort pour la phase de compression du gaz : il obtient ainsi une explosio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaus-otto/#i_0

PAPIN DENIS (1647-vers 1712)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 845 mots

Inventeur et physicien français né à Chitenay, près de Blois, et mort à Londres. Abandonnées depuis Héron d'Alexandrie (iiie s.), les recherches sur la vapeur sont reprises, au xviie siècle, après la découverte, toute récente, de la pression atmosphérique. Denis Papin, élève de Huygens, devra beaucoup, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-papin/#i_0

PASTEL, botanique

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 162 mots

La guède, ou pastel, est une plante tinctoriale (Isatis tinctoria L.) dont les feuilles, par fermentation, abandonnent une couleur bleue voisine de l'indigo. L'usage du pastel était déjà connu en Mésopotamie, en Égypte pharaonique et dans le monde gréco-romain.Cité sous le nom de guesde dans les chartes du xie siècle, le pastel dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastel-botanique/#i_0

PIXII NICOLAS CONSTANT (1776-1861)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 190 mots

Après la découverte des courants induits par Faraday, Pixii construit, pour Ampère, un appareil de laboratoire qui transforme l'énergie mécanique en énergie électrique : la magnéto-génératrice, couramment appelée magnéto (1832). Une bobine en fer à cheval (induit), sur laquelle on enroule un fil conducteur gainé de soie, est suspendue, branches vers le bas, entre deux montants. À sa rencontre se d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-constant-pixii/#i_0

POULSEN VALDEMAR (1869-1942)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 218 mots

Ingénieur danois, Poulsen a contribué à la réalisation du cinéma parlant et au développement de la télégraphie sans fil.À l'Exposition universelle de 1900, Louis Gaumont présente des « phonoscènes » avec un appareil de projection et un phonographe, synchronisés mécaniquement : le film est projeté en même temps q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valdemar-poulsen/#i_0

SABORD

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 115 mots

Le mot apparaît en 1402, dans La Conquête des Canaries de Jean de Béthencourt. Il désigne l'ouverture pratiquée dans la muraille d'un vaisseau, ce dispositif devant laisser passage à la volée d'un canon. Plus spécialement, on distingue le « sabord de chasse », situé à l'avant, pour l'attaque, et le « sabord de retraite », à l'arrière. Par extension, le « sabord de charge » est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabord/#i_0

SANTOS-DUMONT ALBERTO (1873-1932)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 327 mots

Aéronaute et aviateur brésilien né à Palmyra (aujourd'hui Santos-Dumont) et mort à São Paulo. Sans apporter de solution positive aux premières expériences aéronautiques, Alberto Santos-Dumont suscite à leur égard, par des démonstrations originales, une grande curiosité dans le public français. Brésilien d'origine et Parisien d'adoption, il construit, à partir de 1898, de nombreux dirigeables équip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-santos-dumont/#i_0

VOILE LATINE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 252 mots

Depuis les origines du navire mâté (Égypte, ~ 2700), on utilisait une voile dite carrée, en réalité rectangulaire. D'après Augustin Jal (Glossaire nautique, 1848), la voile latine, triangulaire, aurait pour ancêtre une petite voile de foc, déjà représentée sur un bas-relief de Perpignan (époque d'Auguste). Sa désignation, en tout cas, indique des origines précises : la voile la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voile-latine/#i_0

VOISIN GABRIEL (1880-1973) & CHARLES (1882-1912)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 369 mots

Ingénieur français, Gabriel Voisin (né à Belleville-sur-Saône et mort à Ozenay, Saône-et-Loire), exploite à Lyon, avec son frère Charles (né à Lyon et mort dans un accident d'automobile à Corselles dans le Rhône), un atelier de mécanique. En 1905, il expérimente, sur la Seine, à Paris, un planeur biplan construit pour Blériot : tiré par un canot automobile, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voisin-gabriel-et-charles/#i_0

WRIGHT WILBUR (1867-1912) & ORVILLE (1871-1948)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 524 mots

Précurseurs de l'aviation américaine, nés respectivement à Millville (Indiana) et à Dayton (Ohio). Fabricants de bicyclettes à Dayton, les deux frères Wilbur et Orville Wright s'intéressent aussi à l'aéronautique. Pour commencer ils expérimentent, jusqu'en 1903, des planeurs lancés sur les dunes de Kitty Hawk (Caroline du Nord) en tenant compte des travaux de l'Allemand Lilienthal. Dans le même te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wright-wilbur-et-orville/#i_0