ARAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'araire est un instrument de culture attelé léger qui complète les outils manuels (houe, bêche). Associé à un animal (bœuf, âne...), il permet la conquête de nouveaux espaces cultivés ainsi qu'une intensification de l'exploitation agricole. Dans sa forme la plus élémentaire, l'araire est composé d'une simple fourche en bois dont l'une des branches sert de perche d'attelage et l'autre, taillée en pointe, ouvre le sol. Dans les modèles plus élaborés, la partie active peut être en bois (durcie au feu), ou armée d'une lame en silex ou en fer. Contrairement à la charrue, l'araire égratigne le sol sans le retourner. Son passage répété permet de lutter contre les mauvaises herbes en déchaussant leurs racines, de préparer le sol avant les semailles – en l'aérant et en l'ameublissant – et de recouvrir les graines après les semis. Les traces de sillons fossiles les plus anciennes, attestant l'usage de l'araire, ont été repérées dans le Khuzistan, en basse Mésopotamie, et sont datées vers 5000 à 4500 avant J.-C. C'est au cours du IVe millénaire que l'usage de l'araire semble s'étendre au Proche-Orient, avant de gagner le pourtour méditerranéen et l'Europe où sa présence est attestée dès le début du IIIe millénaire par des traces de labours préhistoriques, fossilisées sous des tombes et datées, pour les plus anciennes (Danemark), aux alentours de 3000 avant J.-C.

—  Rose-Marie ARBOGAST

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARAIRE  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Le système méridional »  : […] Le paysage complexe des champs ouverts et irréguliers, que l'on retrouvait dans tout le midi de l'Europe, était caractérisé par la prédominance de champs grossièrement rectangulaires, jetés au hasard sur le finage du village, sans qu'aucun groupement organisé des parcelles fût discernable. Ici régnait l'assolement biennal, la jachère succédant chaque année aux céréales ; ce vieil et pauvre assole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/#i_16740

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 077 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cultures avec jachère et élevage associé de l'Antiquité »  : […] Sur les terres cultivées, les céréales d'hiver (blé, orge, seigle...), qui duraient environ neuf mois (de novembre à juillet), alternaient en général avec une friche herbeuse de quinze mois, la jachère, formant ainsi une rotation biennale. Pour renouveler la fertilité de ces terres, les animaux, pâturant le jour dans les zones herbeuses environnantes, étaient parqués toutes les nuits durant qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-histoire-des-agricultures-jusqu-au-xixe-siecle/#i_16740

CHARRUE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 381 mots

À l'époque gréco-romaine, tous les éléments constitutifs de la charrue sont attestés, mais encore employés séparément. En Italie du Nord, dans le Tessin, l'avant-train est connu. En Europe non méditerranéenne, on utilise un araire à coutre. Il suffira donc de réunir, sur le traditionnel araire à soc, le coutre et l'avant-train pour confectionner une charrue : celle-ci apparaît entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charrue/#i_16740

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 345 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les outils du paysan »  : […] Sur un territoire aussi vaste que l'Europe, il est possible qu'il ait existé, dès les débuts du Néolithique, des techniques agricoles diversifiées. Nos informations sont beaucoup trop lacunaires pour pouvoir les déceler. La transmission de l'agriculture céréalière à partir du sud−est du continent jusque sur ses terres les plus occidentales, en deux millénaires au maximum, laisse plutôt envisager l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-prehistoire-et-protohistoire/#i_16740

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le second âge du fer »  : […] Le second âge du fer, ou période de La Tène, est marqué en Gaule par d'importants bouleversements : les peuples celtiques continentaux se mettent de nouveau en marche afin de conquérir le reste du territoire gaulois et d'essaimer en Italie du Nord, en Europe centrale, dans les Balkans et jusqu'en Asie Mineure. La civilisation celtique se transforme profondément, prend un caractère national, s'éte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_16740

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bœuf et l'araire »  : […] Néanmoins, l'histoire des civilisations rurales n'est pas seulement, il s'en faut de beaucoup, constituée par une dialectique du maître et du serf. Un coup d'œil d'ensemble sur la stratigraphie temporelle de notre objet distingue immédiatement une autre innovation d'importance : c'est l'araire, machine à labourer, flanquée du bœuf de traction, sans lequel la technique aratoire est inconcevable. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_16740

Pour citer l’article

Rose-Marie ARBOGAST, « ARAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/araire/