GUERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les groupes humains, quelle que soit leur taille, se reconnaissent comme tels et affirment leur unité en se distinguant d'autres groupes. Il y a entre eux à la fois des affinités et des oppositions qui affectent leurs relations, dans la mesure où celles-ci ont une réalité, c'est-à-dire lorsque la proximité dans l'espace ou les moyens de communication les amènent à se poser les uns par rapport aux autres. Quand il s'agit de groupes qu'on peut considérer comme des totalités, par exemple au niveau des sociétés globales (tribus, nations, empires), les relations susceptibles d'exister entre eux peuvent, au-delà de toutes les nuances possibles, se classer en deux catégories, suivant qu'elles sont de l'ordre de la paix ou de celui de la guerre. Comment définir chacun de ces deux termes ? Quelles sont les causes et les conséquences et quels sont les divers aspects de la paix et de la guerre ? Ces problèmes comportent, certes, des éléments politiques, diplomatiques, militaires ; mais comme ils mettent toujours en cause des collectivités humaines, c'est à l'anthropologie et à la sociologie qu'il appartient d'en connaître au premier chef.

Peut-être y a-t-il toujours eu dans la vie sociale, et aujourd'hui plus que jamais, une inévitable succession de tensions et de périodes de relâchement. Alors, le cycle des guerres et des paix apparaîtrait comme un aspect de ce rythme essentiel. Une telle question s'approfondira si l'on remarque que les conflits sont en quelque sorte institutionnalisés dans la paix, puisque les nations entretiennent un appareil guerrier pour garantir la paix ou se préparer aux hostilités éventuelles, de même qu'inversement les guerres sont faites pour contraindre l'ennemi à accepter une certaine paix. Cette dialectique est-elle fatale ?

Premiers canons

Photographie : Premiers canons

Ville assiégée par l'armée du roi de France, au XIVe siècle. Dangereux pour leurs servants, lourds et peu efficaces, les canons de l'époque, appelés bombardes, sont avant tout des armes de siège. Enluminure tirée des Chroniques de Jean Froissart, rédigées entre 1370 et 1400. British... 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

Guerre et paix

L'intelligence réciproque de la guerre et de la paix

Les études proprement sociologiques consacrées à la paix sont en nombre extrêmement réduit, surtout si on les compare à toutes celles qui ont trait à la guerre. Il n'en faudrait pas conclure à une préférence marquée de la part des auteurs pour la situation la plus souvent décrite, ou à une infirmité des méthodes d'approche à l'égard de la paix, qui est, indiscutablement, la forme d'existence normale des sociétés, même si l'on admet que les guerres sont inévitables. Les travaux sur la vie sociale en général, sur les institutions, les coutumes, les mœurs portent ordinairement sur ce qui se passe en temps de paix, sans qu'on éprouve le besoin de le spécifier. C'est le cas par exemple pour la plupart des monographies consacrées à tel ou tel peuple. La pauvreté de la littérature sociologique sur l'état de paix n'est donc qu'une apparence. Par contre, quand on décrit la vie des sociétés dans la guerre, c'est-à-dire les transformations que celle-ci apporte à leur existence normale, la cause de ce changement est mise en évidence et se trouve étudiée en elle-même. D'autre part, de même que la psychopathologie fournit des points d'observation privilégiés qui enrichissent la psychologie normale, de même les sociologues ont intérêt à porter leur attention sur ce phénomène social qu'est la guerre : par le fait même qu'il est exceptionnel, il rend en effet perceptibles des mécanismes importants qui, dans la paix, passent inaperçus ou sont à l'état latent. Enfin, la guerre intensifie la fusion des individus au sein de la société et crée une sorte de paroxysme de l'emprise sociale.

Cependant, ici encore, on n'a affaire qu'à une apparence, car en révélant les unités sociales dans leur opposition la guerre renvoie à une explication qui doit être cherchée dans la paix, dans l'état social qui précède les hostilités. Quant aux relations sociales, elles n'arrivent au point de rupture que pour des raisons qu'il faut pressentir dans les conditions de la paix.

Le paradoxe de ces apparences et de ces réalités, qui font s'éclipser réciproquement la paix et la guerre, donne à celle-ci une sorte de priorité dans les définitions, puisqu'elle s'annonce sans conteste dans le fracas des armes, et que la paix se montre, par contraste, quand les combats ne viennent pas troubler la vie des collectivités. On aboutit donc à préciser d'abord le concept de guerre pour définir ensuite celui de la paix comme l'absence de guerre, donc d'une manière purement négative. D'ailleurs le mot « paix » désigne l'acte qui met fin aux hostilités, comme par exemple dans l'expression « paix de Tilsit ». On peut le prendre aussi dans un sens positif, qui lui confère une autre valeur ; c'est ainsi que, selon saint Augustin, la véritable paix ne consiste pas seulement dans l'absence de lutte armée, mais dans l'ordre pacifique (tranquillitas ordinis). Inversement, absence de guerre ne signifie pas nécessairement absence de conflit.

Outre ces distinctions inhérentes aux définitions, on peut essayer de classer les différentes sortes de paix. Raymond Aron propose une typologie ternaire fondée sur les répartitions de la puissance, c'est-à-dire sur le rapport entre les capacités qu'ont les unités politiques d'agir les unes sur les autres. De ce point de vue, il s'établit une paix d'équilibre dans laquelle les puissances se font contrepoids, ou une paix d'hégémonie dans laquelle les nations sont dominées par l'une d'entre elles, ou encore une paix d'empire dans laquelle un État impérial confisque l'autonomie des nations qui lui sont soumises. Cependant, ajoute Aron, la paix ne se réduit pas toujours à un rapport de puissance, de sorte qu'aux trois types énumérés il faudrait ajouter la paix d'impuissance qui résulte de la terreur ou de l'intimidation réciproques, comme c'est le cas peut-être avec la menace de représailles atomiques, et la paix de satisfaction, qui constitue une sorte d'idéal dans lequel l'absence de guerre proviendrait simplement de l'absence de revendications.

Causes de la paix et plans de paix

On peut chercher les causes de la paix dans la disparition des causes de guerre. Très souvent, on a été conduit ainsi à dépasser le niveau des faits politiques ou militaires pour s'attacher aux impulsions agressives qui, plus profondément, ont leur siège dans la psychologie individuelle. La pacification définitive tiendrait alors à une amélioration du genre humain. Mais, à ces vues séduisantes, on peut objecter que, dans la réalité, les guerres sont provoquées par des événements, des processus, des décisions qui échappent au contrôle des peuples concernés, de sorte que la paix internationale est un phénomène sui generis qui ne peut pas s'expliquer uniquement par la psychologie individuelle ou interindividuelle.

Les plans de paix, plus ou moins réalistes ou utopistes, sont nombreux dans l'histoire diplomatique et dans celle des idées. Outre les plans qui se fondent sur des partages d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Premiers canons

Premiers canons
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Destruction de l'aviation égyptienne au début de la guerre de Six Jours

Destruction de l'aviation égyptienne au début de la guerre de Six Jours
Crédits : Hulton Getty

photographie

Pacte Briand-Kellogg

Pacte Briand-Kellogg
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Hailé Sélassié lors de l'invasion de l'Éthiopie

Hailé Sélassié lors de l'invasion de l'Éthiopie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : auteur de Law in Diplomacy
  • : professeur à l'Institut universitaire de hautes études internationales, Genève
  • : emeritus professor of international law, université de Chicago

Classification

Autres références

«  GUERRE  » est également traité dans :

BOUTHOUL GASTON (1896-1980)

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 267 mots

Juriste et sociologue, docteur en droit et docteur ès lettres, Gaston Bouthoul aurait pu s'engager dans une carrière universitaire classique qui eût été assurément brillante. Mais ce non-conformiste tranquille a craint d'aliéner ainsi une trop grande part de sa liberté. Entré au barreau (il fut notamment l'avocat d'Henri Langlois, directeur de la Cinémathèque), il n'en a pas moins utilisé ses dons […] Lire la suite

CALLIGRAMMES, Guillaume Apollinaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 629 mots

Dans le chapitre « Un « lyrisme visuel » »  : […] Si le terme «  calligramme  », forgé à partir du grec kallos (« beau ») et gramma (« écriture »), a bien été inventé par Apollinaire (qui avait auparavant utilisé l’expression d’« idéogramme lyrique »), l’idée de rédiger un texte – poétique ou non – dont la disposition sur la page dessine une forme graphique en relation avec son contenu sémantique trouve de nombreux exemples au Moyen Âge ou à la […] Lire la suite

CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

  • Écrit par 
  • André GLUCKSMAN
  •  • 4 624 mots

Dans le chapitre « Fin politique et but militaire »  : […] Savoir rassembler ses forces, tout subordonner à la nécessité d'obtenir une victoire décisive, telle est la condition première de toute stratégie efficace et rationnelle. Chaque guerre est recherche de la décision, le moyen de cette décision est l'épreuve de force (réelle ou potentielle). « Cette unicité du moyen constitue un fil que nous suivons des yeux, qui parcourt toute la trame de l'activité […] Lire la suite

COLONISER EXTERMINER. SUR LA GUERRE ET L'ÉTAT COLONIAL (O. Le Cour Grandmaison) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 962 mots

Ce livre n'est pas un ouvrage de plus sur la façon dont la France, dans ses colonies, géra les sols et gouverna les gens. C'est l'illustration, moyennant le traitement scrupuleux d'une documentation massive, de l'exactitude de ce jugement de Franz Fanon : « Le langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. On fait allusion aux mouvements de reptation du Jaune, aux émanat […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La guerre »  : […] Il semble difficile et dangereux d'établir une continuité directe entre cette situation de concurrence ou de rivalité et le conflit intersocial proprement dit, comme si la guerre en particulier était l'analyse, au niveau des sociétés, des rivalités entre les groupes primaires. La guerre manifeste au niveau du conflit entre des États les conflits internes d'une société. Ces deux aspects ne se corre […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les mouvements de la criminalité »  : […] La constance de la criminalité légale n'est que relative. Son volume global varie entre les limites indiquées au paragraphe précédent. Il les dépasse même parfois, surtout en cas de guerre. L'importance respective des diverses catégories de crimes composant la criminalité légale totale change d'autre part selon les périodes. La difficulté est de savoir si ces deux séries de mouvements sont la répl […] Lire la suite

DÉSARMEMENT

  • Écrit par 
  • Jean François GUILHAUDIS, 
  • Serge SUR
  •  • 7 255 mots
  •  • 3 médias

Le terme « désarmement » possède des résonances bien différentes selon l'oreille qu'on lui prête. Pour un esprit idéaliste, il évoque ce thème simple et vigoureux suivant lequel l'élimination des armes et des armées permanentes entraînera la fin des guerres, générera l'amitié entre les peuples et le développement pour tous. Pour un esprit plus cynique ou plus averti, il renvoie à la politique des […] Lire la suite

ENFANTS SOLDATS

  • Écrit par 
  • Rosalie AZAR
  •  • 3 410 mots

L'étude de la question des enfants soldats conduit souvent à minimiser la militarisation de l'enfance dans l'histoire. Cette erreur vient de la tendance médiatique actuelle, qui présente la participation des enfants aux conflits comme un phénomène inédit, et de l'absence de recherches sur les origines plus lointaines de ce phénomène. À divers moments de l'histoire, pourtant, les enfants ont été u […] Lire la suite

EXPOSITIONS UNIVERSELLES

  • Écrit par 
  • Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE
  •  • 3 595 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Face à la guerre »  : […] Dans l’esprit de leurs créateurs, au milieu du xix e  siècle, les expositions internationales devaient contribuer à établir durablement la concorde entre les peuples en leur proposant un idéal de progrès et de prospérité partagés. Il reste que, si ces manifestations constituent des lieux de rencontres et d’échanges culturels pacifiques, elles sont aussi le théâtre de confrontations plus ou moins i […] Lire la suite

LA GUERRE AU XVIIIe SIÈCLE (J.Black) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 970 mots

Dans la collection sur les guerres et les batailles dirigée par l'historien anglais John Keegan, traduite en français aux éditions Autrement, ce bel ouvrage de Jeremy Black présente La Guerre au XVIII e   siècle (2003), avec une approche très novatrice. L'auteur trace un panorama qui a le premier mérite d'être mondial. On y trouve, placées sur un plan de même importance, les guerres de l'Europe, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

guerre régionaux auxquels il a confié une partie de la défense du pays. De son côté, le porte-parole du Pentagone John Kirby affirme que « c’est aux Afghans de prendre leur destin en mains, c’est leur pays, c’est leur combat ». Le 12, les talibans conquièrent Kandahar, dans le sud, et Herat, dans l’ouest, respectivement deuxième et troisième ville  […] Lire la suite

26 août 2021 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un membre du Front al-Nosra pour crime de guerre.

guerre, en application du principe de compétence universelle. Celui-ci est reconnu coupable d’avoir tué par balles un lieutenant-colonel de l’armée syrienne qui avait été auparavant torturé, en juillet 2012. L’exécution avait été filmée et diffusée sur Internet. Un deuxième accusé, Sami A. S., est condamné à neuf ans de prison pour avoir filmé ce meurtre […] Lire la suite

23 août 2021 France. Annonce de l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker et d'un hommage national à Gisèle Halimi.

Guerre mondiale et artiste de music-hall. Ce choix est présenté comme une illustration de la volonté du chef de l’État de bâtir une « France réconciliée ». « Incarnation de l’esprit français », Joséphine Baker sera la deuxième femme qu’Emmanuel Macron fait entrer au Panthéon après Simone Veil en juillet 2018. Le 23 également, Emmanuel Macron annonce […] Lire la suite

14 août 2021 Pologne. Adoption d'une loi mettant fin à la contestation des expropriations d'après-guerre.

Guerre mondiale à 1989. La loi qui concerne notamment les descendants des victimes de la Shoah est dénoncée par le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid comme « immorale et antisémite ». […] Lire la suite

27 juillet 2021 Corée du Sud – Corée du Nord. Rétablissement des canaux de communication entre Séoul et Pyongyang.

guerre de Corée, en 1953, Séoul et Pyongyang annoncent le rétablissement de leurs canaux de communication, inactifs depuis la destruction par le régime de Kim Jong-un du bureau de liaison entre les deux Corées, en juin 2020. Ce geste ouvre la voie à une reprise du dialogue intercoréen qui avait conduit en 2018 à trois rencontres entre les dirigeants […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, P. E. CORBETT, Victor-Yves GHEBALI, Q. WRIGHT, « GUERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre/