PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un certain nombre de villes du monde ont donné naissance à des mythes ; quelques-uns ont acquis une portée universelle, en se détachant des caractères fondamentaux du pays lui-même pour exalter la Ville en tant qu'individu. Il en est ainsi de Rome et de Paris. On a maintes fois signalé cette sorte de familiarité amoureuse, avec ses éclats de haine ou d'adoration, que Paris a toujours suscitée, dans le monde entier, chez les poètes ou les chansonniers notamment, familiarité manifestée par l'usage de « petits noms » : Paname, Pantruche. C'est là un phénomène probablement unique à ce degré et qui révèle tout d'abord un premier caractère de la ville, celui de métropole internationale, aux « spécialités » contradictoires : capitale du luxe et de la mode, foyer littéraire et artistique, Babylone de luxure et mère patrie des révolutions.

France : carte administrative

Carte : France : carte administrative

Carte administrative de la France métropolitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

À l'échelon national, Paris exerce son rôle de capitale depuis treize siècles (si l'on fait abstraction de deux siècles carolingiens) ; c'est un rare privilège, c'est aussi une charge d'où proviennent les difficultés que Paris éprouve à s'adapter au monde moderne et à la poussée désordonnée de la civilisation urbaine.

Les ponts de Paris

Photographie : Les ponts de Paris

La Seine et ses nombreux ponts, à Paris. 

Crédits : Bruno De Hogues/ Stockbyte/ Getty Images

Afficher

On a souvent énuméré ses attributs de capitale nationale. Ils découlent des fonctions qui ont fait sa fortune et qui sont issues d'une position géographique et d'un site privilégiés. Le passage de la grande Seine alluviale du début du Quaternaire à travers les gués et les îlots, dans l'axe même des cols de la France du Nord vers celle du Midi, l'axe routier romain emprunté ensuite par le christianisme localisent peu à peu et animent les trois secteurs topographiques séparés par la rivière : l'île de la Cité, siège de l'autorité politique et religieuse ; la rive gauche, centre intellectuel ; la rive droite, vouée à l'activité économique. Telle est l'origine de ces fonctions : capitale politique et quasi religieuse, capitale intellectuelle et artistique, capitale économique. Paris est connu pour être en France le premier centre industriel, la première place de commerce, la première place bancaire et le premier centre de gestion des affaires, le cœur du réseau routier et ferroviaire, le premier port fluvial, la plaque tournante du réseau aérien ; autant de qualifications qui pèsent lourdement sur l'activité des départements français en établissant l'autorité, si souvent dénoncée, du « Parisien ».

Le site seul n'a pourtant pas créé la ville. C'est le choix des césars romains, Julien l'Apostat et Valentinien, puis celui de Clovis, enfin celui de Hugues Capet, qui a ainsi imposé à la France l'ancienne bourgade gauloise, choix heureux sur bien des points (relief, fleuve, approvisionnement) sauf sur un seul : l'ouverture vers la trop proche frontière de l'est, chemin millénaire des invasions. La ville est ainsi « fille de la Seine et du roi » ; dans son intimité avec le souverain, trop étroite pour qu'elle ne soit pas à la fois choyée et malmenée, elle cherchera son indépendance en constituant une force politique et intellectuelle qui brisera à maintes reprises ses liens de filiation avec la monarchie et avec l'État : 1358, 1382, 1588, 1648, 1789, 1830, 1848, 1870, en prenant finalement l'habitude d'écrire elle-même l'histoire de France.

Sur le plan topographique, la croissance urbaine s'est faite avec une certaine régularité, à partir de l'île mère. En commençant par les environs immédiats des grands axes (rues Saint-Denis et Saint-Martin, Saint-Jacques, Saint-Honoré et Saint-Antoine), la ville s'est étendue peu à peu, comblant les vides et englobant les anciens « bourgs » fixés généralement autour des abbayes. Cette croissance radiante est matérialisée par les anneaux concentriques des enceintes successives. Favorisée par sa forme en croissant et ses ports naturels, la rive droite l'emporte cependant en extension dès le Moyen Âge ; elle connaîtra, du milieu du xive au milieu du xvie siècle, deux cents ans de développement vers l'est, suivis d'une extension rapide vers l'ouest, dont les effets sont toujours perceptibles, tels l'essor du secteur de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

France : carte administrative

France : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les ponts de Paris

Les ponts de Paris
Crédits : Bruno De Hogues/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Façade de Notre-Dame de Paris

Façade de Notre-Dame de Paris
Crédits : Beatrice Bibal Lecuyer/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Paris, les anciennes enceintes

Paris, les anciennes enceintes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 21 médias de l'article

Écrit par :

  • : inspecteur général des Archives de France
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, secrétaire de la IVe section
  • : directeur délégué de la chaire Ville à Sciences Po, Paris
  • : professeur émérite à l'université de Paris-I
  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la section prospective et planification du conseil économique et social de la Région Île-de-France
  • : professeur, université de Picardie Jules-Verne
  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PARIS  » est également traité dans :

TRIANGLE D'OR (Paris)

  • Écrit par 
  • Michel PINÇON, 
  • Monique PINÇON-CHARLOT
  •  • 2 314 mots
  •  • 1 média

À Paris, les familles de la haute société, de la bourgeoisie ancienne et de la noblesse fortunée, ont manifesté leur position sociale par l'habitat qu'elles ont choisi et aménagé. Elles ont ainsi créé des quartiers, façonnés à leur image, sur des terres encore vierges, aux lim […] Lire la suite

ABADIE PAUL (1812-1884)

  • Écrit par 
  • Claude LAROCHE
  •  • 975 mots

Paul Abadie est né à Paris le 9 novembre 1812. Il est le fils d'un architecte néo-classique homonyme (1783-1868) qui fut architecte du département de la Charente : on lui doit notamment le palais de justice d'Angoulême (env. 1825-1828). Abadie entre à Paris dans l'atelier d'Achille Leclère (1832) puis à l'École des beaux-arts (1835) pour étudier l'architecture. Parallèlement à cette formation clas […] Lire la suite

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Émergence de nouvelles formes d’agricultures urbaines »  : […] Les agricultures urbaines ne sont pas nouvelles : ces activités de production sont aussi anciennes que les villes elles-mêmes. En l’absence de transports rapides et efficaces, les produits agricoles frais étaient ainsi cultivés aux abords des villes. Pour illustrer cette relation ancienne entre ville et agriculture, on peut s’appuyer sur un exemple : celui de l’histoire des cultures maraîchères p […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’anthropologie urbaine en France : une reconnaissance tardive »  : […] En France, l’anthropologie urbaine ne se constitue comme discipline universitaire qu’au début des années 1980. Quelques chercheurs ont travaillé auparavant sur le phénomène urbain, mais leurs démarches, plus sociologiques qu’anthropologiques, sont restées relativement isolées. Ainsi Maurice Halbwachs, un sociologue proche de Durkheim et travaillant notamment sur Paris et la condition ouvrière, fu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crypte de la cour Carrée du Louvre »  : […] La crypte archéologique de la cour Carrée répond à un double besoin : assurer des cheminements souterrains dans le cadre de l'aménagement du Grand Louvre et mettre en valeur des structures intimement liées à l'histoire du vieux Paris. Le Louvre est en effet le reflet le plus parlant de l'évolution des quartiers de la rive droite de la Seine, depuis l'énorme forteresse construite par Philippe-Augu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 348 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les espaces couverts »  : […] Un pont n'a d'autre but que de soutenir une portion de voie à l'aide d'une poutre ou d'un arc ; et le métal, à lui seul, peut remplir ce rôle. Il en va tout autrement de la couverture d'un espace ; les fonctions se diversifient, et l'ossature de fer doit se compléter d'une enveloppe isolante posant de délicats problèmes de jonction. C'est curieusement à la crainte des incendies qu'il faut attribue […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉTALLIQUE À PARIS, XIXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 188 mots

1803 Pont des Arts (Louis-Alexandre de Cessart et Jacques Dillon, architectes) ; reconstruit quasi à l'identique par Louis Arretche (1984). 1813 Coupole de la Halle au blé (François-Joseph Bélanger, architecte et F. Brunet, ingénieur). 1834 Pont du Carrousel (Antoine-Rémy Polonceau, ingénieur) ; reconstruit par Gustave Umbdenstock, architecte. 1836 L'ingénieur Camille Polonceau (fils d'Antoine […] Lire la suite

ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 5 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mosquée de Paris »  : […] Un autre chantier marque l'architecture religieuse en France au début du xx e  siècle : la construction de la mosquée de Paris, achevée en 1926 par Charles Heubès, Robert Fournez et Mantout. Plus qu'un simple lieu de culte, cet ensemble formant l'Institut musulman est destiné à manifester « l'amitié de la France pour l'Islam » ; à ce titre, la place qu'il occupe au cœur de Paris (7 500 m 2 ) peut […] Lire la suite

L'ART AU TEMPS DES ROIS MAUDITS. PHILIPPE LE BEL ET SES FILS, 1285-1328 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne PRACHE
  •  • 1 227 mots

Deux règnes ont marqué l'histoire de l'art gothique en France, celui de Saint Louis (1226-1270) et celui de Charles V (1364-1380). Entre les deux, une sorte de hiatus s'est instauré : l'éclosion des grandes cathédrales est alors terminée, le style rayonnant poursuit ses raffinements sans se renouveler véritablement, le génie créateur des artistes semble s'épanouir hors du royaume. Beaucoup d'œuvr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-30 août 2022 France. Arrêté d'expulsion visant l'imam Hassan Iquioussen.

Le 5, le tribunal administratif de Paris, saisi en référé, suspend l’arrêté ministériel d’expulsion, considérant que celui-ci porterait « une atteinte grave et manifestement disproportionnée » à la « vie privée et familiale » de l’intéressé qui est né et a toujours vécu en France, et qui est le père de cinq enfants français. Il estime que le ministère n’étaye pas suffisamment ses accusations. […] Lire la suite

25-27 août 2022 Algérie – France. Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie.

En septembre 2021, Paris avait réduit de moitié le nombre de visas accordés aux Algériens afin de forcer le pays à réadmettre ses ressortissants expulsés. Le 26, Emmanuel Macron évoque avec son homologue Abdelmadjid Tebboune le dossier du Sahel où « l’Algérie a un rôle tout à fait clé », l’incitant à prendre position contre le déploiement dans la région du groupe de mercenaires russes Wagner. […] Lire la suite

7-15 août 2022 Mali – France. Retrait du Mali des derniers soldats de la force Barkhane.

En février, Paris a décidé le retrait total de ses forces du Mali, « constatant que les conditions politiques et opérationnelles n’étaient plus réunies » pour qu'elles y restent engagées. Le 15 également, le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop adresse un courrier au Conseil de sécurité de l’ONU dans lequel il accuse la France de se rendre coupable de nombreuses « violations de l’espace aérien malien » afin de « collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant au Sahel et [de] leur larguer des armes et des munitions ». […] Lire la suite

9 août 2022 France. Hommage national aux victimes de l'attentat de la rue des Rosiers.

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti participe au premier hommage national jamais rendu aux victimes de l’attentat de la rue des Rosiers, dans le 4e arrondissement de Paris. En août 1982, des membres présumés du Fatah-Conseil révolutionnaire, groupe palestinien dissident dirigé par Abou Nidal, avaient attaqué le restaurant ashkénaze Jo Goldenberg situé dans cette rue, faisant six morts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre BABELON, Michel FLEURY, Frédéric GILLI, Daniel NOIN, Jean ROBERT, Simon TEXIER, Jean TULARD, « PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/