ASTROLABE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « preneur d'étoiles » (astrolabos), en forme de disque, est la combinaison d'un instrument de mesure et d'un système de projection stéréographique. L'astrolabe-planisphère de Ptolémée (iie s.) présente une face graduée qui porte une alidade : suspendu verticalement, il permet de prendre la hauteur d'un astre. L'autre face reçoit un premier disque : projection stéréographique de la sphère sur le plan, pour une latitude donnée, et de cercles parallèles à l'horizon. Inscrite dans cet élément, pivote l'« araignée », qui a la forme d'un anneau : projection stéréographique du zodiaque et de certaines étoiles fixes. On obtient, avec l'araignée, la position d'un point du ciel par rapport à l'observateur, situation concrétisée par des intersections de lignes que portent le disque et l'anneau. Finalement, l'astrolabe sert moins à l'observation astronomique proprement dite qu'au calcul de mouvements célestes. Après traductions de textes grecs ou latins décrivant l'astrolabe, les Arabes construiront des appareils semblables. Et, découvrant en Catalogne les écrits des Arabes eux-mêmes, Gerbert fera connaître l'astrolabe au monde latin (xe s.).

Astrolabe du XVIe siècle

Astrolabe du XVIe siècle

photographie

Astrolabe italien de 1573. Très utilisé dans le monde arabe à partir du VIIee siècle avant de parvenir en Europe, l'astrolabe fut le principal instrument de navigation jusqu'à l'apparition du sextant au XVIIIe siècle. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Astrolabe désigne aussi, au xxe siècle, un instrument d'optique de précision, permettant, par l'utilisation d'un horizon artificiel (grâce à un bain de mercure), un pointé précis des hauteurs stellaires. Cet instrument a notamment été perfectionné par André Danjon dans son astrolabe dit impersonnel : la pièce principale en est l'« équerre optique », formée d'un prisme de verre placé en avant de l'objectif d'une lunette ; ce prisme est disposé de telle sorte qu'on observe simultanément l'image directe de l'étoile et l'image de cette même étoile après réflexion sur le bain de mercure ; lorsque les deux images sont près de coïncider, un micromètre enregistre le passage de l'étoile. Cet appareil a été largement utilisé jusque dans les années 1970 ; sa précision atteignait 0,002 s en temps et 0,03″ en latitude. Il a été remplacé par les astrolabes photoélectriques.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASTROLABE  » est également traité dans :

ALIDADE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 163 mots

Les Arabes désignaient ainsi le dioptre des Grecs. Cet instrument de visée, sans lentilles de verre, alors inconnues, est employé pour les mesures à distance (arpentage, astronomie). Inventé par Archimède (~ iii e  s.), le dioptre se compose d'une règle, armée de deux pinnules, qui pivote dans le plan d'un cercle gradué. Sur l'armille, l'astrolabe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alidade/#i_20764

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'astrolabe photoélectrique »  : […] Un astrolabe est un instrument qui détermine l'instant de passage d'un astre sur un cercle de distance zénithale donnée, en général 30 0 ou 45 0 . Nous allons décrire l'astrolabe photoélectrique du département Gemini de l'Observatoire de la Côte d'Azur, (anciennement C.E.R.G.A.) à Grasse (fig. 7). La pièce principale est une équerre optique compre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrometrie/#i_20764

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'astronomie arabe et chinoise »  : […] En ce qui concerne les Arabes et leurs collègues juifs et persans, ce n'est pas seulement par amour de la science qu’ils s’intéressent à l'astronomie. L'étude des astres leur est indispensable pour prédire l'avenir : ce sont avant tout des astrologues. Ils ont d'abord besoin de méthodes de calcul et des tables déjà établies, qu'ils découvrent dans les vestiges des bibliothèques byzantines, et auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_20764

CONSTELLATIONS

  • Écrit par 
  • Owen GINGERICH, 
  • Warren Melvin YOUNG
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Relation entre les étoiles brillantes et leurs constellations »  : […] Les anciennes civilisations nommaient parfois chaque étoile brillante. Il arrivait que le nom du groupe d'étoiles et celui de son astre le plus brillant soient synonymes, comme dans le cas de la constellation de l'Aigle ( Aquila ) et de l'étoile Altaïr (α   Aquilae), signifiant tous deux « aigles en vol », ou utilisés de manière interchangeable, comme da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constellations/#i_20764

DANJON ANDRÉ (1890-1967)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 371 mots

Né à Caen le 6 avril 1890, André Danjon est une des grandes figures de l'astronomie française du xx e  siècle. Reçu à l'École normale en 1910, agrégé de physique en 1914, il travaille dès 1919 à l'Observatoire de Strasbourg, redevenu français et dont il a établi un projet de reconstruction qui a abouti. Directeur de cet observatoire en 1930, doye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-danjon/#i_20764

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 955 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La révolution géographique »  : […] Les gens du Moyen Âge ne connaissaient de la Terre que les régions méditerranéennes. Ils se la représentaient en général comme un disque entouré par l'océan, qui s'étendrait jusqu'aux murs soutenant le ciel. Certains pensaient que si l'océan, au nord, se changeait en glace, il devenait bouillonnant au sud, sous l'effet des chaleurs. Or ces idées vont se modifier grâce aux Arabes, qui transmettent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-decouvertes/#i_20764

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Calendrier, constellations et lunaisons ; instruments astronomiques »  : […] Dans le calendrier hindou, l'année civile se compose de douze mois lunaires de trente jours. Le calendrier solaire, que l'Inde emprunta à l'astronomie grecque dans les premiers siècles de l'ère chrétienne en même temps que les signes du zodiaque et la semaine de sept jours, n'a jamais supplanté le comput traditionnel fondé sur les notions de nakṣatra (division de la sphère sidérale et groupe d'ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_20764

MAÎTRISE DE LA NAVIGATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 680 mots

Vers — 4000 Premières représentations de bateaux à voiles en Mésopotamie et en Égypte. L'essentiel de la manœuvre se fait toujours à la rame, la voile n'étant qu'un complément en cas de vents favorables. 553 Procope de Césarée parle de la voile latine : triangulaire, elle permet de mieux manœuvrer que les seules voiles carrées pour lesquelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitrise-de-la-navigation-reperes-chronologiques/#i_20764

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Navires de la Renaissance et navigation hauturière »  : […] Le besoin de tourner la puissance ottomane qui, depuis le milieu du xv e  siècle, détenait en Orient le monopole du commerce vers les Indes imposait aux peuples d'Occident la découverte de nouvelles routes maritimes. Deux possibilités s'offraient : contourner l'Afrique ou faire route à l'ouest en supposant que la Terre fût ronde. Les Portugais, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navigation-maritime/#i_20764

PÈLERIN DE MARICOURT PIERRE (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Patricia RADELET DE GRAVE
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sa vie »  : […] Les rares éléments biographiques concernant ce personnage du Moyen Âge sont fournis par l’en-tête et la dernière phrase de cette lettre. On y apprend qu’il est originaire de Picardie, du village de Maricourt, qui se trouve non loin de Péronne (actuel département de la Somme), et qu’il écrit à Sieger de Foucaucourt, ce dernier nom désignant un village voisin. Il était très probablement savant ingén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerin-de-maricourt-pierre-xiiie-s/#i_20764

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « ASTROLABE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrolabe/