MARCONI GUGLIELMO (1874-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Guglielmo Marconi

Guglielmo Marconi
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Initiation à la télégraphie

Initiation à la télégraphie
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie


Physicien et inventeur italien né à Bologne et mort à Rome. Dans l'histoire de la télégraphie sans fil, Guglielmo Marconi intervient au moment où des découvertes fragmentaires mais capitales n'attendent plus que d'être combinées entre elles. L'oscillateur de Hertz (1888) et le tube à limaille de Branly assurent déjà, respectivement, l'émission et la détection des ondes électromagnétiques.

Guglielmo Marconi

Guglielmo Marconi

Photographie

Le physicien et inventeur italien Guglielmo Marconi (1874-1937) et le récepteur de télégraphie sans fil qu'il est venu installer à Terre-Neuve. Il y capte, en 1901, les premiers signaux émis de l'autre côté de l'Atlantique (3 400 km), à Poldhu (Cornouailles). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il reste à inclure entre ces deux éléments un manipulateur Morse pour que les ondes hertziennes deviennent porteuses de communication : les essais sont effectués, en 1894, par Turpain (France) et Lodge (Angleterre), ce dernier transformant le tube de Branly en cohéreur à secousses. Il suffit alors à A. Popov, pour capter les ondes des décharges électriques entre deux nuages, de brancher un radioconducteur Branly-Lodge sur la flèche d'un paratonnerre (1895) ; il réalise ainsi la première antenne réceptrice.

Dès lors, un système de télégraphie sans fil devient concevable, à condition d'augmenter la puissance des oscillations hertziennes, qui sont d'une trop faible portée avec l'appareil de Hertz. Il appartenait à Marconi de réaliser cet émetteur d'ondes, capable de transmettre au loin, en combinant l'antenne de Popov et l'oscillateur de Hertz.

Les premières recherches, commencées avec le physicien A. Righi, de l'université de Bologne, dont Marconi était l'élève, se poursuivent à Londres. Par l'entremise de sa mère, de nationalité anglaise, Marconi rencontre William Preece, du British Post Office, qui apporte un concours efficace. Un résultat positif est obtenu dès 1896, c'est l'émission sur 12 kilomètres à Salisbury Plain. Marconi prend un brevet, et les démonstrations, toujours plus convaincantes, vont se multiplier. En 1897, des signaux sont transmis de Lavernock à Brean-Down (15 km), de La Spezia, base navale italienne, à des navires au large (12 milles). En 1898, à bord d'un remorqueur, Marconi assure le reportage des régates de Kingston (700 radiotélégrammes pour le Dublin Express). Des communications sont établies entre l'île de Wight [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARCONI GUGLIELMO (1874-1937)  » est également traité dans :

MARCONI ET LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

En 1896, l'Italien Guglielmo Marconi dépose, en Grande-Bretagne, son premier brevet pour protéger ses réalisations originales de transmission à distance de signaux Morse par ondes électromagnétiques. Marconi a le soutien technique de sir William Preece, l'ingénieur en chef du British Post Office, qui l'aide à acquérir la notoriété. Pour développer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marconi-et-la-telegraphie-sans-fil/#i_27553

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Évolution des concepts »  : […] Les équipements électroniques utilisent les propriétés de l'électron : sa charge électrique, les champs électromagnétiques que créent ses mouvements, et plus récemment son spin . Toutefois, le terme « électronique » est réservé en pratique aux applications où l'on contrôle le comportement des électrons de façon relativement sophistiquée, par opposition aux équipements « élect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/#i_27553

POPOV ALEKSANDR STEPANOVITCH (1859-1906)

  • Écrit par 
  • Reginald Leslie SMITH-ROSE
  • , Universalis
  •  • 636 mots

Physicien et ingénieur russe, né le 4 (16 dans le calendrier grégorien) mars 1859 à Tourinskie Roudniki (auj. Krasnotourinsk), près de Perm (Russie), mort le 31 décembre 1905 (13 janvier 1906 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg. Fils d'un prêtre orthodoxe, Aleksandr Stepanovich Popov commence son éducation au séminaire et pense entrer dans les ordres. Mais, attiré par les mathématiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aleksandr-stepanovitch-popov/#i_27553

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 646 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Perfectionnement de la technique par Guglielmo Marconi »  : […] Parallèlement aux travaux de Popov, l'Italien Guglielmo Marconi (1874-1937) entreprend, en 1894, des essais à partir des expériences de Hertz et de Branly. En perfectionnant l'émetteur à étincelles et le récepteur (pour lequel il utilise un cohéreur comme détecteur), et en leur associant, suivant pratiquement le même montage que Popov, une grande antenne verticale tenue par un cerf-volant, il parv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_27553

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « MARCONI GUGLIELMO - (1874-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guglielmo-marconi/