GOUVERNAIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on met à part les subtilités des interprétations techniques, d'autant plus hasardeuses que les documents eux-mêmes ne sont pas toujours précis, le problème du gouvernail se ramène à une formulation très simple. Dès les origines de la navigation, la gouverne est assurée par une rame plus importante que les autres, système en usage jusqu'au xiie siècle et remplacé, ensuite, par le gouvernail d'étambot. L'iconographie égyptienne (à partir de la construction des navires mâtés : ~ 2700), les peintures de vases grecs, les bas-reliefs romains nous livrent, par centaines, les exemples de rames-gouvernails diversement retenues à la poupe et manœuvrées de côté. Ces très lourds leviers, dont la partie plongeante est la plus importante, se manipulent difficilement. La technique de prise, en Égypte, consiste à emmancher au sommet de la hampe une barre verticale, la rame subissant alors un mouvement de rotation dans son axe longitudinal. Une traverse peut aussi relier deux rames-gouvernails disposées de chaque côté de la coque. Les modes de fixation sur le plat-bord ou de maniement de la rame-gouvernail ont varié sans doute, encore qu'il soit impossible, à partir de figurations souvent énigmatiques, de préciser les étapes, et moins encore les détails, de cette évolution. Pour l'essentiel, cette technique de gouverne obérait le développement de la construction navale, faute de pouvoir assurer la direction de navires d'un très fort tonnage.

Le gouvernail axial, pivotant sur charnières à l'étambot et manœuvré par une barre horizontale, apparaît au début du xiiie siècle. On a voulu lui donner une origine exclusivement nordique, les bas-reliefs des églises de Winchester (Angleterre) et de Zedelghem (Belgique), un sceau d'Elbing (Allemagne) daté de 1242 représentant des bateaux pourvus de ce système de gouverne. Toutefois, sur une miniature du manuscrit persan, Al-Maqâmât de Harîrî, achevé en 1237, un navire de la mer des Indes possède, lui aussi, le gouvernail d'étambot, d'ailleurs figuré avec une précision que peuvent lui envier les témoignages du Nord. Il faut donc admettre les provenances diverses et simultanées de cette invention, phénomène, du reste, assez ordinaire.

D'une grande efficacité, le gouvernail d'étambot permettra non seulement d'accroître le tonnage des navires, mais de vaincre, en haute mer, des difficultés qu'aurait subies la rame-gouvernail : à cet égard, il favorisera les premières tentatives de navigation hauturière.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOUVERNAIL  » est également traité dans :

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pirogues polynésiennes et drakkars vikings »  : […] Quelle que soit l'origine du peuplement de la Polynésie, on reste confondu devant l'audace des navigateurs primitifs océaniens qui n'hésitèrent pas à effectuer des traversées de près de 4 000 kilomètres. Depuis les voyages d'exploration du Pacifique accomplis par les navigateurs du xviii e  siècle, on connaît assez bien les embarcations qui permir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navigation-maritime/#i_32771

GOUVERNAIL D'ÉTAMBOT

  • Écrit par 
  • Alain BOULAIRE
  •  • 172 mots
  •  • 1 média

Développé en Occident à partir du xiii e  siècle, connu en Baltique et en Perse dès le début du xi e  siècle, le gouvernail d'étambot est d'origine incertaine, la Perse ayant pu constituer un relais entre la Chine et l'Occident. Remplaçant la rame de gouverne latérale, le gouvernail, fixé à l'arri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouvernail-d-etambot/#i_32771

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 410 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « « Mare nostrum » (ier s. av.-ive s. apr. J.-C.) »  : […] L'époque impériale vit, à coup sûr, l'apogée de la vie maritime dans la Méditerranée antique, en ce qui concerne l'intensité du trafic, le nombre des navires et des passagers, le volume des marchandises. L'unification politique du monde méditerranéen sous l'égide de Rome et la paix qui en résultait pour tous les pays riverains donnèrent à la circulation des personnes et des biens une liberté, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-mediterranee/#i_32771

NAVIRES - Architecture navale

  • Écrit par 
  • Michel BENICOURT, 
  • Raymond SERVIÈRES
  •  • 5 289 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Équilibre du navire immobile et choix des formes »  : […] La résultante des pressions hydrostatiques s'exerçant sur la carène d'un navire immobile est une poussée verticale, dirigée vers le haut, égale au déplacement et appliquée au centre de carène (principe d'Archimède). En position d'équilibre (fig. 2a) , le centre de gravité G et le centre de carène C 0 sont sur une même verticale, et la poussée π est égale au poids Δ. Le relevé des tirants d'eau, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-architecture-navale/#i_32771

NAVIRES - Hydrodynamique navale

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 8 139 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Entrée en giration et giration permanente »  : […] Quand on oriente la barre à un angle donné, il commence par s'exercer sur le gouvernail une portance qui entraîne une mise en dérive de la carène ; celle-ci, se comportant en l'occurrence comme une aile d'envergure très petite, donc médiocre, est alors elle-même le siège d'une portance hydrodynamique. Au bout d'un certain temps, le navire finit par prendre un régime permanent de giration caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-hydrodynamique-navale/#i_32771

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 476 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Tenue en plongée »  : […] Les problèmes touchant la navigation en surface sont considérés comme d'importance secondaire : il n'en a pas été toujours ainsi, en particulier à l'époque où les sous-marins devaient revenir en surface pour recharger leurs batteries et accompagnaient les escadres de bâtiments de surface à des vitesses pouvant atteindre 20 nœuds. Actuellement, les sous-marins sont dessinés essentiellement pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-guerre/#i_32771

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « GOUVERNAIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouvernail/