DROMON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dromon est, à peu de chose près, une réplique byzantine de la trière gréco-romaine ; Léon VI, empereur de Byzance au ixe siècle, décrit ce navire monté par cent rameurs (cinquante de chaque bord, sur deux étages). À la différence, néanmoins, de la trière, le dromon est gréé en voile latine, à un ou deux mâts ; éventuellement, il sera pourvu de châteaux. Navire de guerre par excellence, il a sans doute jeté, lui aussi, le terrible feu grégeois. Cette mixture incendiaire, à base d'huile de naphte, était amenée à la proue du bateau par un tube, dans une gueule de lion qui crachait des flammes. Anne Comnène, fille de l'empereur byzantin Alexis Ier (ixe s.), signale ce dispositif dans sa relation des combats navals livrés par son père. Un petit dromon, la galée, jouera, dans l'escadre, le rôle d'éclaireur. Le dromon disparaît au cours du Moyen Âge. Les marchés conclus par Saint Louis avec la ville de Gênes pour la fourniture des navires nécessaires à la croisade mentionnent des nefs et des galères, mais non le dromon.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DROMON  » est également traité dans :

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Navigation de l'Occident médiéval »  : […] L'Occident médiéval présente schématiquement deux aires maritimes distinctes : le Levant, ou secteur méditerranéen, dans lequel Byzance assure la relève des marines antiques, éduque pour une part les marins de l'Islam et parraine les armateurs vénitiens ; le Ponant, du Nord au Portugal, adopte les techniques des Scandinaves. À côté d'une traditionnelle galère , améliorée par la marine byzantine qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navigation-maritime/#i_32091

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « DROMON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dromon/