DION ALBERT marquis de (1856-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tricycle à vapeur

Tricycle à vapeur
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Renault, modèle 1898

Renault, modèle 1898
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie


Industriel français, né à Nantes et mort à Paris. Après Bollée (1873), de Dion va créer, en association avec Bouton et Trépardoux, fabricants de jouets mécaniques, la deuxième entreprise française de véhicules à vapeur (1881). Une chaudière, due à Trépardoux, équipe d'abord un quadricycle (1883). En 1885, l'entreprise construit un tricycle à vapeur, puis un phaéton avec sa chaudière au milieu de la voiture, le chauffeur prenant place à l'arrière, le conducteur et deux passagers à l'avant. La popularité de la marque s'affirme en 1894, lorsque Le Petit Journal organise un « concours de voitures sans chevaux », première compétition entre les voitures à vapeur et les voitures toutes récentes, propulsées par un moteur à explosion. L'épreuve proposée, Paris-Rouen, est gagnée par un bogie à vapeur De Dion (2 t) tirant une calèche (1,2 t), qui l'emporte sur les automobiles Panhard et Peugeot. Moins heureux dans la longue course Paris-Bordeaux-Paris (1895), qu'il doit abandonner, de Dion se rallie finalement au moteur à explosion. En 1895, il présente un tricycle à pétrole qui devait connaître un immense succès : premier moteur vertical de 0,75 ch, batterie d'allumage suspendue au cadre, poignée gauche du guidon servant à couper le contact, dispositif de roue libre. Adopté par Renault en 1898 (création de la firme), le moteur De Dion-Bouton est également monté sur les dirigeables (1899) : moteur de 12 cylindres en étoile et refroidissement par air. Entre-temps, de Dion aura participé à la fondation de l'Automobile-Club de France. Il édite aussi, avant Michelin, la première carte routière, au millionième, indiquant les distances entre les villes. Après le déclin de son entreprise, de Dion, élu sénateur (1925), défendra au Parlement les intérêts de l'automobile.

Tricycle à vapeur

Tricycle à vapeur

photographie

Le marquis Albert de Dion (1856-1946), industriel et pionnier français de l'automobile, et le tricycle à vapeur construit par son entreprise en 1885. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Renault, modèle 1898

Renault, modèle 1898

photographie

Une automobile Renault modèle de 1898, utilisée ici en 1920. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DION ALBERT marquis de (1856-1946)  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - La presse sportive

  • Écrit par 
  • Jacques MARCHAND
  •  • 6 148 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'affaire Dreyfus au Tour de France : « L'Auto » tue « Le Vélo » »  : […] . Il part, au quart de tour, pour prendre la roue du grand Zola et il utilise les colonnes de son journal de sport pour le faire savoir. Cela n'est pas du goût de ses principaux commanditaires, qui se situent ouvertement dans le camp opposé, et surtout leur leader, le comte Albert de Dion, célèbre constructeur des automobiles De Dion-Bouton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-la-presse-sportive/#i_27071

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « DION ALBERT marquis de (1856-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-dion/