JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)

Mécanicien français, né à Lyon et mort à Oullins (Rhône). À la fin du xviiie siècle, le tissage des étoffes brochées s'effectuait encore à la main. Les fils de chaîne, entre lesquels on passait les fils de trame polychromes du dessin, étaient soulevés par des « tireurs de lacs ». Tisserand comme son père, Joseph-Marie Jacquard recherche dès 1790 un mécanisme susceptible de lever automatiquement les fils. Il construit une première machine (brevet de 1801) perfectionnée et achevée en 1806.

Enfermé dans un coffre à la partie supérieure du métier, le dispositif de Jacquard comporte quatre éléments principaux. Une traverse retient suspendus des crochets amovibles. Sous la traverse, des aiguilles horizontales, tordues sur elles-mêmes, forment chacune une boucle : les tiges des crochets, avant d'être reliées aux fils de chaîne, passent dans ces boucles. Appuyées sur la gauche comme un ressort, les aiguilles sont poussées vers la droite devant un carré mobile autour d'un axe dont les côtés portent des trous. Enfin, une suite de cartes perforées attachées les unes aux autres est soutenue et entraînée par le carré : ces perforations déterminent l'exécution du dessin.

Le système fonctionne de la manière suivante. Mis en rotation, le carré présente une face recouverte d'un carton. Quand les trous coïncident de part et d'autre, les aiguilles s'enfoncent. Au contraire, les pleins de la carte repoussent les aiguilles, et ce recul provoque la chute des crochets correspondants, pris dans les boucles. Dès lors, on peut lever la traverse ne retenant plus que certains crochets, ceux-là mêmes qui vont soulever les fils de chaîne. Les perforations de la carte commandent ainsi l'enfoncement des aiguilles, la sélection et la levée automatique de ces fils, entre lesquels doit passer la navette. Le tisserand dispose d'un carton par duite et manœuvre sa traverse du pied. Un métier de Jacquard supprimait cinq « tireurs de lacs », ce qui explique la violence des réactions ouvrières qui suivirent la mise en œuvre du procédé.

—  Jacques MÉRAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)  » est également traité dans :

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1725-1728 Basile Bouchon et Jean-Baptiste Falcon inventent un métier à tisser la soie où des cartes perforées programment les séquences d'opérations à exécuter. Jacques Vaucanson et Joseph-Marie Jacquard perfectionneront ensuite cette technique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-et-rationalisation-reperes-chronologiques/#i_33635

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Essor du machinisme »  : […] amélioré. L'égrenage mécanique à rouleaux pour fibres longues de Mac Carthy date de 1845. C'est à peu près à la même époque qu'apparaît la peigneuse de Josué Heilmann (1844). Dès le Premier Empire, Joseph-Marie Jacquard avait créé son métier automatique pour les tissus façonnés et Philippe de Girard avait réalisé la machine à filer le lin (1813 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_33635

ROBOTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 710 mots

1801 Joseph-Marie Jacquard, chargé de réparer le métier à tisser de Vaucanson, fait la synthèse des inventions de ses prédécesseurs et relie les cartes en chapelets qui sont entraînés mécaniquement. Son « métier Jacquard » sera construit à des milliers d'exemplaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robotique-reperes-chronologiques/#i_33635

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 394 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La soie »  : […] xixe siècle, le métier à tisser perfectionné de Joseph-Marie Jacquard (1752-1834) donne à la fabrique lyonnaise son impulsion industrielle. Napoléon 1er, conscient des difficultés que rencontrent les manufactures lyonnaises, relance l'industrie de la soie par d'importantes commandes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_33635

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 660 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus français »  : […] passées par Napoléon Ier. Mais l'utilisation universelle du métier Jacquard devait à la fois ouvrir le marché, puisqu'il permettait une production incomparablement plus extensive et à moindre coût, mais aussi stimuler la concurrence dans les autres pays. Cependant, la prospérité et le goût ostentatoire du second Empire permirent aux fabricants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_33635

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « JACQUARD JOSEPH-MARIE - (1752-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-marie-jacquard/