JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mécanicien français, né à Lyon et mort à Oullins (Rhône). À la fin du xviiie siècle, le tissage des étoffes brochées s'effectuait encore à la main. Les fils de chaîne, entre lesquels on passait les fils de trame polychromes du dessin, étaient soulevés par des « tireurs de lacs ». Tisserand comme son père, Joseph-Marie Jacquard recherche dès 1790 un mécanisme susceptible de lever automatiquement les fils. Il construit une première machine (brevet de 1801) perfectionnée et achevée en 1806.

Enfermé dans un coffre à la partie supérieure du métier, le dispositif de Jacquard comporte quatre éléments principaux. Une traverse retient suspendus des crochets amovibles. Sous la traverse, des aiguilles horizontales, tordues sur elles-mêmes, forment chacune une boucle : les tiges des crochets, avant d'être reliées aux fils de chaîne, passent dans ces boucles. Appuyées sur la gauche comme un ressort, les aiguilles sont poussées vers la droite devant un carré mobile autour d'un axe dont les côtés portent des trous. Enfin, une suite de cartes perforées attachées les unes aux autres est soutenue et entraînée par le carré : ces perforations déterminent l'exécution du dessin.

Le système fonctionne de la manière suivante. Mis en rotation, le carré présente une face recouverte d'un carton. Quand les trous coïncident de part et d'autre, les aiguilles s'enfoncent. Au contraire, les pleins de la carte repoussent les aiguilles, et ce recul provoque la chute des crochets correspondants, pris dans les boucles. Dès lors, on peut lever la traverse ne retenant plus que certains crochets, ceux-là mêmes qui vont soulever les fils de chaîne. Les perforations de la carte commandent ainsi l'enfoncement des aiguilles, la sélection et la levée automatique de ces fils, entre lesquels doit passer la navette. Le tisserand dispose d'un carton par duite et manœuvre sa traverse du pied. Un métier de Jacquard supprimait cinq « tireurs de lacs », ce qui explique la violence des réactions ouvrières qui suivirent la mise en œuvre du procédé.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JACQUARD JOSEPH-MARIE (1752-1834)  » est également traité dans :

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1623 L'astronome allemand Wilhelm Schickard invente une « horloge à calcul ». Mais celle-ci disparaît dans un incendie et Schickard ne poursuit pas ce projet qui n'aura donc aucune influence historique. 1637 René Descartes, dans le Discours de la méthode , définit la méthode rationnelle de résolution des problèmes : divi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-et-rationalisation-reperes-chronologiques/#i_33635

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Essor du machinisme »  : […] La révolution technique anglaise du xviii e  siècle marque le triomphe définitif du machinisme. Les nécessités d'une production largement accrue, la disposition de matériaux plus facilement utilisables (métal) entraînent naturellement une mécanisation plus poussée. La machine, dans beaucoup de domaines, prend alors en quelque sorte en charge l'out […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_33635

ROBOTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 709 mots

ii e  siècle avant J.-C. Héron d'Alexandrie, dans son traité sur les Automates , décrit de nombreux appareils utilisant cames, leviers et contrepoids, qui constituent à la fois des divertissements et des exploits mécaniques pour les techniciens de l'Antiquité hellénistique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robotique-reperes-chronologiques/#i_33635

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La soie »  : […] Du « toit de monde » au Bhoutan, où les vêtements faits d'étroites bandes de soie façonnées sont un récital de couleurs et de motifs, aux saris des bords du Gange, du Japon ancestral avec ses châles rituels, les kesas , ou « manteaux de nuages » (faits de patchworks assemblés pour les moines bouddhiques) et ses kimonos légendaires, aux créations de la haute couture française […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_33635

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus français »  : […] La sériciculture avait été introduite dans le sud de la France à peu près à la même époque qu'en Italie, c'est-à-dire vers le début du xiii e  siècle. La cour des papes à Avignon avait attiré de nombreux artisans italiens responsables d'une petite production de velours et de satins. Après le départ des papes en 1377, il faut attendre le milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissus-d-art/#i_33635

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « JACQUARD JOSEPH-MARIE - (1752-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-marie-jacquard/