GIRARD PHILIPPE DE (1775-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inventeur et industriel français, né à Lourmarin (Provence) et mort à Paris. En 1804, Napoléon lance un concours, doté d'un prix de un million, pour une machine qui permettrait de filer convenablement le lin, l'étirage mécanique ne parvenant pas encore à donner aux fibres la qualité requise. Philippe de Girard inventera cette machine, installée à Paris (1815). Préalablement trempée dans une solution alcaline, la filasse, tirée par une pince, monte entre deux peignes, simultanément entraînés dans un va-et-vient horizontal et dans un mouvement alternatif vertical. Grâce à l'application nouvelle ainsi donnée à l'action des dents du peigne, on obtient des fibres d'une grande souplesse. La chute de l'Empereur ayant mis fin au concours, Philippe de Girard, que ses recherches ont ruiné, accepte des offres étrangères. Il crée en Autriche une filature de lin et une fabrique de machines à filer, puis, invité par le tsar Alexandre Ier, il s'installe en Pologne (1825). Dans une petite ville, qu'on appellera Girardov, il dirige une importante filature. Revenu en France (1844), il est dédommagé pour son invention désormais partout appliquée.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GIRARD PHILIPPE DE (1775-1845)  » est également traité dans :

MACHINE À FILER LE LIN DE GIRARD

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ
  •  • 476 mots

Au printemps de 1810 paraît dans Le Moniteur, journal officiel du premier Empire, le règlement d'un concours pour la réalisation d'unemachine industrielle à filer le lin. Napoléon Ier promet un prix d'un million de francs à celui qui, avant mai 1813, inventera une telle machine. L'opération de filage du lin se faisait encore manuellement à cette époque.Dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine-a-filer-le-lin-de-girard/#i_33636

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Essor du machinisme »  : […] La révolution technique anglaise du xviii e  siècle marque le triomphe définitif du machinisme. Les nécessités d'une production largement accrue, la disposition de matériaux plus facilement utilisables (métal) entraînent naturellement une mécanisation plus poussée. La machine, dans beaucoup de domaines, prend alors en quelque sorte en charge l'out […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_33636

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « GIRARD PHILIPPE DE - (1775-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-girard/