NOBEL ALFRED (1833-1896)

Alfred Nobel

Alfred Nobel

Alfred Nobel

Le chimiste suédois Alfred Nobel (1833-1896), inventeur de la dynamite, brevetée en 1867. Il a créé…

La poudre noire et le coton-poudre sont les seuls explosifs pratiquement employés, quand Ascanio Sobrero découvre en 1846, à Turin, la nitroglycérine (1846). L'action de l'acide azotique sur la glycérine, elle-même identifiée depuis 1779, a permis d'obtenir ce nouveau produit qui recèle une force explosive jusqu'alors inconnue. La nitroglycérine apparaît cependant inutilisable, à moins d'être maîtrisée, ce qui incite le jeune chimiste suédois Alfred Nobel (né à Stockholm) à entreprendre ses recherches. Un détonateur, susceptible de contrôler la mise à feu de la nitroglycérine, constitue la première et la plus importante des inventions de Nobel. Des essais sont effectués avec un tube de verre contenant une charge infime de poudre, muni d'une mèche de sécurité et introduit dans une capsule métallique d'explosif. Les résultats sont médiocres, et Nobel conçoit une amorce à fulminate de mercure, plus satisfaisante (brevet de 1864). Devenue l'« huile explosive de Nobel », la nitroglycérine n'est toutefois domestiquée qu'en apparence. À l'état liquide, elle demeure, en effet, sensible aux chocs. La manipulation brutale des récipients qui la contiennent, bonbonnes habillées de bois ou bidons de fer-blanc, déclenche l'explosion. Afin d'éviter les transports, Nobel accorde des licences de fabrication sur place (Norvège, Allemagne, États-Unis) ; mais de graves accidents surviennent. L'usine de Nobel, à Heleneborg (Suède), est détruite en 1864 ; celle de Hambourg, en 1866. C'est alors que Nobel transforme la nitroglycérine en pâte, lui ajoutant 25 p. 100 d'une terre siliceuse à diatomées, le kieselguhr. Formée de carapaces d'infusoires microscopiques, cette dernière substance, chimiquement inerte et très poreuse, fixera l'explosif liquide. La nouvelle formule est brevetée en 1867. Et Nobel appellera dynamite le produit qui se présente sous tubes en carton, manipulés sans dommage, aisément insérés dans des trous de mines. L'aménagement des réseaux de chemin de fer et l'exploitation intensive des bassins houillers favorisent l'essor de la dynamite. Les sociétés Nobel se multiplient à l'étranger, tandis que la production, relativement faible en 1867 (11 t), dépasse 3 000 tonnes en 1874. Le succès s'affirme d'autant plus que Nobel, provisoirement installé à Paris (1873), invente un explosif très supérieur à la dynamite. Composée de nitroglycérine (93 p. 100) et de collodion (7 p. 100), la « dynamite extra Nobel » (brevet de 1875) n'est autre que le plastic. Le percement du tunnel du Saint-Gothard, le dynamitage des rochers de Hellgate dans la passe de New York, la construction du canal de Panamá, l'entaille profonde (90 m sur 7 km) du canal de Corinthe, le dégagement du Danube aux Portes de Fer, autant de travaux, irréalisables avec la poudre noire, qui rendent mondialement célèbres les fabrications de Nobel.

Quand il rédige un premier testament (1895), déposé dans une banque de Stockholm, Nobel est à la tête d'une affaire gigantesque. Ses quatre-vingts usines, dispersées à travers tous les continents, produisent chaque année 66 000 tonnes de dynamite et de plastic représentant quelque 100 millions de couronnes suédoises. Le testament de Stockholm prévoyait déjà une Fondation Nobel et la distribution, sous forme de prix, des revenus du capital. Nobel précisera ses dernières volontés dans un document rédigé à Paris, le 27 novembre 1895. Après son décès à San Remo, le 10 décembre 1896, le testament, rendu public en 1897, soulève mille contestations et querelles d'intérêts. La Fondation Nobel ne recevra ses statuts qu'en juin 1900. Des dotations de 300 000 F doivent récompenser annuellement, quelle que soit la nationalité des candidats, la plus importante découverte en chimie, en physique et en[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Alfred Nobel

Alfred Nobel

Alfred Nobel

Le chimiste suédois Alfred Nobel (1833-1896), inventeur de la dynamite, brevetée en 1867. Il a créé…

Sinclair Lewis, Frank Kellogg, Albert Einstein et Irving Langmuir

Sinclair Lewis, Frank Kellogg, Albert Einstein et Irving Langmuir

Sinclair Lewis, Frank Kellogg, Albert Einstein et Irving Langmuir

De gauche à droite, Sinclair Lewis (1885-1951), Prix Nobel de littérature 1930, Frank Kellogg…

Autres références

  • DYNAMITE-GOMME

    • Écrit par Patrice BRET
    • 291 mots

    Depuis le xive siècle, la poudre noire – substance à base de salpêtre, de soufre et de charbon de bois – servait non seulement de force propulsive mais aussi d’explosif pour les mines et les bombes. Vers 1800 apparurent les premiers chlorates et fulminates, utilisés surtout en petites quantités...

  • NOBEL FONDATION

    • Écrit par Pierre SPITZ
    • 1 173 mots
    • 2 médias

    La publication du testament d'Alfred Nobel (1833-1896) le 2 janvier 1897 provoqua en Suède bien des remous, aussi bien politiques que juridiques ; elle suscita même un début de panique financière, notamment parmi les actionnaires de la Société des pétroles de Bakou, créée par les frères Nobel,...

  • PATRIMOINE INDUSTRIEL EN SCANDINAVIE

    • Écrit par Louis BERGERON
    • 3 007 mots
    • 3 médias
    ...chercheurs dans le domaine industriel, qui a développé dans ce milieu une forte conscience de l'indépendance et de l'originalité de la technologie scandinave. Un des meilleurs exemples en est sans doute le prestige qui s'attache à Alfred Nobel et à l'élaboration des techniques de production et d'utilisation de...
  • PRIX NOBEL D'ÉCONOMIE

    • Écrit par Jézabel COUPPEY
    • 370 mots

    Lorsque Alfred Nobel rédigea son testament en 1895, il retint, parmi les domaines aptes à conférer « les plus grands bienfaits à l'humanité », la physique, la chimie, la physiologie ou la médecine, la littérature et, enfin, non un domaine mais un idéal en faveur duquel œuvrer, la paix mais... pas...

Voir aussi