CUGNOT NICOLAS JOSEPH (1725-1804)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La première réalisation d'un véhicule terrestre à vapeur (un tracteur pour le transport des canons) revient à l'ingénieur militaire français Nicolas Joseph Cugnot, né à Void en Lorraine. Le projet ayant été approuvé par Choiseul et par le général d'artillerie Gribeauval, Cugnot exécute d'abord, en 1769, un petit fardier à trois roues, dont une roue avant motrice remplaçant le cheval. Devant celle-ci, une ferrure soutient la chaudière qui alimente, alternativement, deux cylindres verticaux, situés de part et d'autre de la roue. La vapeur poussant les pistons vers le bas, les tiges, solidaires d'un balancier, agissent tour à tour sur un système à rochet, de chaque côté de l'essieu, et entraînent la roue. On notera qu'un mouvement alternatif est déjà transformé en mouvement de rotation, bien avant la machine à double effet de Watt (1783). Enfin, pour diriger le véhicule, un volant à poignées commande, par engrenage, la roue motrice. En 1770, Choiseul et Gribeauval assistent aux essais du chariot, effectués dans la cour de l'Arsenal, à Paris : la « voiture sans chevaux » se déplace par ses propres moyens, circulant à la vitesse de 4 kilomètres par heure.

Pour réussie qu'elle soit, cette première expérience révèle un défaut de conception : la chaudière paraît faible et disproportionnée aux cylindres. L'autonomie de marche du véhicule, en particulier, n'excède pas quinze minutes, après quoi le même délai est nécessaire pour obtenir une nouvelle production de vapeur. Néanmoins, Cugnot reçoit l'ordre de construire un autre fardier, à vraie grandeur cette fois et compte tenu des observations précédemment enregistrées. La voiture, équipée d'un nouveau moteur, est achevée en 1771. Mais la disgrâce de Choiseul (1770) entraînera la suppression des crédits affectés au projet de traction à vapeur. Finalement, le second chariot n'ayant jamais atteint le stade de l'essai technique, on ne saurait accréditer plus longtemps une légende tenace selon laquelle il se serait disloqué en enfonçant un mur.

Abandonnée à l'Arsenal, la seconde voiture de Cugnot rejoindra, en 1800, les collections du Conservatoire national des arts et métiers.

—  Jacques MÉRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CUGNOT NICOLAS JOSEPH (1725-1804)  » est également traité dans :

FARDIER DE CUGNOT

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LOUBET
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

Sous la conduite du général Jean-Baptiste de Gribeauval, spécialiste de l'artillerie et inventeur d'un procédé d'usinage des canons, l'ingénieur du génie militaire français Joseph Cugnot (1725-1804) s'intéresse à la motorisation d'un fardier d'artillerie, un brancard à deux roues. Le premier modèle, conçu à partir de 1765, naît autour d'une idée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fardier-de-cugnot/#i_27068

AUTOMOBILE - Histoire

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 5 990 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre «  Les origines : la vapeur et l'électricité »  : […] un grand nombre de propositions qui seront reprises près d'un siècle plus tard par le Français Joseph Cugnot pour mettre au point, en 1769, son « fardier », brancard d'artillerie en bois à deux roues qu'il équipe d'une machine à vapeur (poids : 3 tonnes ; vitesse : 3,5 km/h) actionnant une roue unique installée à l'avant. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-histoire/#i_27068

Pour citer l’article

Jacques MÉRAND, « CUGNOT NICOLAS JOSEPH - (1725-1804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-joseph-cugnot/