Georges KAYAS

maître de recherche au CNRS, physique corpusculaire

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 722 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air (pneuma) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-ci en terre, dont la forme la plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-element/#i_0

AIRY sir GEORGE BIDDELL (1801-1892)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 220 mots

Fils aîné de William Airy, il entre, à l'âge de dix ans, au Byatt Walker's School (Colchester), où il se fait remarquer pour son habileté manuelle. Entré au Trinity College (Cambridge, G.-B.) en 1819, il en sort en tant que senior wrangler en 1823 et, l'année suivante, il devient fellow de ce même collège. En 1823, G. B. Airy est nommé professeur lucasien de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/airy-sir-george-biddell/#i_0

ARAGO FRANÇOIS

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 640 mots

Après des études secondaires à Perpignan, Arago prépare le concours d'entrée à l'École polytechnique (Paris), où il entre en 1803. En 1805, il est nommé secrétaire du Bureau des longitudes et participe avec Biot à une expédition géodésique en Espagne, où il est fait prisonnier ; il ne revient en France qu'en 1809. Membre de la célèbre Société d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-arago/#i_0

ARSONVAL ARSÈNE D' (1851-1940)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 398 mots

Médecin, biologiste et physicien français, d'Arsonval a fait ses études au lycée impérial de Limoges, puis au collège Sainte-Barbe à Paris. Il se destinait à la médecine lorsqu'il fit la rencontre de Claude Bernard dont il devint le préparateur (1873-1878). De 1882 à 1910 il dirigea le laboratoire de biophysique du Collège de France à Paris, puis le nouveau laboratoire de Nogent-sur-Marne dont il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsene-d-arsonval/#i_0

ASTON FRANCIS WILLIAM (1877-1945)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 478 mots

Chimiste et physicien britannique, né à Harborne, Aston obtient, en 1892, une bourse qui lui permet d'effectuer des travaux de stéréochimie avec Frankland. Après avoir suivi un cours de chimie des fermentations, il est chimiste de brasserie à Wolverhampton (1900-1903), mais, en 1903, il est de retour à l'université de Birmingham en qualité de chercheur auprès du physicien Poynting ; puis, professe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-william-aston/#i_0

AVOGADRO LORENZO ROMANO AMEDEO CARLO, comte de Quaregna et de Ceretto (1776-1856)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 493 mots

Physicien et chimiste italien, né et mort à Turin. Avogadro, après des études à Turin, obtient, en 1796, le titre de docteur en droit ecclésiastique ; mais, sans doute impressionné par la découverte de la pile électrique par A. Volta, il s'intéresse, à partir de 1800, aux mathématiques et à la physique et, avec son frère Felice, aborde l'étude de l'électricité. En 1806, il est démonstrateur à l'Ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-romano-amedeo-carlo-avogadro/#i_0

BECQUEREL ANTOINE CÉSAR (1788-1878)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 347 mots

Ancien élève de l'École polytechnique (où il entre en 1806), sorti dans le corps des ingénieurs militaires, Becquerel, après la chute de Napoléon, se consacre uniquement à la science et il est le premier à occuper la chaire de physique au Muséum d'histoire naturelle de Paris (1838). Il est le chef de file de toute une dynastie d'hommes de science : son fils Alexandre Edmond lui succède au Muséum n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-cesar-becquerel/#i_0

BEHAIM DE NUREMBERG MARTIN (1459?-1507)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 154 mots

Fils de grands marchands flamands, Behaim, né à Nuremberg en 1459 (ou en 1436, selon certains auteurs), fut l'un des disciples de Regiomontanus. En 1480, il est, à Lisbonne, un des conseillers de Jean II en matière de navigation.Il perfectionne l'astrolabe, introduisant dans sa fabrication le cuivre, plus solide et plus précis que le bois utilisé jusqu'alo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-behaim-de-nuremberg/#i_0

BIOT JEAN-BAPTISTE (1774-1862)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 673 mots

Né le 21 avril 1774 à Paris, fils d'un paysan lorrain qui le destinait au commerce, Biot fait ses études au collège Louis-le-Grand (Paris). En conflit avec son père, il s'engage comme artilleur (1792). En 1794, il entre à l'École des ponts et chaussées, puis à l'École polytechnique où il est remarqué par Monge : en 1797, il est nommé professeur à l'École centrale de Beauvais et, en 1799, examinate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-biot/#i_0

BOYLE ROBERT (1627-1691)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 634 mots

Né à Lismore (Irlande) et mort à Londres, le plus jeune des quatorze enfants de Richard Boyle, comte de Cork.Après des études à Eton, Robert Boyle reçoit à Genève une éducation très libérale et y étudie les mathématiques. En 1642, il poursuit ses études à Florence, où il est initié aux travaux de Galilée. Rentré en Angleterre, il rencontre Samuel Hartlib, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-boyle/#i_0

BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 476 mots

Après sa thèse de doctorat, Enumeratio ac descriptio hygrometrorum (1830), Bunsen est nommé privat dozent à Göttingen (1833), puis il succède à Wöhler à l'école polytechnique de Kassel (1836). En 1838, il est professeur extraordinaire à Warburg, puis professeur en titre (1842) ; dix ans plus tard, il succède à Léopold Gmelin à Heidelberg, où il a séjourné jusqu'à sa mort. C'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wilhelm-bunsen/#i_0

CALORIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 379 mots

Ancien nom de la chaleur considérée comme un fluide pondérable dérivant du feu platonicien. Passant à travers les parois des vases (à cause de l'acuité de ses arêtes et de ses sommets pointus), il provoquait, d'une part, la dilatation des corps (en s'insinuant entre leurs propres particules qu'il éloignait les unes des autres) et, d'autre part, une augmentat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calorique/#i_0

COOLIDGE WILLIAM DAVID (1873-1975)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 548 mots

Physicien et chimiste américain, né à Hudson (Massachusetts) et mort à Schenectady (État de New York). Descendant d'une famille rurale, le physicien américain William David Coolidge poursuit ses études au célèbre Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) où il obtint le diplôme d'ingénieur électricien en 1896. Très attiré par la physique des rayons X, récemment découverts par Röentgen (1895), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-david-coolidge/#i_0

COWAN CLYDE L. Jr. (1919-1974)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 554 mots

Physicien et chimiste américain dont les travaux portent sur la physique nucléaire, la physique des particules et le rayonnement cosmique.Clyde L. Cowan commence par étudier la chimie à l'École des mines et de métallurgie du Missouri où il obtient le titre d'ingénieur-chimiste (1940). Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est capitaine d'aviation et, après la guerre, il suit l'enseignement de l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clyde-l-cowan/#i_0

DILUTION ISOTOPIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 332 mots

En essayant de séparer le radioplomb (Ra D) du plomb inactif dans un échantillon de plomb, G. de Hevesy s'aperçut que cette séparation était impossible à réaliser par les méthodes habituelles. Il eut l'idée d'utiliser le Ra D fortement dilué dans le plomb ordinaire comme indicateur radioactif de ce dernier (traceur), dont la présence était révélée par son compagnon radioactif ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dilution-isotopique/#i_0

EAU, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 719 mots

Pour Thalès de Milet, le premier des physiologues ioniens, l'eau est le principe de toutes choses ; après lui, Empédocle d'Agrigente introduit quatre éléments : l'air, l'eau, la terre et le feu, qu'il appelle les quatre racines. Mais c'est surtout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-element/#i_0

ÉLECTROLYTES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 648 mots

On classe sous ce vocable l'ensemble des conducteurs ayant la propriété de conduire le courant électrique par transport simultané de matière vers les électrodes. Appartiennent à ce groupe les acides, les bases et les sels, à l'état fondu ou en solution, ainsi que certains cristaux dit ioniques. Dans le cas des solutions, il s'agit le plus souvent de solutions aqueuses, mais un grand nombre d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrolytes/#i_0

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 416 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode, sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/#i_0

FEU, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 642 mots

Au lieu de l'eau de Thalès et de l'air d'Anaximène, Héraclite d'Éphèse (~ 535-~ 475) pense que le principe de toutes choses est le feu, le Soleil lui-même n'étant qu'une mitraille incandescente. À ces trois éléments Empédocle ajoute la Terre. Dans la cosmogonie platonicienne (Le Timée), qui reprend et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feu-element/#i_0

FOCK VLADIMIR ALEXANDROVITCH (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 826 mots

Diplômé de l'université de Petrograd, Vladimir Alexandrovitch Fock entre à l'Institut d'optique en 1919 et par la suite à l'Institut de physique et de technique de Leningrad, où il est professeur de physique théorique à partir de 1922. Il est nommé membre de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S. en 1939. Très connu dans les milieux scientifiques, Fock a écrit plus de deux cents publications sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-alexandrovitch-fock/#i_0

FRIEDMANN ALEXANDRE ALEXANDROVITCH (1888-1925)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 378 mots

Astrophysicien et cosmologiste soviétique né à Saint-Péterbourg de parents musiciens. Friedmann entre en 1906 dans la section de mathématiques du département de physique et de mathématiques de l'université de Saint-Pétersbourg, où, encore étudiant, il écrit plusieurs articles sur les équations indéterminées du second degré ; il obtient la médaille d'or de son département, dans lequel il est nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-alexandrovitch-friedmann/#i_0

GALLIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 300 mots

De Gallia, FranceSymbole chimique : GaNuméro atomique : 31Masse atomique : 69,72Point de fusion : 29,78 0CPoint d'ébullition : 2 403 0CDensité (à 29,6 0C) : 5,904.Métal très facilement liquéfiable, découvert par Paul-Émile Lecoq de Boisbaudran (1875) par son spectre, isolé, étudié aussitôt après et classé à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gallium/#i_0

GAY-LUSSAC LOUIS JOSEPH (1778-1850)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Physicien et chimiste français, né à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) et mort à Paris. Entré à l'École polytechnique en 1797, Gay-Lussac est transféré deux ans plus tard à l'École des ponts et chaussées. Il devient assistant de Berthollet, puis démonstrateur d'Antoine François de Fourcroy à l'École polytechnique ; en 1810, il succède à ce dernier comme professeur de chimie puis, de 1808 à 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-joseph-gay-lussac/#i_0

GEISSLER HEINRICH (1815-1879)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 341 mots

Mécanicien et physicien allemand, né à Igelshied (Thuringe) et mort à Bonn. Fils d'un souffleur de verre, Heinrich Geissler apprit lui-même ce métier dans le duché de Saxe-Werningen et l'exerça dans plusieurs universités allemandes, parmi lesquelles l'université de Munich.Entré en tant que mécanicien à l'université de Bonn (1852), il y établit un laboratoire de fabrication d'instruments de physiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-geissler/#i_0

HAHNIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 432 mots

Actinide, du nom d'Otto HahnSymbole chimique : HaNuméro atomique : 105.La découverte de cet élément artificiel avait été annoncée en 1968 par un groupe de physiciens russes du centre de Dubna, mais les arguments donnés ne semblaient pas convaincants ; cependant, en avril 1970, les chercheurs américains A. Ghiorso, M. Nurmia, K. Eskola, J. Harris et P. Eskola ont réussi à préparer un isotope radioa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hahnium/#i_0

HERTZ HEINRICH RUDOLPH (1857-1894)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 287 mots

Physicien allemand (oncle de Gustav Hertz, lauréat du prix Nobel de physique en 1925) né à Hambourg et mort à Bonn. Heinrich Rudolph Hertz, après des études d'ingénieur, abandonne cette branche pour la physique, qu'il étudie à Berlin sous la direction de Hermann von Helmholtz.Nommé privatdozent à Kiel (1883), Hertz y commence l'étude de la théorie de Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-rudolph-hertz/#i_0

HEVESY DE HEVES GEORGE (1885-1966)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 504 mots

Chimiste suédois d'origine hongroise né à Budapest et mort à Fribourg-en-Brisgau, lauréat du prix Nobel de chimie (1943) « pour ses travaux sur l'emploi des isotopes comme indicateurs dans l'étude des processus chimiques ».Hevesy de Heves fait ses études secondaires au gymnase de sa ville natale, entre ensuite à l'université de Budapest, continue à l'École polytechnique de Berlin et obtient son do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-hevesy-de-heves/#i_0

INDIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 268 mots

De indicum, indigoSymbole chimique : InNuméro atomique : 49 gMasse atomique : 114,82Point de fusion : 156,6 0CPoint d'ébullition : 2 080 0CDensité (à 20 0C) : 7,31.Élément chimique du groupe des métaux rares, blanc argenté brillant, mou, plastique, rayable à l'ongle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indium/#i_0

JAUCH JOSEF MARIA (1914-1974)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 383 mots

Né à Lucerne, Josef Jauch effectue ses études à l'École polytechnique fédérale de Zurich sous la direction de Wolfgang Pauli et, son diplôme obtenu, il se rend aux États-Unis où il prépare son doctorat avec E. Hill à l'université de Minnesota (1940). De retour en Europe, il est assistant de Pauli à l'École polytechnique. Après un séjour de deux ans à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-maria-jauch/#i_0

KOWARSKI LEW (1907-1979)

  • Écrit par 
  • E.U., 
  • Georges KAYAS
  •  • 592 mots

Physicien et chimiste français, Lew Kowarski est né à Saint-Pétersbourg le 10 février 1907 et mort à Genève le 30 juillet 1979. Il quitte la Russie en 1918 puis, après un séjour à Vilnius (Lituanie), part étudier en Europe de l’Ouest. Lew Kowarski commence ses études en Belgique (1923), puis les poursuit à l'École de chimie industrielle de Lyon (France), où il obtient le diplôme d'ingénieur chimis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lew-kowarski/#i_0

LE CHATELIER HENRY (1850-1936)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 290 mots

Chimiste français né à Paris et mort à Miribel-les-Échelles (Isère). Élève de l'École polytechnique, puis de l'École des mines, Henry Le Chatelier travaille deux ans comme ingénieur avant d'être nommé professeur de chimie générale à l'École des mines, en 1877. Il y enseigne cette matière jusqu'en 1888. Pendant ce temps, il se fait connaître par ses travaux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-le-chatelier/#i_0

LIEBIG JUSTUS baron von (1803-1873)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 659 mots

Chimiste allemand, né à Darmstadt et mort à Munich. Justus von Liebig a fait son apprentissage chez son père droguiste qui s'intéressait à l'amélioration de ses produits.Après un stage dans une pharmacie, d'où il est renvoyé après avoir causé quelques dégâts, il entre à l'université de Bonn, mais, l'année suivante (1821), il part pour Erlangen, où K. Kastner vient d'être nommé professeur. Après so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justus-liebig/#i_0

MACHINES SIMPLES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 670 mots

Il est malaisé de déterminer le moment précis de l'apparition des différentes machines simples dans l'histoire de la civilisation ; le levier a sans doute été utilisé très tôt, peut-être avant la période historique, alors que la poulie et la balance, de conception plus difficile, lui sont bien postérieures. L'utilisation de la balance est attestée par les pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machines-simples/#i_0

MANHATTAN PROJECT

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 674 mots

On désigne sous le nom de Manhattan Project le premier programme américain de réalisations scientifique et technique destinées à la fabrication de bombes atomiques à uranium 235 et à plutonium, élaboré par les autorités américaines en 1943. Les travaux entrepris, qui mobilisèrent un grand nombre de savants de différe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manhattan-project/#i_0

MARIOTTE EDME (1620-1684)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 240 mots

Physicien français né à Dijon et mort à Paris, Edme Mariotte est l'un des savants du xviie siècle qui ont continué en France la grande tradition de Galilée, comme l'ont fait en Angleterre R. Boyle et I. Newton.S'intéressant à la nouvelle science des gaz, inaugurée par J. B. van Helmont, il a publié, en 1676, son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edme-mariotte/#i_0

MATÉRIALISATION, physique

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 326 mots

On appelle matérialisation toute transformation d'énergie en matière ; le seul processus connu de matérialisation est celui du photon d'énergie hν qui se convertit, au voisinage d'un noyau, en une paire électron-positron. Le phénomène ne peut avoir lieu dans le vide, où serait impossible la conservation du quadrivecteur énergie-impulsion du photon initial ; de plus, il est néce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisation-physique/#i_0

MCMILLAN EDWIN MATTISON (1907-1991)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 447 mots

Physicien américain né à Redondo Beach (Californie) et mort à El Cerrito (Californie). Il a reçu, avec Glenn Theodore Seaborg le prix Nobel de chimie (1951) pour ses découvertes dans le domaine de la chimie des éléments transuraniens.Après des études au California Institute of Technology (Caltech) et à Princeton, Edwin Mattison McMillan obtien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-mattison-mcmillan/#i_0

MEITNER LISE (1878-1968)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 223 mots

Physicienne et chimiste nucléaire autrichienne. Après des études à Vienne où elle était née, Lise Meitner se rend, en 1907, à Berlin pour y recevoir l'enseignement de Max Planck, qui, en introduisant, en 1900, le « quantum d'action », avait jeté les bases de l'ancienne théorie des quanta. Elle travaille ensuite avec Ot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lise-meitner/#i_0

MEYER JULIUS LOTHAR (1830-1895)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 326 mots

Chimiste allemand né à Varel dans l'Oldenburg (ancien État de l'Allemagne incorporé aujourd'hui dans le Land de Basse-Saxe) et mort à Tübingen. Il a établi, indépendamment de Mendeleïev, une classification des éléments mettant en évidence la périodicité de leurs propriétés. Tout en ayant étudié la physique, Julius Lothar Meyer s'intéressait principalement à la chimie. Il a commencé sa carrière sci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-lothar-meyer/#i_0

MOISSAN HENRI (1852-1907)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 217 mots

Chimiste français, né et mort à Paris, qui reçut en 1906 le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur l'isolement du fluor et pour la réalisation du four électrique qui porte son nom. Après des études au Muséum d'histoire naturelle et à l'école de pharmacie de Paris, Henri Moissan devient professeur de toxicologie (1886) et de chimie minérale (1889) à l'école […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-moissan/#i_0

MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS (1887-1915)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 465 mots

Physicien britannique, né à Weymouth, dans le Dorset, qui a démontré expérimentalement (par l'analyse des spectres de rayons X) que les propriétés physiques et chimiques des éléments sont déterminées par le nombre atomique, et non par la masse atomique, établissant ainsi la notion de nombre atomique (proposée un an auparavant par le Néerlandais Van den Broeck). Ce nombre est égal au nombre des pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-gwyn-jeffreys-moseley/#i_0

NUCLIDE ou NUCLÉIDE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 168 mots

On appelle nuclides, ou espèces nucléaires, l'ensemble des noyaux de tous les isotopes des éléments chimiques. Les isotopes d'un élément étant caractérisés par le même nombre atomique Z et possédant un nombre variable N de neutrons, tels que Z + N = A (masse atomique), un nuclide est parfaitement déterminé par la donnée de deux nombres Z et A, dont le premier détermine l'espèce chimique (et par co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nuclide/#i_0

OPPENHEIMER JULIUS ROBERT (1904-1967)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 522 mots

Physicien américain né à New York et mort à Princeton, Julius Robert Oppenheimer entre, en 1925, à l'université Harvard. Diplômé en 1928, il poursuit des études de mathématiques et de physique théorique à l'université de Göttingen, où il obtient son doctorat sous la direction de Max Born. C'est la grande période du développement de la nouvelle théorie des q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-robert-oppenheimer/#i_0

PHILOLAOS (fin VIe-déb. Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 541 mots

D'après Diogène Laërce, Philolaos serait originaire de la ville de Crotone (Italie du Sud) ; dans le catalogue de Jamblique (La Vie pythagorique), il est classé parmi les élèves directs de Pythagore. Après l'incendie de leur école par les Cyloliens, Philolaos se rendit à Thèbes, où il eut Platon parm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philolaos/#i_0

PHLOGISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 764 mots

Cet adjectif grec (phlogiston) signifiant « inflammable » est utilisé pour la première fois par Aristote pour désigner une combustion accompagnée de flamme ; il fut ensuite repris par Becher (1635-1682) et surtout par Stahl (1660-1734) dans les circonstances suivantes. Becher pensait que tous les corps composés contiennent, en proporti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phlogistique/#i_0

PROUST JOSEPH LOUIS (1754-1826)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 163 mots

Chimiste français né et mort à Angers. Fils de pharmacien, Proust étudie la chimie avec G. F. Rouelle. Diplômé pharmacien, il devient chef pharmacien à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il enseigne la chimie à l'école d'artillerie de Ségovie (Espagne) et au laboratoire royal de Madrid qui était, à l'époque, l'un des laboratoires les mieux équipés. C'est au laboratoire de Madrid, entre 1799 et 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-louis-proust/#i_0

RAOULT FRANÇOIS MARIE (1830-1901)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 304 mots

Chimiste et physicien français né à Fournes-en-Weppes, dans le Nord, et mort à Grenoble. Après avoir occupé plusieurs postes d'enseignement et été nommé professeur de chimie au lycée de Sens, François Marie Raoult fut chargé de cours à l'université de Grenoble (1867) ; en 1870, il accéda à la chaire de chimie de cette même université, poste qu'il conserva jusqu'à sa mort.Ayant soutenu sa thèse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-marie-raoult/#i_0

RITTER JOHANN WILHELM (1776-1810)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 209 mots

Physicien et chimiste allemand né à Samitz (Silésie) et mort à Munich. Autodidacte, Johann W. Ritter se rend à Iéna, à l'âge de dix-neuf ans, pour étudier la physique et la chimie ; il devient l'un des partisans de la Naturphilosophie naissante.Il réalise plusieurs expériences sur les phénomènes galvaniques, qu'il s'efforce de généraliser à tous les corps d'origine organique ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-wilhelm-ritter/#i_0

ROSENFELD LÉON (1904-1974)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 590 mots

Physicien belge, spécialiste de la mécanique quantique. Après avoir terminé ses études de physique théorique à l'université de Liège et obtenu le titre de docteur en sciences physiques et mathématiques de cette même université (1926), Rosenfeld complète sa formation dans plusieurs centres européens réputés. Grâce à une bourse du gouvernement belge, il travaille à l'École normale supérieure de Pari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-rosenfeld/#i_0

RYDBERG JOHANNES ROBERT (1854-1919)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 201 mots

Physicien suédois né à Halmstad et mort à Lund. Johannes R. Rydberg effectue ses études à l'université de Lund, où il sera nommé professeur en 1901. Lauréat de mathématiques (1879), Rydberg s'oriente vers la physique et plus particulièrement vers l'étude des spectres optiques des éléments. En 1889, alors maître de conférences à Lund, examinant les raies spectrales des métaux alcalins et alcalino-t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-robert-rydberg/#i_0

SAINTE-CLAIRE DEVILLE HENRI (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 275 mots

Chimiste français né à l'île Saint-Thomas (Antilles) et mort à Boulogne-sur-Seine. Fils d'un consul de France, Henri Étienne Sainte-Claire Deville obtient, en 1844, deux doctorats, en médecine et en sciences ; il est alors chargé de l'organisation de la nouvelle faculté des sciences de Besançon (1844), où il est aussi professeur de chimie puis doyen (1845-1851). En 1851, il succède à A. J. Balard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-sainte-claire-deville/#i_0

SAVART FÉLIX (1791-1841)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 178 mots

Physicien français né à Mézières et mort à Paris. Alors qu'il était chirurgien militaire, Félix Savart traduit le De arte medica du médecin romain du ~ ier siècle, Celse, puis, abandonnant la médecine, il se consacre exclusivement à l'acoustique.En 1819, Savart se rend à Paris, où son mémoire sur les instruments à cordes est présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-savart/#i_0

SCANDIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 272 mots

De Scandia, Scandinavie.Symbole chimique : ScNuméro atomique : 21Masse atomique : 44,95Point de fusion : 1 539 0CPoint d'ébullition : 2 832 0CDensité (à 25 0C) : 2,989Élément chimique du groupe des terres rares, mou et d'aspect argenté, prédit par Mendeleïev sous le nom d'ekabore, découvert par Lars Fredrik Ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandium/#i_0

SCHWARZSCHILD KARL (1873-1916)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 324 mots

Astronome allemand, né à Francfort-sur-le-Main, K. Schwarzschild se distingue, à l'âge de seize ans, par un article sur la théorie des orbes célestes et il fait ses études à Munich auprès de Hugo von Seeliger. En 1901, il est professeur et directeur de l'observatoire de Göttingen, poste qu'il quitte en 1909 pour prendre la direction de l'observatoire d'astrophysique de Potsdam.Schwarzschild est l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-schwarzschild/#i_0

STAUDINGER HERMANN (1881-1965)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 176 mots

Chimiste allemand, né à Worms et mort à Fribourg-en-Brisgau, lauréat du prix Nobel de chimie (1953) pour sa contribution au développement des matières plastiques.Après avoir été reçu docteur de l'université de Halle (1903), il occupe plusieurs postes académiques puis devient professeur à l'université de Fribourg-en-Brisgau (1926) et directeur de laboratoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-staudinger/#i_0

TCHERENKOV PAVEL ALEXEÏEVITCH (1904-1990)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 253 mots

Physicien soviétique, né le 28 juillet 1904 à Tchigla (région de Voronej) et mort à Moscou le 6 janvier 1990, lauréat du prix Nobel de physique en 1958, en même temps que I. E. Tamm et I. M. Frank, pour la découverte et l'interprétation de l'« effet Tcherenkov ».Diplômé de la faculté de physique et de mathématiques de Voronej en 1928, Tcherenkov entre en 1930 à l'institut Lebedev de l'Académie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pavel-alexeievitch-tcherenkov/#i_0

TELLURE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 385 mots

Symbole chimique : TeNuméro atomique : 52Masse atomique : 127,6 gPoint de fusion : 449,8 0CPoint d'ébullition : 1 390 0CDensité (à 20 0C) : 6,4Élément chimique de la famille des chalcogènes (colonne VI a de la classification périodique), d'aspect argenté et de dureté 2,3 (échelle Mohs), le tellure fut découver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tellure/#i_0

TERRES, chimie

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 421 mots

Selon Empédocle d'Agrigente (~ 490-~ 430), la sphère de l'univers est constituée de quatre racines, le feu, l'air, l'eau et la terre, qui tantôt se combinent sous l'influence de l'amour pour donner les corps matériels, les animaux et les végétaux, tantôt se décomposent sous l'influence de la haine en leurs éléments. Le monde est donc so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terres-chimie/#i_0

THALLIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 268 mots

Du grec thallos, verdure.Symbole chimique : TlNuméro atomique : 81Masse atomique : 204,37 gPoint de fusion : 303,5 0CPoint d'ébullition : 1 457 0CDensité (à 20 0C) : 11,85Métal mou, facilement fusible, facilement oxydable dans l'air, découvert, grâce à sa raie spectrale verte, par sir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thallium/#i_0

THÉNARD LOUIS JACQUES baron (1777-1857)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 174 mots

Chimiste français, fils de paysan, né le 4 mai 1777 à La Louptière, près de Nogent-sur-Seine, et mort le 21 juin 1857 à Paris. Thénard obtint différents postes d'enseignement grâce à la protection de Nicolas Vauquelin qui le proposa en 1802 comme son successeur à la chaire de chimie du Collège de France. Il devient membre de l'Académie des sciences en 1810. Il enseigna aussi à l'École polytechniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-jacques-thenard/#i_0

UREY HAROLD CLAYTON (1893-1981)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 589 mots

Chimiste américain né à Walkerton (Indiana) et mort à La Jolla (Californie). Harold Clayton Urey commence sa carrière à Copenhague (1923-1924), où il prend part aux recherches de Niels Bohr sur la théorie de la structure de l'atome. Professeur associé à la Johns Hopkins University (Baltimore, 1924-1929), à Columbia Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-clayton-urey/#i_0

VAUQUELIN NICOLAS LOUIS (1763-1829)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 161 mots

Chimiste français, né et mort à Saint-André-d'Hébertot près de Pont-l'Évêque, qui a découvert les éléments chrome et béryllium (1797). Vauquelin travailla d'abord dans une pharmacie où il fut apprécié par Antoine-François Fourcroy qui fit de lui son assistant (1783-1791). Il commença à publier sous son nom en 1790 ; o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-louis-vauquelin/#i_0

VINOGRADOV ALEXANDRE (1895-1975)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 717 mots

Éminent chimiste soviétique, spécialisé en pétrochimie, géochimie et chimie analytique, né à Saint-Pétersbourg et décédé à Moscou. Alexandre Vinogradov entra à l'Académie militaire de médecine et à la faculté de chimie de l'université de Petrograd en 1920, fut diplômé en 1924 et devint un an plus tard professeur à l'Académie et collaborateur du laboratoire de géochimie de l'Académie des sciences d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-vinogradov/#i_0

WURTZ CHARLES ADOLPHE (1817-1884)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 214 mots

Chimiste et professeur français, célèbre par ses recherches sur les composés organiques. Après des études de médecine, il enseigna à Giessen (Allemagne), puis à Strasbourg (1843), sa ville natale. En 1845, il devint assistant de Jean-Baptiste Dumas auquel il succédera à l'École de médecine en 1852. En 1875, il sera le premier à occuper la chaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-adolphe-wurtz/#i_0

YTTRIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 262 mots

De Ytterby, village de Suède.Symbole chimique : YNuméro atomique : 39Masse atomique : 88,905 gPoint de fusion : 1 523 0CPoint d'ébullition : 3 337 0CDensité (à 25 0C) : 4,457Élément chimique du groupe des terres rares, de couleur argentée, ductile, dont les copeaux s'enflamment spontanément dans l'air. Principal représentant des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yttrium/#i_0

ZIEGLER KARL WALDEMAR (1898-1973)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 314 mots

Chimiste allemand lauréat né à Helsa, près de Kassel, et mort à Mülheim an der Ruhr. Karl Waldemar Ziegler partagea avec Giulio Natta, du prix Nobel de chimie (1963) pour leurs recherches sur l'amélioration des matières plastiques.Après une thèse de doctorat à l'université de Marburg (1923), Ziegler occupa plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-waldemar-ziegler/#i_0

ZWICKY FRITZ (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 618 mots

Astrophysicien suisse né le 14 février 1898 à Varna (Bulgarie) et mort à Pasadena (Californie) le 8 février 1974, Fritz Zwicky est élève de l'École polytechnique fédérale (Eidgenössische Technische Hochschule) de Zurich, où il sera assistant de recherche (1920-1925). C'est dans cet établissement qu'il connaît le théoricien de la physique Wolfang Pauli et le mathématicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-zwicky/#i_0