SEABORG GLENN THEODORE (1912-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste américain de la chimie nucléaire né à Ishpeming (Michigan) et mort à Lafayette (Californie), Glenn T. Seaborg a été professeur de chimie de l'université de Californie (Berkeley), directeur associé honoraire du Lawrence Berkeley Laboratory, et président du Lawrence Hall of Science de l'université de Californie.

Il a reçu son diplôme d'études supérieures en chimie à l'U.C.L.A. (1934) et obtenu son doctorat en chimie à Berkeley en 1937. Il a fait partie de l'université de Californie à partir de 1939 et fut doyen de ce campus de 1958 à 1961. En 1961, G. T. Seaborg a été nommé président de l'Atomic Energy Commission par le président Kennedy. Il fut reconduit à ce poste jusqu'en 1971 par les présidents Johnson et Nixon.

Le prix Nobel de chimie lui a été attribué en 1951, avec Edwin M. McMillan, pour leurs travaux sur la chimie des éléments transuraniens. Seaborg est un des découvreurs, en 1941, du plutonium (élément 94). À propos de cette découverte, répondant à une interview d'un journaliste de l'agence Associated Press, il déclarait : « Mon Dieu, je ne savais pas que nous allions changer l'histoire du monde. » Durant la Seconde Guerre mondiale, il a dirigé le Laboratoire de métallurgie de l'université de Chicago qui s'occupait de mettre au point les procédés d'extraction chimique concernant la production du plutonium en vue du projet Manhattan. Avec ses collaborateurs, il devait découvrir encore neuf autres éléments transuraniens supplémentaires : américium (élément 95), curium (96), berkélium (97), californium (98), einsteinium (99), fermium (100), mendélévium (101), nobélium (102), et l'élément 106. De façon exceptionnelle s'agissant d'un scientifique vivant, ce dernier élément fut baptisé officiellement du nom de seaborgium en 1997.

En 1944, Seaborg a formulé le concept des actinides à partir de la structure électronique des éléments lourds qui prévoyait avec précision que certains radioéléments naturels et les éléments transuraniens artificiels formeraient la série de transition des éléments actinides, de même que les éléments terres rares formaient la série des lanthanides. Ce concept est un des plus importants changements apporté à la classification périodique depuis son introduction par Mendeleïev au xixe siècle. Il montre comment les éléments transuraniens se positionnent parfaitement par rapport aux autres éléments du tableau périodique.

En tant que codécouvreur, Seaborg a été à l'origine de la production de nombreux isotopes radioactifs qui ont de nombreuses applications en recherche, en médecine nucléaire et dans l'industrie : l'iode 131, le technétium 99, le cobalt 57, le fer 55 et le fer 59, le zinc 65, le césium 137, le manganèse 54, l'antimoine 124, le californium 252, l'américium 241, le plutonium 238, ainsi que des radionucléides fissiles (plutonium 239 et uranium 233). Il a poursuivi son activité scientifique à Berkeley avec un groupe dont les objectifs sont actuellement la recherche de nouveaux radionucléides et de nouveaux éléments aux extrêmes limites de la classification périodique, la détermination des propriétés chimiques des éléments les plus lourds connus actuellement et l'étude du mécanisme des réactions entre des ions lourds utilisés comme projectiles ou comme cibles.

Seaborg est l'auteur de très nombreux livres. En 1994, il a publié Doyen à Berkeley, un mémoire sur les développements du campus de Berkeley pendant son mandat de doyen, Alchimie moderne : publications choisies de Glenn T. Seaborg et L'Histoire du plutonium : les journaux du professeur Glenn T. Seaborg de 1936 à 1946, ouvrage qui décrit sa découverte du plutonium et ses travaux relatifs au projet Manhattan. Il a écrit aussi plusieurs livres sur la question du contrôle des armes nucléaires et rédigé plus de 500 publications.

Parmi ses nombreux sujets d'intérêt, on peut citer la coopération scientifique au niveau international, l'histoire des sciences, le contrôle des armes nucléaires et, comme loisir, la randonnée. À travers le rapport Une nation à risque, publié en 1983 par la Commission nationale pour la qualité de l'enseignement dont il est membre, Seaborg est apparu comme le porte-parole de la nation américaine en matière d'éducation. Il a, entre autres, dénoncé la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel GENET, « SEABORG GLENN THEODORE - (1912-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/glenn-theodore-seaborg/