OPPENHEIMER JULIUS ROBERT (1904-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien américain né à New York et mort à Princeton, Julius Robert Oppenheimer entre, en 1925, à l'université Harvard. Diplômé en 1928, il poursuit des études de mathématiques et de physique théorique à l'université de Göttingen, où il obtient son doctorat sous la direction de Max Born. C'est la grande période du développement de la nouvelle théorie des quanta avec W. Heisenberg, P. Jordan, W. Pauli ; Oppenheimer rejoint Pauli à Zurich pour y étudier les problèmes de la structure de la matière (1928-1929). Après la formulation de la théorie des antiparticules par P. A. M. Dirac, et juste avant la découverte de l'électron positif (antiparticule de l'électron positif) par Carl David Anderson (1932), Oppenheimer démontre que particules et antiparticules doivent avoir la même masse.

Julius Robert Oppenheimer

Julius Robert Oppenheimer

Photographie

Le physicien américain Julius Robert Oppenheimer (1904-1967) est à la tête du projet Manhattan, comme directeur du laboratoire atomique de Los Alamos (Nouveau-Mexique), aux États-Unis, lors de la Seconde Guerre mondiale. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

À son retour aux États-Unis, il est nommé professeur à l'université de Californie (Berkeley) et au California Institute of Technology (Pasadena), où il forme le premier noyau de théoriciens américains.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Oppenheimer se trouve à la tête du Manhattan Project comme directeur du laboratoire atomique de Los Alamos (Nouveau-Mexique), avec une équipe exceptionnelle de scientifiques venus du monde entier.

En 1943, soupçonné de trahison au profit de l'U.R.S.S. à cause de ses opinions et de ses fréquentations des milieux de gauche avant la guerre, Oppenheimer est soumis à une enquête qui, bien que sans résultats, laisse un volumineux dossier au F.B.I.

Après les explosions atomiques sur le Japon, Oppenheimer entreprend, avec plusieurs autres physiciens de Los Alamos, une campagne d'information sur les dangers de l'arme atomique et participe à de nombreuses discussions.

En 1947, il est nommé président du General Advisory Committee pour l'énergie atomique ; à ce titre, il participe, en 1949, aux discussions sur l'opportunité de lancer un programme de construction de la bombe à hydrogène. Mais l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OPPENHEIMER JULIUS ROBERT (1904-1967)  » est également traité dans :

FEYNMAN RICHARD PHILLIPS (1918-1988)

  • Écrit par 
  • Alain LAVERNE
  •  • 2 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La bombe »  : […] Au début de 1943, et à la demande de Julius Robert Oppenheimer, Feynman est parmi les premiers physiciens à se rendre au centre de recherches de Los Alamos, dont l'objectif est la mise au point de la bombe à fission nucléaire. Dans ce milieu – autant protégé que surveillé –, Feynman peut donner libre cours aux multiples aspects de sa personnalité. Il est rapidement reconnu par Oppenheimer et Hans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-phillips-feynman/#i_48290

TELLER EDWARD (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 992 mots

Physicien américain . Né le 15 janvier 1908 à Budapest (Hongrie), dans une famille de la bourgeoisie juive, Edward Teller commence des études supérieures à l'institut de technologie de Budapest, puis étudie la chimie à Karlsruhe (Allemagne), avant de rejoindre l'université de Munich et d'y étudier la mécanique quantique sous la direction d'Arnold Sommerfeld. C'est finalement à Leipzig, sous la dir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-teller/#i_48290

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chercheurs résistants »  : […] On ne peut pas accepter la charge sociale de producteur de savoir sans endosser la responsabilité de ce qu'il adviendra de ce savoir, au moins quand les enjeux technologiques ont été définis ou quand il y a déjà controverse sur l'usage à venir des innovations ainsi préparées. Bien sûr, nul ne sait exactement ce qui pourrait advenir d'un nouveau savoir, mais c'est aussi cet imprévisible qui oblige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-sociale-des-scientifiques/#i_48290

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « La science mobilisée »  : […] La Seconde Guerre mondiale avait favorisé des innovations majeures (radar, propulsion à réaction, antibiotiques et arme atomique) ; les deux Grands ne pouvaient manquer d’enrôler les scientifiques au service de leur cause. La rivalité est vive en matière nucléaire depuis que les Russes, en 1949, sont parvenus à maîtriser l’arme atomique. Dans ce domaine, des scientifiques qui sont à l’origine d’av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide-notions-de-base/#i_48290

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « OPPENHEIMER JULIUS ROBERT - (1904-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-robert-oppenheimer/