PHLOGISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cet adjectif grec (phlogiston) signifiant « inflammable » est utilisé pour la première fois par Aristote pour désigner une combustion accompagnée de flamme ; il fut ensuite repris par Becher (1635-1682) et surtout par Stahl (1660-1734) dans les circonstances suivantes. Becher pensait que tous les corps composés contiennent, en proportions différentes, trois espèces de terre : la terre vitrifiable, la terre sulfureuse ou inflammable et la terre mercurielle.

C'est à cette deuxième terre, sulfureuse ou inflammable, que Stahl a donné le nom de phlogiston ou phlogistique. Ce « principe du feu » dérive lui-même du principe alchimique soufre ; c'est « du soufre presque pur » qui ne laisse aucun résidu après combustion, un « feu en puissance » qui, pendant la combustion des matières organiques (graisses, huiles, bois, etc.), se dégage dans l'atmosphère. Il est introduit par Stahl en ces termes : « Je crois être fondé à dire que premièrement, relativement au feu, ce principe sulfureux est non seulement un être approprié au mouvement igné et même celui qui y semble uniquement destiné, mais encore, à parler raisonnablement, ce principe est le feu corporel, la vraie matière de feu. Cependant, hors de la mixtion, il ne donne point de feu, il se dissipe et se volatilise en particules invisibles ou, du moins, il produit simplement de la chaleur qui est un feu très divisé [...]. D'après toutes ces circonstances réunies, j'ai jugé que l'on ne pourrait donner à cette matière de nom plus convenable que celui de la matière et du principe inflammable [...]. Voilà pourquoi je lui donne le nom grec de phlogiston, phlogistique ou inflammable. » Cette matière extrêmement subtile communique les couleurs aux substances auxquelles elle se trouve combinée, ainsi que les odeurs, mais n'a pas la faculté de s'unir à l'eau ; en revanche, elle se combine très facilement et très étroitement avec les substances solides, et tous les corps en contiennent des quantités plus ou moins [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHLOGISTIQUE  » est également traité dans :

CAVENDISH HENRY (1731-1810)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 847 mots

Dans le chapitre « Une étape décisive de la chimie »  : […] Dix-huit mémoires, publiés dans les Philosophical Transactions , dont dix consacrés à la chimie, telle est l'œuvre avouée par Cavendish. Inspirés par les expériences de son père Charles, ses premiers travaux eurent trait à la chaleur ; les apologistes de ses papiers inédits prétendent qu'il fut tout près d'énoncer la conservation de l'énergie. Fidèle aux modèles newtoniens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-cavendish/#i_9999

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  L'étude des gaz ou la chimie pneumatique »  : […] Une théorie empirique des gaz supposait d'abord la mise en œuvre d'une technique d'isolement. Au début du xviii e  siècle, Hales inventa le dispositif simple mais indispensable de la cuve à eau, qui sera perfectionné quand on remplacera l'eau par le mercure. Hales recueillit ainsi de nombreux gaz dégagés par chauffage de diverses substances ; ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_9999

DÉCOUVERTE DE L'HYDROGÈNE PAR CAVENDISH

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 727 mots

L’article envoyé en mai 1766 par l’honorable Henry Cavendish (1731-1810) à la Royal Society, dont il est membre, décrit de façon magistrale la découverte d’un gaz léger s’échappant de certaines réactions chimiques : l’hydrogène. Ces travaux, publiés dans la livraison datée du 1 er  janvier 1766 des Philosophical Transactions , s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-hydrogene-par-cavendish/#i_9999

GLAUBER JOHANN RUDOLF (1604-1670)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 596 mots
  •  • 1 média

L’Allemand Johann Rudolf Glauber est le découvreur du sulfate de sodium et considéré comme un des « pères de la chimie » et plus encore de la chimie industrielle. Né en 1604 à Karlstadt (Bavière) d’un père barbier, Johann Rudolf Glauber ne reçoit pas de formation universitaire, ni même d’apprentissage chez un apothicaire. Comme il le dit lui-même, il est un chimiste autodidacte « qui ne s’est jam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-rudolf-glauber/#i_9999

LAVOISIER ANTOINE LAURENT (1743-1794)

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 6 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands travaux scientifiques »  : […] En 1768, il entreprit d'approfondir la nature des quatre éléments considérés depuis l'Antiquité comme porteurs d'une réalité inaccessible à l'analyse scientifique : la terre, l'eau, l'air et le feu. Certes, les chimistes contemporains utilisaient déjà la balance, car depuis la diffusion de la mécanique newtonienne tous connaissaient le principe de la conservation de la matière, que personne n'avai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-laurent-lavoisier/#i_9999

ROUELLE GUILLAUME-FRANÇOIS, dit ROUELLE L'AÎNÉ (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Guillaume-François Rouelle (dit l’Aîné, pour le distinguer de son cadet Hilaire-Marin, également chimiste) est un apothicaire et chimiste français né à Mathieu (près de Caen) le 15 septembre 1703, dans une famille de fermiers normands. Ses cours parisiens furent suivis tant par les chimistes de son époque que par de nombreux philosophes des Lumières. Après avoir commencé des études de médecine à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-francois-rouelle/#i_9999

STAHL GEORG ERNST (1660-1734)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 239 mots

Chimiste allemand, né à Ansbach (Bavière), Georg Ernst Stahl étudie la médecine à Iéna. Dès 1683, il est chargé de cours et, en 1687, il devient médecin personnel du duc de Saxe-Weimar. Lors de la création de l'université de Halle, en 1693, il est nommé professeur de médecine en second, enseignant les « Institutiones » : physiologie, pathologie, diététique, pharmacologie, botanique. En 1716, il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-ernst-stahl/#i_9999

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « PHLOGISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phlogistique/