MCMILLAN EDWIN MATTISON (1907-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien américain né à Redondo Beach (Californie) et mort à El Cerrito (Californie). Il a reçu, avec Glenn Theodore Seaborg le prix Nobel de chimie (1951) pour ses découvertes dans le domaine de la chimie des éléments transuraniens.

Après des études au California Institute of Technology (Caltech) et à Princeton, Edwin Mattison McMillan obtient son doctorat en 1932. Il est nommé research fellow de l'université de Californie (Berkeley) et, deux ans après, research associate. Il est professeur assistant de 1936 à 1941, époque durant laquelle il est appelé à effectuer des recherches sur le radar.

La thèse de McMillan porte sur les faisceaux moléculaires, à l'aide desquels il entreprendra, par la suite, la mesure du moment magnétique du proton ; mais, à son entrée au laboratoire d'E. O. Lawrence, il s'oriente vers la recherche moléculaire et la construction d'accélérateurs de particules (cyclotrons).

Après la découverte du phénomène de la fission, qui a un grand retentissement à Berkeley, McMillan entreprend la mesure du parcours des produits de fission à l'aide de minces feuilles d'aluminium, puis de feuilles de papier à cigarettes. C'est ainsi que McMillan découvre que la feuille de papier-filtre qui porte l'uranium irradié contient deux corps radioactifs : l'un, de période de 23 minutes, qui n'est autre que l'uranium 239 découvert en 1936 par O. Hahn, L. Meitner et F. Strassmann ; l'autre, de période d'environ deux jours, qui pourrait être le produit de désintégration de l'uranium 239, c'est-à-dire un isotope de l'élément 93, appelé par la suite neptunium. Avec P. H. Abelson, et l'aide de E. Segrè, il montre que l'élément 93 croît en présence de l'uranium 239 et possède des propriétés voisines de celles de l'uranium. Cet isotope du neptunium (239Np) est, en outre, radioactif bêta et conduit à un autre élément nouveau, le plutonium 239, qui a une période de 2,3 jours (nombre atomique 94). McMillan, alors appelé à effectuer des recherches militaires sur le radar, ne participe plus aux travaux sur le plutonium et les autres éléments transuraniens qui sont menés à bien par Seaborg. Pendant la Seconde Guerre mondiale, McMillan est associé au Manhattan Project.

Membre de la Société américaine de physique, McMillan était, depuis 1947, membre de l'Académie nationale des sciences des États-Unis. La plus haute distinction scientifique des États-Unis, la National Medal of Science, lui fut décernée en 1990.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « MCMILLAN EDWIN MATTISON - (1907-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-mattison-mcmillan/