PYTHAGORE (-580?-? -500) ET PYTHAGORISME

Médias de l’article

Pythagore - Samos (Asie mineure)

Pythagore - Samos (Asie mineure)
Crédits : Dagli Orti/ Museo Capitolino Rome/ The Art Archive/ Picture Desk

photographie

Pythagore

Pythagore
Crédits : Hulton Getty

photographie


Il n'est guère, dans l'Antiquité, de figure plus mystérieuse que celle de Pythagore, ni qui ait posé de problèmes plus embarrassants aux historiens. Il passe pour n'avoir rien écrit, et sa pensée ne fut sans doute connue jusqu'à l'époque de Socrate que par une tradition orale, elle-même entourée de secret. Les documents qui permettent de la conjecturer émanent pour la plupart des néo-pythagoriciens de la fin de la République et des quatre premiers siècles de l'ère chrétienne, eux-mêmes connus à travers le néo-platonisme. En outre, Pythagore est devenu très tôt, peut-être même de son vivant, une figure de légende : on le dit fils d'Apollon, descendu aux Enfers, doué d'ubiquité, et faiseur de toutes sortes de miracles. Une extraordinaire affabulation, qui ne cesse de se développer au cours des siècles, entoure son personnage. Ainsi est-il déjà une énigme pour Aristote, qui évite le plus souvent de prononcer son nom, pour ne parler que de « ceux qu'on appelle pythagoriciens ». Imitant cette prudence, les historiens modernes doivent renoncer, sauf sur quelques points, à distinguer dans la tradition ce qui revient à Pythagore lui-même, et se résigner à parler seulement de « pythagorisme ancien ». Force est à l'historien actuel de conjecturer sa pensée à partir de son influence et de ses retombées, qui sont aussi considérables que sa figure historique est incertaine.

Pythagore - Samos (Asie mineure)

Pythagore - Samos (Asie mineure)

photographie

Né vers 580 avant J.-C. à Samos, en Asie mineure, Pythagore quitte sa ville natale pour s’établir à Crotone, colonie grecque d'Italie du Sud. Il y fonde des communautés aux règles de vie ascétiques. Son enseignement, à la fois ésotérique et mathématique, qui voyait dans les nombres la... 

Crédits : Dagli Orti/ Museo Capitolino Rome/ The Art Archive/ Picture Desk

Afficher

Pythagore

Pythagore

photographie

Le Grec Pythagore (580 av. J.-C. env.-env. 500 av. J.-C.), philosophe et mathématicien, n'a laissé aucun écrit et n'est connu que par la tradition orale. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Pythagore

Un penseur essentiellement religieux

L'existence de Pythagore au moins est assurée. Né dans la première moitié du vie siècle avant J.-C. à Samos en Asie Mineure, où il fut probablement en contact avec la pensée milésienne, il quitte vers l'âge de quarante ans sa ville natale pour émigrer à Crotone, en Italie méridionale. Il y entreprend une œuvre de prédication, visant à introduire une nouvelle règle de vie, et y fonde une communauté, à la fois religieuse et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : maître assistant de philosophie à la faculté des lettres et sciences humaines de Poitiers
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  PYTHAGORE (~580?-? ~500) ET PYTHAGORISME  » est également traité dans :

PYTHAGORE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marchand de Tyr établi à Samos , Pythagore de Samos est considéré comme le premier pur mathématicien ; ses premiers biographes le présentaient comme un être pourvu d'attributs divins. Il rencontra Thalès et suivit à Milet l'enseignement de son élève Anaximandre. Il quitte Samos en — 535 pour l'Égypte dont il adopte de nombreuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore/#i_8647

ABARIS (-VIe s.?)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 178 mots

Philosophe et mage mi-historique, mi-fabuleux (peut-être du ~ VIe siècle). Les témoignages dont on dispose à son sujet le font vivre tantôt au ~ VIIe, tantôt au ~ VIe, voire au ~ V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abaris/#i_8647

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 828 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Acousmatique et acoustique »  : […] Quant à Pythagore, on sait que ce philosophe, mathématicien et musicien n'a laissé aucun écrit. On rapporte qu'il imagina un dispositif original d'écoute attentive, en se plaçant derrière un rideau pour enseigner à ses disciples, dans le noir, et dans le silence le plus rigoureux. Acousmatique (du grec akousma, perception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-acousmatique/#i_8647

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] Avec l'école, ou plutôt la secte pythagoricienne, nous quittons le domaine strict de la philosophie de la nature. Sur la personne de son fondateur, Pythagore, né à Samos vers 570, mais émigré ensuite en Sicile, nous ne savons rien de certain, bien que la légende se soit rapidement emparée du personnage. Le pythagorisme se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8647

ARCHYTAS DE TARENTE (-440 env.-env. -360)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

J.-C. à Tarente, colonie grecque d'Italie du Sud, Archytas de Tarente est un scientifique, philosophe et mathématicien de l'école de Pythagore. Son ami proche, Platon, se fonde sur ses travaux mathématiques. Quelques sources prouvent qu'Euclide s'en sert aussi dans le Livre VIII de ses Éléments pour élaborer sa théorie des nombres. Archytas de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archytas-de-tarente/#i_8647

ARISTOXÈNE DE TARENTE (-IVe s.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 288 mots

Aristoxène le Musicien, né à Tarente entre ~ 356 et ~ 352, élève d'Aristote et ami de Dicéarque, a participé aux grands travaux historiques et scientifiques du Lycée sous le scolarquat de Théophraste, en écrivant — sur la musique, son histoire, son enseignement, ses instruments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristoxene-de-tarente/#i_8647

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme en Grèce »  : […] de la Grèce ancienne. On distinguera ici une tradition dualiste de l'ascèse-purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l'orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau (sômasêma) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le Gorgias (492 a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_8647

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 10 813 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école ionienne »  : […] Vers la fin du vie siècle, alors que l'école ionienne était en plein essor, Pythagore (~ 560 env.-env. ~ 480) fondait en Italie méridionale une nouvelle école, qui devait briller pendant plus de deux siècles. Pour Pythagore et ses disciples, le nombre règle tout : art, musique, science, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_8647

CATHARSIS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 815 mots

Dans sa Poétique, Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification (katharsis) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catharsis/#i_8647

CROTONE

  • Écrit par 
  • Jacques DUMONT
  •  • 240 mots

Colonie grecque d'Italie du Sud, fondée en ~ 709 par l'œciste achéen Myscellos de Rhypes, selon un double oracle de Delphes qui promet aux Syracusains la richesse, et aux Crotoniates la santé. Crotone bénéficie d'un double port et d'un arrière-pays fertile mais limité. Elle fonde Caulonia, Skyllètion et Térina sur le versant nord de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crotone/#i_8647

DÉMIURGE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 967 mots

La notion de démiurge revient à penser la réalité comme une création, puis de réduire celle-ci à une fabrication. L'histoire des civilisations et la continuité des traditions culturelles montrent que le thème du démiurge est largement réparti et singulièrement constant au cours de l'histoire humaine. Comment expliquer cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demiurge/#i_8647

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Philosophie occidentale »  : […] Les pythagoriciens, qui sont peut-être les plus anciens philosophes d'Occident (car les Ioniens étaient des physiciens), sont aussi, semble-t-il, les premiers qui puissent être appelés dualistes. D'une part, ils enseignaient que toutes choses sont composées de contraires : un et multiple, limité et illimité, impair et pair, masculin et féminin, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_8647

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 232 mots

Dans le chapitre « Empédocle et les pythagoriciens »  : […] Ces notions générales prirent chez les pythagoriciens des formes plus précises. Ils ajoutèrent à ces aperçus des conceptions mathématiques et géométriques dérivées de l'unité, envisagée comme l'éternelle génératrice des nombres. D'après Philolaüs (vers 450 av. J.-C.), la Terre est constituée par le cube, le Feu par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_8647

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 319 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enfer et paradis orphiques »  : […] populaires de l'autre monde. Dans le discours qu'Ovide prête à Pythagore dans ses Métamorphoses, celui-ci critique l'image traditionnelle du Tartare : « Ô genre humain, que consterne l'effroi d'être glacé par la mort, pourquoi redoutez-vous le Styx ? Pourquoi des ténèbres infernales et des noms vides de sens, matière à poésie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfers-et-paradis/#i_8647

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Tel est bien le sens de l'affirmation pythagoricienne, selon laquelle une harmonie cachée régit tout ce qui est. Écoutons Homère : n'est-ce pas la musique des sphères qu'il évoque par le chant des sirènes ? Le Beau ne serait-il pas ce qui accorde, en profondeur, les divergences ? Telle est l'harmonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_8647

GAMME

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 5 060 mots

Dans le chapitre « Vers la plus grande généralisation possible »  : […] des différentes gammes qui ont été présentées ici, et si certains esprits éminents prônent ceux de la gamme de Pythagore, d'autres recherchent de nouveaux compromis (comme la gamme à trente et un degrés). On a cru constater, par exemple, qu'un violoniste non accompagné par le piano (le piano étant l'instrument tempéré par excellence) joue dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gamme/#i_8647

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps des philosophes »  : […] Pythagore (vie s. av. J.-C.), « le sage de Samos », est une figure multiforme et, bien qu'il n'ait laissé aucun écrit, son influence a été énorme. Chef religieux (il avait été initié aux mystères égyptiens), philosophe, mathématicien, il introduisit dans la pensée la mystique du nombre et, par une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_8647

JOACHIM DE FLORE (1132 env.-env. 1202)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une exégèse arithmologique »  : […] Joachim combine les trois vertus théologales aux sept dons de l'Esprit pour obtenir le « dénaire » pythagoricien (somme des quatre premiers nombres) ; mais le chiffre 5 joue aussi son rôle et, s'ajoutant au 7, produit le 12. À titre d'exemple, on peut évoquer la théorie des douze « intelligences ». Les cinq premières (correspondant aux vertus de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-de-flore/#i_8647

MAÎTRES DE SAGESSE (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Luc BRISSON
  •  • 2 336 mots

Dans le chapitre « Le sage et le philosophe »  : […] serait pas trop grave si, comme certains l'ont cru, nous possédions l'acte de naissance du terme philósophos. Il s'agit d'une anecdote sur Pythagore racontée par Héraclide du Pont, qui, à la mort de Platon, aurait failli devenir le chef de l'Académie : « Pythagore fut le premier à s'appeler philosophe (philósophos) ; non seulement il employa un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitres-de-sagesse/#i_8647

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’époque paléo-babylonienne »  : […] des racines cubiques. Un autre exemple de mathématiques abstraites est fourni par la tablette Plimpton 322 qui donne une liste de triplets pythagoriciens. Cette tablette est connue largement au-delà du cercle des spécialistes, notamment chez les mathématiciens qui en ont fait leurs délices […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-les-mathematiques/#i_8647

LES MÉTAMORPHOSES, Ovide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une analyse des passions humaines »  : […] Par la bouche du philosophe Pythagore, Ovide nous indique, au livre XV des Métamorphoses, la finalité de l'œuvre entreprise. Pythagore y évoque l'interdit pesant, dans le groupe de ses fidèles, sur la consommation de viande. Puis il développe un discours sur le devenir du monde et enfin la métempsychose, ou transmigration des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-metamorphoses/#i_8647

OPPOSÉS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 937 mots

Depuis les formes les plus archaïques de la pensée, jusqu'en ses schèmes les plus abstraits, se retrouvent des oppositions (chaud-froid, bas-haut, civilisé-barbare, homme-femme, plein-vide, homogène-hétérogène, etc.). Une même intuition philosophique semble partagée en de nombreuses civilisations : l'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opposes/#i_8647

PHILOLAOS (fin -VIe-déb. -Ve s.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 537 mots

D'après Diogène Laërce, Philolaos serait originaire de la ville de Crotone (Italie du Sud) ; dans le catalogue de Jamblique (La Vie pythagorique), il est classé parmi les élèves directs de Pythagore. Après l'incendie de leur école par les Cyloliens, Philolaos se rendit à Thèbes, où il eut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philolaos/#i_8647

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 243 mots

Dans le chapitre « Le pythagorisme pur »  : […] Le concept de proportion dérive du concept d'ordre dans sa détermination numérique. L'axiome primordial de la doctrine pythagoricienne : « Tout est arrangé selon le nombre » profère une norme dont la compétence étendue à l'univers en règle le mode de composition ; l'essence de la réalité physique s'identifie au nombre rationnel et la beauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proportion/#i_8647

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Grecs et le développement de l'esprit rationnel »  : […] qui ait sa vérité en lui-même et ne la tire pas d'un donné qui lui reste extérieur. Les pythagoriciens verront dans le nombre la vérité des choses : le nombre, en effet, est rationnel, logique en lui-même, ce qui signifie qu'il constitue un domaine dans lequel tout peut être énoncé dans un logos (et la découverte des nombres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_8647

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 924 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les conséquences des guerres puniques »  : […] personnel de chacun. Ces croyances étaient communément attribuées à l'enseignement de Pythagore. Il s'agit d'un courant mystique qui semble avoir pénétré dans certaines classes cultivées. L'écrivain Ennius, Italique hellénisé, ne croit plus aux légendes divines de la Grèce : elles sont pour lui comme le reflet d'événements anciens et comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_8647

SAMOS

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  • , Universalis
  •  • 822 mots

e siècle avant J.-C. L’île vit naître le philosophe et mathématicien Pythagore et accueillit une école de sculpteurs. Un autre Pythagore, sculpteur originaire de Samos, réalisa des statues dont les historiens Pline l’Ancien et Pausanias font mention. Les vestiges de l’Heraion et l’ancien port fortifié de Pythagoreion sont classés au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samos/#i_8647

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 714 mots

Dans le chapitre « L'Un au-delà de l'Être »  : […] Mais cet « Un » évoque également les méditations pythagoriciennes sur les nombres. C'est de là et non des analogies de la fabrication artisanale que les pythagoriciens du ier siècle avant J.-C. avaient tiré l'esquisse d'une procession intégrale des choses à partir d'une origine unique. Si les choses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-un/#i_8647

VÉGÉTARISME

  • Écrit par 
  • Laurence OSSIPOW
  •  • 5 150 mots

Dans le chapitre «  Antiquité et Moyen Âge »  : […] souvent chronologiquement par la Grèce antique, en mettant sur le devant de la scène Pythagore et ses élèves. Dans son étude intitulée Les Jardins d'Adonis, Marcel Detienne discute cette paternité en montrant que les historiens grecs se contredisaient sur le type de nourriture consommée par les pythagoriciens. Diogène et Timée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetarisme/#i_8647

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel SAINTILLAN, Marcel DETIENNE, « PYTHAGORE (-580?-? -500) ET PYTHAGORISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore-et-pythagorisme/