LE CHATELIER HENRY (1850-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste français né à Paris et mort à Miribel-les-Échelles (Isère). Élève de l'École polytechnique, puis de l'École des mines, Henry Le Chatelier travaille deux ans comme ingénieur avant d'être nommé professeur de chimie générale à l'École des mines, en 1877. Il y enseigne cette matière jusqu'en 1888. Pendant ce temps, il se fait connaître par ses travaux dans le domaine de la métallurgie, des ciments, des verres, des combustibles et des explosifs. Il se tourne alors vers l'étude des phénomènes thermiques et met au point un thermocouple platine-rhodium pour la mesure des températures élevées et un pyromètre optique fondé sur l'analyse de la lumière émise par la source de chaleur.

Le principe qui porte son nom, cas particulier de la loi de l'action et de la réaction, et dans lequel il établit l'influence des paramètres physiques (température, pression, concentration des réactifs) sur le sens de déplacement d'une réaction chimique, est énoncé pour la première fois en 1884 et publié en 1888 dans sa Loi de stabilité de l'équilibre chimique ; il ignore alors que ces résultats ont déjà été prévus dans les travaux théoriques de J. W. Gibbs dont il traduira par la suite les œuvres.

En 1887, il devient professeur de chimie industrielle et métallurgique à l'École des mines, poste qu'il assurera jusqu'en 1919. En 1895, il propose que la flamme du chalumeau oxyacétylénique soit utilisée pour la soudure et le découpage des métaux. En 1908, il est nommé professeur de chimie à l'université de Paris, puis il est attaché au ministère de la Guerre entre 1914 et 1918.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., physique corpusculaire

Classification


Autres références

«  LE CHATELIER HENRY (1850-1936)  » est également traité dans :

CIMENT

  • Écrit par 
  • Bernard DARBOIS, 
  • Walter ROTHLAUF
  •  • 5 130 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] seulement en 1845 que l'Anglais Johnson indiqua de façon précise les règles de fabrication de ce produit. À la fin du xixe siècle, en France, Le Chatelier étudia la composition chimique des divers constituants des ciments ; son œuvre fut perfectionnée et achevée par l'Américain Bogue au xxe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciment/#i_2970

COMBUSTION

  • Écrit par 
  • Michel LUCQUIN
  •  • 4 687 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Inflammation, limite d'inflammabilité, extincteurs chimiques »  : […] La loi de Le Chatelier permet de prévoir la valeur des limites d'inflammabilité L des mélanges de combustibles. Elle s'applique surtout à la limite inférieure. Soit L1, L2, ..., Li les limites d'inflammabilité des différents combustibles ; C1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combustion/#i_2970

MÉTALLOGRAPHIE - Macrographie et micrographie optiques

  • Écrit par 
  • Gérard WYON
  •  • 3 984 mots
  •  • 1 média

Martens et Gustav Heinrich Tammann en Allemagne, Nicholas Timothy Belaiew en Russie, Henry Le Chatelier, Augustin Charpy et Albert Portevin en France, William Chandler Roberts-Austen et John Edward Stead en Angleterre, Carl Axel Benedicks en Suède, Albert Sauveur aux États-Unis et bien d'autres, qui tous développèrent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-macrographie-et-micrographie-optiques/#i_2970

SILICE

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Jean WYART
  •  • 5 733 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques »  : […] H. Le Chatelier a montré que le quartz α, de densité 2,65, subit, quand on le chauffe à 573 0C, une transformation dans une forme β ou H.T. (haute température), appartenant à l'hémiédrie hexagonale A63A23A2 ; le passage de la forme α à la forme β s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silice/#i_2970

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 296 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Équilibres chimiques et prévision des réactions »  : […] Ces lois du « déplacement de l'équilibre » par variations de ces facteurs ont été énoncées de façon qualitative mais extrêmement générale par H. Le Chatelier (1885) et K. F. Braun (1886). Enfin, grâce aux travaux de Nernst (1906) et de Max Planck (1912), les constantes d'équilibre ont pu être évaluées à partir de données uniquement calorimétriques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-chimique/#i_2970

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « LE CHATELIER HENRY - (1850-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-le-chatelier/