LE CHATELIER HENRY (1850-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste français né à Paris et mort à Miribel-les-Échelles (Isère). Élève de l'École polytechnique, puis de l'École des mines, Henry Le Chatelier travaille deux ans comme ingénieur avant d'être nommé professeur de chimie générale à l'École des mines, en 1877. Il y enseigne cette matière jusqu'en 1888. Pendant ce temps, il se fait connaître par ses travaux dans le domaine de la métallurgie, des ciments, des verres, des combustibles et des explosifs. Il se tourne alors vers l'étude des phénomènes thermiques et met au point un thermocouple platine-rhodium pour la mesure des températures élevées et un pyromètre optique fondé sur l'analyse de la lumière émise par la source de chaleur.

Le principe qui porte son nom, cas particulier de la loi de l'action et de la réaction, et dans lequel il établit l'influence des paramètres physiques (température, pression, concentration des réactifs) sur le sens de déplacement d'une réaction chimique, est énoncé pour la première fois en 1884 et publié en 1888 dans sa Loi de stabilité de l'équilibre chimique ; il ignore alors que ces résultats ont déjà été prévus dans les travaux théoriques de J. W. Gibbs dont il traduira par la suite les œuvres.

En 1887, il devient professeur de chimie industrielle et métallurgique à l'École des mines, poste qu'il assurera jusqu'en 1919. En 1895, il propose que la flamme du chalumeau oxyacétylénique soit utilisée pour la soudure et le découpage des métaux. En 1908, il est nommé professeur de chimie à l'université de Paris, puis il est attaché au ministère de la Guerre entre 1914 et 1918.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE CHATELIER HENRY (1850-1936)  » est également traité dans :

CIMENT

  • Écrit par 
  • Bernard DARBOIS, 
  • Walter ROTHLAUF
  •  • 5 130 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Dans la préhistoire et au début de l'Antiquité, les maçonneries étaient soit liées à l'argile, soit réalisées sans liant, comme les murs pélasgiques de Grèce ou les murs incas. À Babylone, les maçonneries de briques étaient liées au bitume. Les Égyptiens utilisèrent pour les pyramides, notamment, un plâtre grossier produit par cuisson d'un gypse (s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciment/#i_2970

COMBUSTION

  • Écrit par 
  • Michel LUCQUIN
  •  • 4 682 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Inflammation, limite d'inflammabilité, extincteurs chimiques »  : […] Pour enflammer un mélange gazeux, il faut lui fournir localement une quantité d'énergie suffisante. Cette énergie peut être thermique, électrique (décharge d'un condensateur) ou simplement provenir d'une autre flamme. Un mélange combustible ne s'enflamme que dans certaines conditions de pression et de rapport combustible/comburant (ou concentrati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combustion/#i_2970

MÉTALLOGRAPHIE - Macrographie et micrographie optiques

  • Écrit par 
  • Gérard WYON
  •  • 3 983 mots
  •  • 1 média

C'est dans la seconde moitié du xix e  siècle que le microscope optique a commencé à être utilisé pour examiner les structures des produits métallurgiques. Anasoff, en 1841, puis Henry Clifton Sorby, en 1864, furent les pionniers de cette technique avec Floris Osmond, lequel publia le premier ouvrage illustré de photomicrographie ( La Constitution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-macrographie-et-micrographie-optiques/#i_2970

SILICE

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Jean WYART
  •  • 5 731 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques »  : […] Le quartz cristallisé à la température ordinaire, sous une forme dite α ou B.T. (basse température), appartient au système hexagonal avec une symétrie ternaire A 3 3A 2  ; cette tétratoédrie hexagonale explique la fréquence des macles, qui rendent la plupart des quartz impropres aux usages industriels, électriques ou optiques. H. Le Chatelier a mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silice/#i_2970

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibres chimiques et prévision des réactions »  : […] Soit une réaction du type : après avoir attendu le temps suffisant pour qu'elle se produise (elle n'est pas obligatoirement instantanée), on dit qu'elle est complète si le réactif de départ en proportion la plus faible (les proportions employées n'étant pas obligatoirement celles de la réaction) a été consommé entièrement. Dans le cas contraire, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-thermodynamique-chimique/#i_2970

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « LE CHATELIER HENRY - (1850-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-le-chatelier/