MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS (1887-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien britannique, né à Weymouth, dans le Dorset, qui a démontré expérimentalement (par l'analyse des spectres de rayons X) que les propriétés physiques et chimiques des éléments sont déterminées par le nombre atomique, et non par la masse atomique, établissant ainsi la notion de nombre atomique (proposée un an auparavant par le Néerlandais Van den Broeck). Ce nombre est égal au nombre des protons présents dans le noyau atomique, tandis que la masse atomique est la moyenne du mélange isotopique naturel de chaque élément ; on sait maintenant que les isotopes ont le même nombre de protons et ne diffèrent que par le nombre des neutrons contenus dans chaque noyau.

Après des études au Trinity College d'Oxford, Moseley est nommé assistant de physique à l'université de Manchester, auprès d'Ernest Rutherford, où il travaille jusqu'à la déclaration de la Première Guerre mondiale. Engagé comme officier des transmissions lors de la Première Guerre mondiale, Moseley est envoyé, en 1915, dans le détroit des Dardanelles (Turquie) lors de l'expédition franco-britannique. Il est tué, à l'âge de vingt-sept ans, au cours de la bataille de Suvla Bay (presqu'île de Gallipoli), privant ainsi la science britannique d'un de ses esprits les plus remarquables, lord Rutherford n'ayant pas réussi à convaincre Churchill de ne pas envoyer Moseley à une mort certaine.

Ses premières recherches sur la radioactivité bêta du radium le conduisent à l'étude des spectres caractéristiques des rayons X des éléments et, par une brillante série d'expériences, il découvre la loi qui porte son nom, qui relie la fréquence caractéristique au nombre atomique. Dans son premier article au Philosophical Magazine de 1913, il annonce que « la fréquence d'une raie X est proportionnelle au carré d'un nombre entier, somme du nombre atomique et d'une constante ». En 1914, il publie dans le même journal une table des raies X de presque tous les éléments et en déduit qu'il doit exister trois éléments inconnus entre l'aluminium et l'or, portant ainsi à 92 le nombre complet des éléments allant de l'hydrogène à l'uranium. Depuis la découverte de la fission, plusieurs autres éléments transuraniens ont été synthétisés. La loi de Moseley constitue l'une des découvertes les plus importantes de la nouvelle physique et elle a joué un rôle de tout premier plan dans la théorie de l'atome de Rutherford-Bohr et dans la construction du tableau périodique des éléments. La forme actuelle du tableau de Mendeleïev est due principalement aux travaux de Moseley.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS (1887-1915)  » est également traité dans :

TABLEAU PÉRIODIQUE DES ÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Séverine BLÉNEAU-SERDEL
  •  • 1 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’intuition de Mendeleïev et les améliorations ultérieures »  : […] À la différence de ses prédécesseurs, Mendeleïev formule explicitement en quoi son tableau constitue un outil d’analyse théorique des propriétés de la matière : « Les éléments chimiques, lorsqu’ils sont ordonnés par masse atomique croissante, montrent une périodicité de leurs propriétés chimiques. » Il est ainsi possible de prédire certaines propriétés des éléments à partir de leur masse atomique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableau-periodique-des-elements/#i_11218

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS - (1887-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-gwyn-jeffreys-moseley/