Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOYLE ROBERT (1627-1691)

Né à Lismore (Irlande) et mort à Londres, le plus jeune des quatorze enfants de Richard Boyle, comte de Cork.

Robert Boyle

Robert Boyle

Après des études à Eton, Robert Boyle reçoit à Genève une éducation très libérale et y étudie les mathématiques. En 1642, il poursuit ses études à Florence, où il est initié aux travaux de Galilée. Rentré en Angleterre, il rencontre Samuel Hartlib, qui attire son intérêt sur la médecine et l'agriculture, puis sur la chimie. Fortement influencé par le Novum Organum de Francis Bacon et les idées de Descartes, il fait partie, en 1656, du groupe des « philosophes de la Nature », connu sous le nom de Invisible College ou Philosophical College, qui se réunit régulièrement pour discuter les résultats des expériences de ses membres (J. Wilkins, J. Wallis, S. Ward...) et qui fonde, en 1660, la Royal Society, dont Pepys est le premier président.

Boyle considère la théorie corpusculaire de Gassendi comme une approche originale et utile, mais, moins épicurien que ce dernier, il est l'un des plus fermes opposants aux idées scolastiques des « qualités » aristotéliciennes et de l'inexistence du vide, auxquelles il préfère les explications mécanistes et rationnelles en termes de « matière et de mouvement ».

Après les expériences d'Otto von Guericke, il construit, avec Robert Hooke, une pompe à air, à l'aide de laquelle il entreprend une série d'expériences sur l'élasticité et la nature de l'air, ce qui le conduit à la découverte de la loi qui porte son nom et celui de Mariotte, qui expérimentait alors en France : « à température constante une même masse d'air occupe un volume inversement proportionnel à sa pression ».

Dans une autre série d'expériences sur la fermentation des fruits et des légumes, il montre que cette fermentation provoque un dégagement d'« air » (notre gaz carbonique), qui sera l'« air fixe » des chimistes du siècle suivant.

Expérimentateur habile et original, Boyle publie un grand nombre de travaux sur les sujets les plus divers (chimie, hydrostatique, propriétés des gaz, électricité, magnétisme, physiologie, fermentation, théologie, entre autres). Ses ouvrages, Certain Physiological Essays et The Sceptical Chymist, le font considérer comme le restaurateur de la philosophie mécaniste en Angleterre. C'est dans ce dernier ouvrage qu'il expérimente sa méfiance envers les quatre éléments classiques (terre, eau, air, feu), le sel, le soufre et le mercure des alchimistes ou le phlegme, l'huile, l'esprit, l'acide, etc., qui ne sont pas à ses yeux de vrais éléments. Bien qu'il eût essayé de démontrer par des expériences purement chimiques l'existence de particules qui persisteraient à travers les différentes opérations physiques et chimiques, il ne parvient pas à la notion d'élément, qui ne sera dégagée qu'un siècle plus tard.

C'est l'un des traits caractéristiques de Boyle que de préférer la preuve expérimentale et la discussion en termes positivistes aux argumentations logiques tortueuses. Avec lui s'annonce la grande génération des chimistes du xviiie siècle, qui aboutira à la réforme de Lavoisier et à la naissance de la chimie moderne ; son influence sur le développement des idées modernes en physique et en chimie a été considérable.

Il lègue une somme d'argent destinée à la fondation des Boyle Lectures, véritables sermons contre l'athéisme. Ses œuvres complètes ont été publiées pour la première fois à Londres (1744) par T. Birch (5 volumes), sous le titre The Works of the Honourable Robert Boyle.

— Georges KAYAS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de recherche au CNRS, physique corpusculaire

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Robert Boyle

Robert Boyle

Autres références

  • ÉLASTICITÉ ET COMPRESSIBILITÉ DE L'AIR

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 112 mots
    • 1 média

    Par ses expériences sur l'élasticité et la compressibilité de l'air, le physicien et chimiste irlandais Robert Boyle (1627-1691) établit en 1661 les bases nécessaires à ce qui deviendra connu sous le nom de loi de Boyle-Mariotte, par référence aux travaux simultanés du Français ...

  • CHIMIE - Histoire

    • Écrit par Élisabeth GORDON, Jacques GUILLERME, Raymond MAUREL
    • 11 186 mots
    • 7 médias
    Il faut peut-être attendre Jungius, puis, surtout, en 1664, le Sceptical Chymist de Boyle pour trouver une définition générique satisfaisante de l'élément, rapportée à une nécessaire rationalité instrumentale. Boyle attribue justement la qualité élémentaire à tout corps indécomposable. C'est la technique...
  • ÉTAT DE LA MATIÈRE, notion d'

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 521 mots
    ...idéalisation dans ce qu'on appelle le gaz parfait, est caractérisé par son désordre total. La première étude systématique du comportement d'un gaz permet à Robert Boyle de montrer en 1662 que les caractéristiques d'un gaz – pression, température, volume – obéissent à une équation d'état qui permet de décrire...
  • EXPERIMENTA MAGDEBURGICA DE VACUO SPATIO (O. von Guericke)

    • Écrit par Bruno JACOMY
    • 534 mots
    • 1 média

    En 1672 paraît à Amsterdam un ouvrage de 250 pages intitulé Experimenta nova (ut vocantur) Magdeburgica de vacuospatio(Expériences nouvelles dites de Magdebourg sur l’espace vide). L’auteur, Otto von Guericke (1602-1686), est un physicien, ingénieur et homme politique allemand, considéré...

  • FEU, élément

    • Écrit par Georges KAYAS
    • 638 mots
    • 2 médias

    Au lieu de l'eau de Thalès et de l'air d'Anaximène, Héraclite d'Éphèse (~ 535-~ 475) pense que le principe de toutes choses est le feu, le Soleil lui-même n'étant qu'une mitraille incandescente. À ces trois éléments Empédocle ajoute la Terre. Dans la cosmogonie...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi