Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHALEUR

La première tentative d'interprétation physique assimilait la chaleur à un fluide dit subtil et indestructible dénommé le calorique, répandu partout au sein de la matière. Son passage d'un corps à un autre était notamment responsable du refroidissement du premier et de l'échauffement du second. L'adoption vers le milieu du xixe siècle du principe de l'équivalence de la chaleur et du travail, première formulation pour les cycles du principe de la conservation de l'énergie, ou premier principe de la thermodynamique, met définitivement fin au concept de calorique par la suppression de sa propriété fondamentale d'indestructibilité. On sait que d'autres fluides subtils, comme l'avaient été auparavant le phlogistique, agent de la combustion, et ultérieurement l'éther, support des ondes lumineuses, ont subi tour à tour le même sort. Depuis cette époque, la notion de chaleur a été identifiée à la manifestation d'un flux d'échange énergétique entre des éléments matériels contigus. Plus précisément, du point de vue macroscopique, une quantité de chaleur est définie comme suit à partir de sa méthode de mesure. Choisissons un système formé de glace et d'eau. Soit M1 le corps qui, au contact du système, fait fondre une masse m1 de glace. Soit aussi un corps M2 qui, dans les mêmes conditions, fait fondre une masse m2 de glace. Si m1 = m2, on dit que les corps M1 et M2 ont transmis à la glace fondante des quantités égales de chaleur. Si, au contraire, m1 est différent de m2, on admet que les quantités de chaleur cédées sont entre elles dans le rapport m2/m1. On arrive ainsi à mesurer des quantités de chaleur, par comparaison à la masse m1, des masses m2, m3... de glace fondues par les corps M2, M3,... Par définition, la quantité de chaleur transmise par M2 a pour mesure le nombre : Q = m2/m1. Ce nombre ne change pas avec l'unité de masse employée pour mesurer m1 et m2. Mais il changerait avec l'adoption d'une autre masse m1 comme base de comparaison. Il changerait aussi si un autre fluide était substitué à l'eau. Il en résulte la possibilité d'adopter une unité de quantité de chaleur indépendante des unités de longueur, de masse et de temps.

Le système de glace fondante utilisé pour la mesure est un calorimètre. Il existe une grande variété de dispositifs équivalents (cf. mesure – Mesures thermiques). Inversement, si un corps M plongé dans le calorimètre fait passer une masse m d'eau de l'état liquide à l'état solide, on dira que M a reçu une quantité de chaleur de la part du calorimètre, mesurée par le rapport m/m1. Pour faire la distinction avec le phénomène inverse, on attribue à ces derniers échanges des signes opposés aux précédents. Dans la plupart des traités de physique actuels, on adopte la convention de signe suivante en vue d'une formulation unifiée des bilans thermiques : une quantité de chaleur reçue par le corps envisagé est comptée positivement, tandis qu'elle est comptée négativement quand elle est fournie par le corps au milieu extérieur.

L'unité adoptée pour la mesure d'une quantité de chaleur est restée longtemps indépendante des autres et rangée dès lors au nombre des unités fondamentales. Il en fut notamment ainsi pour la définition de la calorie (cal), considérée comme la quantité de chaleur nécessaire pour élever un gramme d'eau pure de 14,5 à 15,5 0C (degrés Celsius) sous la pression atmosphérique normale – la grande calorie ou kilocalorie (kcal) vaut 1000 cal – et pour celle de la British Thermal Unit (B.T.U.), ou chaleur nécessaire pour élever une livre anglaise d'eau pure de 59 à 60 0F (degrés Farenheit) sous la pression atmosphérique normale (1 B.T.U. = 0,252 kcal).

À présent, l'unité de quantité de chaleur ne figure plus parmi[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de la faculté des sciences à l'université de Bruxelles, président d'honneur de l'Institut international du froid, membre de l'Académie royale

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AÉRODYNAMIQUE

    • Écrit par Bruno CHANETZ, Jean DÉLERY, Jean-Pierre VEUILLOT
    • 7 226 mots
    • 7 médias
    Lestransferts de chaleur par convection et/ou rayonnement entre l'écoulement et la paroi sont du ressort de l'aérothermique. Ces aspects jouent un rôle essentiel en hypersonique où le véhicule est soumis à des échauffements intenses lors d'une rentrée dans l'atmosphère. Un écoulement peut aussi servir...
  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    Un des effets les plus notables du problème cosmologique soulevé par Buffon fut d’inciter Joseph Fourier (1768-1830) à élaborer sa célèbre théorie de la propagation de la chaleur, dans laquelle il introduisit une distinction fondamentale entre les capacités qu’avait une substance de conduire...
  • AGROMÉTÉOROLOGIE

    • Écrit par Emmanuel CHOISNEL, Emmanuel CLOPPET
    • 6 627 mots
    • 7 médias
    Lerisque de forte chaleur est, en climat tempéré comme celui de la France, moins crucial en général que le risque de gel. Ce risque est difficile à quantifier pour plusieurs raisons : le seuil de température létal est plus ou moins élevé selon que la plante est en phase de repos ou en phase de croissance...
  • ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

    • Écrit par Jean-Pierre CHALON
    • 7 816 mots
    • 7 médias
    ...par une augmentation de l’agitation de cette molécule et donc de la température du gaz en question. L’énergie de ces radiations est ainsi transformée en chaleur. Mais les molécules ne réagissent pas toutes aux mêmes longueurs d’onde. Dans l’atmosphère, celles qui absorbent le mieux les radiations solaires...
  • Afficher les 49 références

Voir aussi