HERTZ HEINRICH RUDOLPH (1857-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien allemand (oncle de Gustav Hertz, lauréat du prix Nobel de physique en 1925) né à Hambourg et mort à Bonn. Heinrich Rudolph Hertz, après des études d'ingénieur, abandonne cette branche pour la physique, qu'il étudie à Berlin sous la direction de Hermann von Helmholtz.

Nommé privatdozent à Kiel (1883), Hertz y commence l'étude de la théorie de Maxwell et, devenu professeur à l'École polytechnique de Karlsruhe, il démontre alors expérimentalement l'existence des ondes électromagnétiques. Helmholtz attire son attention sur un prix offert par l'Académie de Berlin et destiné à couronner un travail expérimental sur la relation entre l'électromagnétisme et la polarisation des diélectriques ; Hertz ne prend pas la proposition au sérieux. À Karlsruhe, il découvre néanmoins la propagation des ondes de Maxwell, et il détermine leur longueur d'onde et leur vitesse en démontrant en même temps leur caractère transversal et leurs propriétés de réflexion, de réfraction et de polarisation. Il établit ainsi la correspondance complète entre les ondes électromagnétiques et les ondes lumineuses ou la chaleur. La nature électromagnétique des ondes lumineuses se trouve ainsi assise sur des bases expérimentales irréfutables.

À partir de 1889, Hertz succède à R. J. E. Clausius à l'université de Bonn, où il continue ses recherches sur la décharge électrique dans les gaz raréfiés, recherches qui aboutiront quelques années plus tard à la découverte des rayons X par Röntgen.

Les œuvres scientifiques de Hertz remplissent trois volumes (1893, 1896 et1899).

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HERTZ HEINRICH RUDOLPH (1857-1894)  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ions, rayonnements »  : […] Rudolf Clausius (1822-1888) montra que, puisque la loi d'Ohm s'appliquait aussi aux électrolytes, le champ électrique faisait circuler les ions qui se trouvent dans le liquide vers les électrodes. En 1833, Johann Wilhelm Hittorf (1824-1914) précisa que, dans ce cas, les ions des deux signes ont des vitesses différentes. G. Johnstone Stoney (1826-1911) indiqua alors qu'il devait exister une charg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_15245

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Évolution des concepts »  : […] Les équipements électroniques utilisent les propriétés de l'électron : sa charge électrique, les champs électromagnétiques que créent ses mouvements, et plus récemment son spin . Toutefois, le terme « électronique » est réservé en pratique aux applications où l'on contrôle le comportement des électrons de façon relativement sophistiquée, par opposition aux équipements « élect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/#i_15245

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « L'idéalisme et la philosophie de la physique »  : […] On rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. Émile Meyerson a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique des savants. Par exemple, Comte interdit de formuler des hypothèses sur « l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_15245

PHOTOÉLECTRIQUE EFFET

  • Écrit par 
  • Pierre VERNIER
  •  • 5 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Émission photoélectrique »  : […] En 1887, la théorie électromagnétique semblait devoir rendre compte de toutes les propriétés de la lumière. Cependant, dans une expérience sur la production d'oscillations électriques, Heinrich Hertz s'aperçut qu'une étincelle jaillit plus facilement entre deux électrodes lorsque celle qui est polarisée négativement est éclairée par une lumière ultraviolette. Ce phénomène put être attribué, dès 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-photoelectrique/#i_15245

RADAR

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 6 099 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] En 1886, Heinrich Hertz démontra la similitude entre ondes lumineuses et ondes « radio », toutes deux électromagnétiques. Leur différence essentielle est que la longueur d'onde de ces dernières est beaucoup plus grande que celle des ondes lumineuses. Hertz montra que les ondes « radio » pouvaient, elles aussi, être réfléchies par les corps métalliques et diélectriques. Dès 1904, l'Allemand Christ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radar/#i_15245

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 646 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le temps des savants »  : […] Dans les années 1820, les savants du monde entier, à travers nombre d'expériences, réussirent progressivement à préciser les liens entre l'électricité et le magnétisme. En 1831, dans la foulée d'Œrsted et d'Ampère dont les découvertes et les inventions ont permis l'avènement du télégraphe électrique filaire, l'Anglais Michael Faraday (1791-1867) mit en évidence le phénomène de l'induction électro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_15245

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « HERTZ HEINRICH RUDOLPH - (1857-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-rudolph-hertz/