PLATON(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • — 429 Mort de Périclès.

  • — 428-— 427 Naissance de Platon, issu de noble lignée, à Athènes ou Égine.

  • — 415-— 413 Expédition de Sicile.

  • — 399 Procès et condamnation à mort de Socrate, à Athènes.

  • — 399-— 390 Platon rédige ses premiers dialogues : Hippias mineur, Ion, Lachès, Charmide, Protagoras, Euthyphron.

  • — 395-— 394 Sparte assiège Corinthe.

  • — 390-— 385 Seconde vague de dialogues : Gorgias, Ménon, Apologie de Socrate, Criton, Euthydème, Lysis, Ménexène, Cratyle.

  • — 388-— 387 Voyage en Italie du Sud. Platon rencontre le pythagoricien Archytas, gouverneur de Tarente, et Denys Ier, tyran de Syracuse, qu'il tente vainement de convertir à la philosophie.

  • — 387 Retour mouvementé à Athènes et fondation de l'Académie.

  • — 385-— 370 Phédon, Le Banquet, La République, Phèdre.

  • — 382 Guerre de Sparte contre Athènes.

  • — 378 Guerre d'Athènes et de Thèbes contre Sparte.

  • — 370-— 347 Théétète, Parménide, Le Sophiste, Le Politique, Timée, Critias, Philèbe.

  • — 367-— 366 Deuxième séjour à Syracuse auprès de Denys II, qui se traduit par un échec.

  • — 361 – 360 Dernier séjour à Syracuse. Troisième échec.

  • — 348-— 347 Mort de Platon alors qu'il est en train de rédiger Les Lois. Philippe II de Macédoine a commencé ses guerres contre les cités grecques.

—  Francis WYBRANDS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLATON (env. 428-env. 347 av. J.-C.)  » est également traité dans :

PLATON, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

La remarque de A. N. Whitehead selon laquelle « la façon la plus sûre de caractériser la tradition philosophique occidentale est qu'elle consiste en une suite de notes en bas de page à Platon » demeure vraie. Fidèle d'abord à son maître Socrate, dont la mort en — 399 le convertira à la philosophie, […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

On a pu écrire que toute l'histoire de la philosophie se résumait à une série de notes en bas de page apposées à l'œuvre de Platon. Si pour certains il a déjà toutdit − l'être travaillé par le négatif et par la différence, la pensée transcendantale et les concepts a priori, la sublimation de […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet (Sumpósion) ou Sur l'amour, rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République, Le Phédon et Le Phédre, durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 en […] Lire la suite

PHÉDON, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Le Phédon, ou Sur l'âme (Phaîdon è Peri psukhès) appartient, avec La République, le Phèdre et Le Banquet, à l'ensemble des œuvres dites de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.). Phédon y relate la mort de So […] Lire la suite

PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Écrit vers 370 avant J.-C., le Phèdre (Phaidros) marque le point culminant de la polémique (implicite) de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) à l'égard d'Isocrate, l'auteur de Contre les sophistes (parmi lesquels il incluait les platoniciens) et fondateur d'une école de […] Lire la suite

LA RÉPUBLIQUE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 821 mots
  •  • 1 média

« J'étais descendu, hier, au Pirée avec Glaucon, fils d'Ariston » (ce dernier n'est autre que le père de Platon). Ainsi commence La République de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – en grec Politeia, « Du régime politique », ou Peri dikaiou, « Sur la justice » –, sans doute le plus célèbre des […] Lire la suite

ACADÉMIE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 373 mots
  •  • 1 média

Académie désigne le domaine situé dans le Céramique (faubourg des potiers, appelé joliment « Tuileries » par l'abbé Barthélemy), que Cimon avait orné des plus beaux platanes d'Athènes et où Platon fixa, vers 387 avant J.-C., l'école qui porta ensuite ce nom . Les orateurs Lycurgue, Hypéride et peut-être Démosthène ; des hommes politiques aux tendances les plus diverses, épris de liberté comme Dion […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mimésis antique »  : […] La figure réelle ou mythique de Thespis structure la naissance de l'acteur au vi e  siècle avant J.-C. L'« hypocrite » – celui qui réplique – sort du groupe des officiants des cortèges religieux pour entamer un jeu de réponses, encore ritualisé, avec le chœur dont il est issu. Thespis crée donc le protagoniste, acteur individualisé, dialoguant avec le chœur, acteur collectif symbolisant la cité. L […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

ÂGE D'OR

  • Écrit par 
  • Marie-Rose MAYEUX
  •  • 866 mots

Moment mythique de l'humanité décrit comme étant celui de l'abondance dans une nature généreuse, où tout pousse sans travail, où les animaux domestiques et sauvages vivent en paix entre eux et avec les hommes, où la ronce distille le miel. Les Zéphirs soufflent alors une brise rafraîchissante ; la pluie et le soleil alternent si heureusement que la terre prodigue trois fois l'an ses meilleures pro […] Lire la suite

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « L'éclectisme du Ier siècle avant J.-C. »  : […] Peu avant l'ère chrétienne, les principaux courants de la pensée grecque se trouvent représentés à Alexandrie. Mais ils ne se maintiennent pas à l'état pur ; chacune des écoles s'est ouverte sur les autres et leur a emprunté des éléments qu'elle essaie d'incorporer à sa doctrine originelle. Cet éclectisme constituera un caractère important, commun à presque toutes les époques de la philosophie al […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Avènement de la « psychologie » avec Socrate, Platon et Aristote »  : […] La mission de Socrate auprès de ses contemporains était de les rappeler « au soin qu'il faut prendre de son âme » ( Apologie , 24 d ; 30 a) pour la rendre meilleure, car « l'homme, c'est son âme » ( Alcibiade , 130 c). Héritier de Socrate, Platon organise sa doctrine en une véritable psychologie. Mettant en scène son maître dans la prison au moment où il va mourir, il saisit cette occasion dans le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite

APORIE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 803 mots

Terme appartenant à la philosophie grecque de l'Antiquité ; c'est la transcription littérale de aporia , dont le sens propre est « impasse », « sans issue », « embarras ». En philosophie, on peut lui donner un sens faible, comme le fait Aristote en insistant sur l'aspect de difficulté à résoudre, notamment lorsqu'il s'agit de la « mise en présence de deux opinions contraires et également raisonnée […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos , qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie. Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble-t-il, se dédoubler. D'une part, il existe des phi […] Lire la suite

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Le discours contre le vrai »  : […] La rhétorique est, dès le début de son histoire, opposée à la philosophie : dénonçant les sophistes, Platon condamne dans le même geste la rhétorique qui est flatterie, et par là mensonge. Cette condamnation témoigne d'un pouvoir : entre la grammaire qui dit justement et la logique qui dit vrai, la rhétorique, troisième terme du trivium défini par les arts libéraux, élabore les règles du discours […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aristote, critique de Platon »  : […] Quelle que soit l'incertitude qui règne sur l'évolution de la pensée d'Aristote, on a tout lieu de croire qu'élevé dans l'école platonicienne il a d'abord eu le souci de préciser les raisons philosophiques de sa rupture avec elle. Reprenant un mot de Platon au sujet d'Homère, il déclare solennellement, au début de l' Éthique à Nicomaque , que, si l'amitié et la vérité lui sont chères l'une et l'au […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

L'aristotélisme est la doctrine d'Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), telle qu'elle résulte de l'ensemble des œuvres conservées d'Aristote, publiées par Andronicos de Rhodes, au premier siècle avant notre ère. Ces ouvrages, formés de notes de cours, écrites par l'auteur mais non destinées à la publication, forment un ensemble qui se prête à la qualification un peu abusive de « système ». Née, en ef […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « PLATON - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon-reperes-chronologiques/