FEU, élément

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au lieu de l'eau de Thalès et de l'air d'Anaximène, Héraclite d'Éphèse (~ 535-~ 475) pense que le principe de toutes choses est le feu, le Soleil lui-même n'étant qu'une mitraille incandescente. À ces trois éléments Empédocle ajoute la Terre. Dans la cosmogonie platonicienne (Le Timée), qui reprend et développe la théorie d'Empédocle, le feu est représenté par un tétraèdre régulier, constitué de quatre triangles équilatéraux (les plus beaux) provenant eux-mêmes de la réunion symétrique de six triangles rectangles.

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Photographie : Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Surnommé « l'Obscur », Héraclite d’Éphèse (VIe-Ve s. av. J.-C.) est, avec Anaximandre, Parménide et Empédocle, une figure majeure parmi les « physiciens », les penseurs présocratiques, qui s'efforcent de formuler les principes du monde. À travers la notion de logos, il s'interroge... 

Crédits : AKG

Afficher

Les quatre corps platoniciens (feu, air, eau, terre) sont devenus par la suite les « quatre éléments » ; mais, pour sa part, Descartes préféra dire que le feu était un « phénomène » provoqué par le mouvement de la « matière subtile ». Il restait toutefois à circonscrire un concept aussi difficile que celui de phénomène, dont il ne suffit pas de déclarer que c'est une chose bien connue de tout le monde. Boerhaave (1668-1738) essaye de préciser cette notion en cherchant une propriété caractéristique permettant une mesure quantitative ; mais la sensation de chaleur lui semble vague et imprécise pour permettre une détermination de la « quantité de feu » ; et il en est de même de la lumière (la lumière de la Lune concentrée par une lentille ne chauffe pas !). La dilatation des corps soulève aussi des difficultés, car tous les corps ne se dilatent pas de la même façon. Le feu, dit Boerhaave, c'est cette « chose inconnue par ailleurs » qui a la propriété de pénétrer tous les corps solides ou fluides et de les dilater de façon à leur faire occuper un volume plus grand. Aucun autre corps ne possédant cette propriété sauf le feu, voilà sa marque ! Seulement, le feu n'augmente pas le poids des corps. Il serait donc un « incorporel », une matière « impondérable ». Telle est l'opinion de Newton dans son Optique. Mais Boyle maintient que les atomes du calorique ont un poids, et il pense avoir pesé, grâce à plusieurs expériences, les particules de feu (huit onces d'étain soigneusement pesé, et enfermé dans un ballon hermétiquement fermé, sont maintenues en fusion pendant une heure un quart ; après refroidissement, le métal et la chaux dont il était recouvert avaient accru leur poids de vingt-trois grains et plus !). Par conséquent, pense Boyle, les particules de feu ont dû traverser le verre et s'incruster dans le métal. Pourtant, un demi-siècle auparavant, J. Rey (1583-1645) avait fait remarquer que l'augmentation du poids était due à l'air « rendu plus dense dans le vaisseau, plus lourd et dans une certaine mesure plus adhésif » par la chaleur du fourneau.

Robert Boyle

Photographie : Robert Boyle

Le physicien, chimiste et philosophe britannique d'origine irlandaise Robert Boyle (1627-1691). 

Crédits : Oxford Science Archive/ Print Collector/ Getty Images

Afficher

Le feu, avec J. J. Becher (1635-1682) et G. E. Stahl (1660-1794), prend le nom de « phlogiston » ou « phlogistique », jusqu'à ce que Lavoisier, par une expérience toute similaire à celle de Boyle (mais en remplaçant l'étain par du mercure), arrive à une conclusion toute contraire : le poids additionnel vient de quelque chose qui se trouvait déjà dans le flacon. Mais Lavoisier pesait le flacon tout entier et fermé, tandis que Boyle avait pesé le métal seulement ! Cela n'empêcha pas Lavoisier de faire figurer le « calorique » parmi ses éléments (ainsi que la lumière).

L'idée du feu-élément ne fut détruite que vers le milieu du xixe siècle, quand J. R. Mayer et J. B. Joule déterminèrent expérimentalement J, l'équivalent mécanique de la calorie, dont le nom rappelle le lointain « calorique » (1841). Comme l'électricité et le magnétisme, la chaleur devient ainsi une des multiples formes de l'énergie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)
Crédits : AKG

photographie

Robert Boyle

Robert Boyle
Crédits : Oxford Science Archive/ Print Collector/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FEU, élément  » est également traité dans :

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Émergence et assise des discours astrologiques »  : […] L'astrologie existe dès lors que certains croient en elle et veulent savoir ce qu'elle a à leur dire. De ce fait, il est probablement plus important de déterminer ce qu'on attend d'elle que ce qu'elle est objectivement capable de fournir. Mais comment cerner son domaine ? Dire, par exemple, que les Centuries de Nostradamus ne sont pas « de l'astrologie » signifie que celles-ci ne peuvent être a […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Le pluriel latin elementa désignait, le plus souvent, les « quatre éléments » : le Feu, l'Air, l'Eau et la Terre (cf. Sénèque, Naturales Quaestiones , III, 12 ; Cicéron, Academica , I, 26) et le singulier elementum , d'un usage bien plus rare, l'un des « quatre éléments » (cf. Pline, Naturalis Historia , X, 191). Les alchimistes grecs, s'agissant de l'ensemble des « quatre éléments », employaient […] Lire la suite

IONIENS, philosophie

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 4 350 mots

Dans le chapitre « La nature des principes »  : […] Toutes ces doctrines refusent la Terre d'Hésiode. Thalès a choisi l'Eau. Que l'on conçoive une immense réserve génitale, remplie de dieu partout. La Terre des hommes flotte sur cette Mer primordiale, dont les eaux fécondantes la supportent et l'environnent. Nous sommes trop mal renseignés pour préciser le processus, de scissiparité ( ?) probablement, par lequel Thalès a imaginé la formation de la […] Lire la suite

PHLOGISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 759 mots

Cet adjectif grec ( phlogiston ) signifiant « inflammable » est utilisé pour la première fois par Aristote pour désigner une combustion accompagnée de flamme ; il fut ensuite repris par Becher (1635-1682) et surtout par Stahl (1660-1734) dans les circonstances suivantes. Becher pensait que tous les corps composés contiennent, en proportions différentes, trois espèces de terre : la terre vitrifiabl […] Lire la suite

TECHNIQUES HISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 7 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] L'histoire technique de l'humanité commence avec l'homme lui-même. Les premiers hommes qui utilisent des outils et les façonnent ( Homo habil is ) constituent déjà une lignée bien délimitée, il y a environ 2,5 millions d'années. Les outils primitifs, simples éclats de silex, connaissent un développement considérable tant dans leur forme et leur usage que dans leurs méthodes de fabrication. Compte […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « FEU, élément », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/feu-element/