BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après sa thèse de doctorat, Enumeratio ac descriptio hygrometrorum (1830), Bunsen est nommé privat dozent à Göttingen (1833), puis il succède à Wöhler à l'école polytechnique de Kassel (1836). En 1838, il est professeur extraordinaire à Warburg, puis professeur en titre (1842) ; dix ans plus tard, il succède à Léopold Gmelin à Heidelberg, où il a séjourné jusqu'à sa mort. C'est en 1851 qu'il fait la connaissance de Gustav Kirchhoff avec lequel il a réalisé plusieurs travaux. La plupart des grands chimistes et physiciens de la fin du xixe siècle (D. I. Mendeleïev, Lothar Meyer) deviendront leurs élèves.

Robert Bunsen

Photographie : Robert Bunsen

Le chimiste et physicien allemand Robert Wilhelm Bunsen (1811-1899). 

Crédits : SSPL/ Getty Images

Afficher

Bunsen s'est surtout occupé de chimie minérale, mais il s'intéressait tout aussi bien à la physique, à la géologie, à la minéralogie qu'aux applications techniques de la science. Ses premiers travaux portent sur l'étude de la série cacodylique ; il y perdit un œil à la suite d'une explosion pendant la distillation du cyanure de cacodyle. Il se consacra alors à l'étude des gaz en développant de nouvelles méthodes de détermination des masses spécifiques, fondées sur des mesures de diffusion et d'absorption ; il a même suggéré des techniques de recyclage des gaz de combustion s'échappant des cheminées.

En électrochimie, il a perfectionné les « batteries galvaniques » et construit une pile qui porte son nom ; à partir de 1852, il utilise les méthodes électrochimiques pour préparer des métaux purs et isole plusieurs d'entre eux par électrolyse de leurs chlorures fondus (Li, Ba, Ca, Sr, etc.).

Avec sir Henry Roscoe il s'intéresse aux réactions photochimiques (action du chlore sur l'hydrogène) et, avec Kirchhoff, il développe la spectroscopie et, à l'occasion, il contribue à l’invention du bec Bunsen ; ensemble ils arrivent à prédire par analyse spectrale l'existence d'éléments nouveaux (Cs, Rt, Th, In, Sc, Ge). En chimie analytique, il invente des méthodes volumétriques nouvelles, ainsi que des méthodes de séparation des métaux, comme le palladium, l'iridium et le rhodium. Expérimentateur très habile, Bunsen construit aussi quantité d'appareils nouveaux et invente des méthodes pratiques dans les domaines les plus divers (calorimètres, pompes filtrantes, thermopiles, piles électriques, entre autres).

Sa description des spectres d'étincelles date de 1875, tandis que son ouvrage classique, Gasometrische Methoden, a été édité à Brunswick en 1857, puis en 1877. Il fut nommé membre étranger de la Société chimique de Londres, membre correspondant de l'Académie des sciences, fellow of the Royal Society. Il partage la première médaille Davy avec G. R. Kirchhoff en 1877.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)  » est également traité dans :

GAZ ANALYSE DES

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 6 562 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique et évolution de la gazométrie »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on ne se préoccupait pas de recueillir les gaz qui se produisaient au cours des réactions chimiques. Tous les gaz étaient alors confondus avec l'air, l'un des quatre éléments des alchimistes. Ceux-ci imaginaient-ils qu'il puisse exister d'autres fluides aériformes que l'air ? L'Anglais Robert Boyle (1627-1691), qui, indépendamment de Edme Mariotte (1620 env.-1684 […] Lire la suite

KIRCHHOFF GUSTAV (1824-1887)

  • Écrit par 
  • Wolfgang SCHREIER
  •  • 1 395 mots

Dans le chapitre « Autres thèmes de recherche »  : […] De la série de travaux impressionnants menés par Kirchhoff dans les domaines les plus divers de la physique, il faut encore détacher son application de la théorie mécanique de la chaleur aux processus physiques et chimiques (1858), ses apports à la théorie de la diffraction, de la réflexion et de la réfraction de la lumière, et sa détermination des constantes de Poisson en élasticité. Il découvre […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'évolution historique de la pétrographie se confond au début avec celle de la minéralogie et de la géologie. Elle est marquée, à la fin du xviii e  siècle, par les discussions entre les « neptunistes » de l'école de A. G. Werner et les « plutonistes », qui suivent les vues de J. Hutton. Le triomphe du plutonisme conduit à distinguer les roches ignées ou éruptives des roches sédimentaires ; puis […] Lire la suite

SPECTROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 5 069 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] Isaac Newton est le fondateur de la spectroscopie. Il a été le premier à comprendre que l'étalement des couleurs par le prisme est lié à la nature intrinsèque de la lumière et n'est pas inhérente au prisme (1666). En adjoignant au prisme un trou d'entrée pour mieux définir la source et un dispositif de focalisation, il a construit le premier spectroscope. Le domaine de la lumière visible, alors […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « BUNSEN ROBERT WILHELM - (1811-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wilhelm-bunsen/