MANHATTAN PROJECT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La table de travail de Hahn

La table de travail de Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Enrico Fermi

Enrico Fermi
Crédits : Hulton Getty

photographie

Julius Robert Oppenheimer

Julius Robert Oppenheimer
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Tous les médias


On désigne sous le nom de Manhattan Project le premier programme américain de réalisations scientifique et technique destinées à la fabrication de bombes atomiques à uranium 235 et à plutonium, élaboré par les autorités américaines en 1943. Les travaux entrepris, qui mobilisèrent un grand nombre de savants de différents pays, constituent un phénomène unique dans l'histoire des sciences. Toute l'histoire du Manhattan Project débute le 2 août 1939 par une lettre d'Albert Einstein adressée au président Roosevelt lui expliquant l'intérêt du phénomène de fission de l'uranium récemment découvert en Allemagne par O. Hahn et F. Strassmann, et son application possible à la fabrication d'une bombe atomique. Le Comité consultatif pour l'uranium, créé alors par Franklin D. Roosevelt et présidé par L. J. Briggs, directeur du National Bureau of Standards, comprend plusieurs savants, parmi lesquels E. Fermi, L. Szilard et E. Wigner ; dans un mémorandum, le Comité demande au gouvernement des États-Unis la somme de 100 000 dollars pour faire démarrer le projet (14 août 1940).

La table de travail de Hahn

La table de travail de Hahn

photographie

Le matériel utilisé par les physiciens allemands Otto Hahn (1879-1968) et Fritz Strassmann (1902-1980), en 1938, lorsqu'ils ont découvert le phénomène de la fission d'un noyau d'uranium bombardé par un flux de neutrons. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Enrico Fermi

Enrico Fermi

photographie

Enrico Fermi (1901-1954), physicien italien émigré aux États-Unis, s'orienta dès 1932 vers la physique nucléaire. Il reçut en 1938 le prix Nobel de physique pour ses travaux concernant l’étude des éléments radioactifs artificiels produits par un bombardement de neutrons. Le 2 décembre... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Après une étude approfondie des procédés d'enrichissement de l'uranium naturel en uranium 235 fissible, des microquantités de cet élément sont séparées par E. O. Lawrence à raison d'environ 1 microgramme par jour. Mais, à partir de 1941, la découverte d'un autre élément fissible, le plutonium, ouvre la possibilité d'un second type de réaction. Les militaires décident alors de mener de front les deux projets, et, en janvier 1943, on passe du stade expérimental à la réalisation industrielle. C'est le Manhattan Project, placé sous l'autorité du général L. R. Groves qui dispose de pouvoirs et de crédits pratiquement illimités. Deux villes laboratoires sont construites dans l'État du Tennessee, à Clinton et à Oak Ridge, où les savants les plus éminents d'Europe et d'Amérique travaillent dans le plus grand secret, totalement isolés du reste du monde. Une pile atomique de 1  [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., physique corpusculaire

Classification


Autres références

«  MANHATTAN PROJECT  » est également traité dans :

ANTHROPOCÈNE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 469 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’Anthropocène, une vision du futur »  : […] de la fin du monde », imaginée en 1947 par un groupe de chercheurs ayant participé au projet Manhattan de création de la bombe A, avait pour but de sensibiliser le public aux dangers de la guerre nucléaire. Le cadran représente la durée de la vie de l’humanité, minuit symbolisant son extinction. En 1947, les chercheurs ont pour la première fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropocene/#i_25782

BETHE HANS (1906-2005)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 781 mots

1941, travaille d'abord au Massachusetts Institute of Technology au développement des radars, puis est nommé en 1943 directeur de la division théorique du projet Manhattan à Los Alamos (Nouveau Mexique). Ses travaux sur les ondes de choc, avec Edward Teller, seront déterminants pour l'achèvement du programme de conception et de construction des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-bethe/#i_25782

CHAMBERLAIN OWEN (1920-2006)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 779 mots

la mobilisation des scientifiques américains autour de l'effort de recherche militaire ; à partir de 1942, Chamberlain coopère au projet Manhattan et, sous la direction d'Emilio G. Segrè (1905-1989), il étudie les réactions nucléaires induites par des neutrons de moyenne énergie et les processus de fission spontanée des éléments lourds. Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/owen-chamberlain/#i_25782

COWAN GEORGE (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 350 mots

Le chimiste américain George Cowan participa à la mise au point de la bombe atomique dans le cadre du Manhattan Project (1942-1945 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-cowan/#i_25782

FERMI ENRICO (1901-1954)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN, 
  • Eduardo de RAFAEL
  •  • 1 831 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le projet Manhattan. Professeur à Chicago »  : […] réaction en chaîne, Fermi s'installe à Los Alamos en tant que conseiller scientifique au projet Manhattan préparant la première bombe atomique. L'ensemble du projet était sous la direction de Robert Oppenheimer. En principe, les scientifiques travaillant sur le projet étaient assignés à des tâches précises. Ce ne fut pas le cas pour Fermi qui, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-fermi/#i_25782

GREISEN KENNETH I. (1918-2007)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 856 mots

comme son directeur de thèse, le groupe de physiciens et d'ingénieurs qui, au sein du projet Manhattan, mettent au point la bombe nucléaire à Los Alamos. Spécialiste des problèmes de détonateurs, il participe dans un poste avancé (à une quinzaine de kilomètres du point d'impact) à l'observation de la première explosion, l'opération Trinity, le 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-i-greisen/#i_25782

LAWRENCE ERNEST ORLANDO (1901-1958)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LÉVIS
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lawrence participa aux travaux du projet Manhattan, où il dirigea le laboratoire de séparation isotopique de l'uranium par spectrographie de masse. Parallèlement à son œuvre de physicien et de chimiste, Lawrence inventa et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-orlando-lawrence/#i_25782

MORRISON PHILIP (1915-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 147 mots

de l'université de Californie à Berkeley, Philip Morrison est associé, en 1942, au projet Manhattan, qui prépare les premières armes nucléaires. Il fait partie de l'équipe d'Oppenheimer qui construit la bombe atomique. Après la guerre, Morrison s'engage avec Einstein dans la Fédération des scientifiques américains qui lutte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-morrison/#i_25782

NUCLÉAIRE - Applications militaires

  • Écrit par 
  • Paul BOUÉ, 
  • Thierry MASSARD, 
  • François OLIVE
  •  • 8 605 mots
  •  • 5 médias

un enjeu stratégique au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis, avec leur projet Manhattan, ont abouti les premiers à l'arme atomique testée le 16 juillet 1945 dans le désert du Nouveau-Mexique et utilisée à deux reprises, sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945. La guerre froide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-militaires/#i_25782

NUCLÉAIRE ARMEMENT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Thierry MASSARD
  •  • 1 836 mots

1943 Manhattan Project, premier programme américain destiné à la fabrication des bombes atomiques fondées sur la fission des atomes d'uranium 235 et de plutonium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reperes-chronologiques/#i_25782

OPPENHEIMER JULIUS ROBERT (1904-1967)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 515 mots
  •  • 1 média

Durant la Seconde Guerre mondiale, Oppenheimer se trouve à la tête du Manhattan Project comme directeur du laboratoire atomique de Los Alamos (Nouveau-Mexique), avec une équipe exceptionnelle de scientifiques venus du monde entier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-robert-oppenheimer/#i_25782

ROTBLAT JOSEPH (1908-2005)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 906 mots

les processus de fission de l'uranium et de comprendre qu'une arme nucléaire pourrait être mise au point. Il considère d'abord que ce n'est pas la tâche d'un physicien comme lui de s'engager dans de telles recherches appliquées, mais la guerre contre l'Allemagne nazie le décide à s'y intéresser puis à rejoindre au début de 1944 le projet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-rotblat/#i_25782

SEABORG GLENN THEODORE (1912-1999)

  • Écrit par 
  • Michel GENET
  •  • 787 mots

déclarait : « Mon Dieu, je ne savais pas que nous allions changer l'histoire du monde. » Durant la Seconde Guerre mondiale, il a dirigé le Laboratoire de métallurgie de l'université de Chicago qui s'occupait de mettre au point les procédés d'extraction chimique concernant la production du plutonium en vue du projet Manhattan. Avec ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glenn-theodore-seaborg/#i_25782

TELLER EDWARD (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 992 mots

membranes poreuses, un composé gazeux s'enrichit progressivement en isotope 235 fissile. Devenu citoyen américain en mars 1941, il s'engage complètement dans le projet Manhattan de construction d'une bombe atomique et fait partie du petit cercle qui, autour de Robert Oppenheimer, anime à partir de mars 1943 le laboratoire secret de Los Alamos au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-teller/#i_25782

WHEELER JOHN ARCHIBALD (1911-2008)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 931 mots

En 1941, Wheeler rejoint le projet Manhattan de construction de l'arme nucléaire américaine. Contrairement à la plupart de ses collègues engagés dans cette recherche militaire de façon exceptionnelle, il continue après la guerre à travailler dans ce domaine tout en développant sa recherche académique. Il contribue en particulier au développement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-archibald-wheeler/#i_25782

WILSON ROBERT RATHBUN (1914-2000)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 748 mots

(New Jersey). Il y conçoit entre 1941 et 1943 une méthode originale de séparation des isotopes d'uranium ; cette méthode ne fut pas adoptée par les responsables du projet Manhattan, qui engagèrent Wilson à rejoindre le groupe rassemblé à Los Alamos, sous la direction de Julius Robert Oppenheimer, afin de prendre en charge le fonctionnement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-rathbun-wilson/#i_25782

WU CHIEN-SHIUNG (1912-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 653 mots

puis rejoignit l'université de Californie à Berkeley où elle obtint son doctorat de physique en 1940. Sa participation au projet Manhattan fut décisive dans le domaine de l'enrichissement de l'uranium en isotope fissile 235U, puisqu'elle résolut un problème technique majeur (l'absorption des neutrons par le xénon 137 produit) qui retardait la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-chien-shiung-1912-1997/#i_25782

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « MANHATTAN PROJECT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manhattan-project/