AIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le globe terrestre est entouré d'une atmosphère constituée d'un mélange gazeux nommé air, qui s'étend de la surface du sol jusqu'à une altitude d'environ 150 kilomètres.

La pression de l'air au niveau de la mer a longtemps servi d'unité de pression (atmosphère) ; elle décroît si l'on s'élève et, vers 130 kilomètres, le vide est comparable à celui que l'on peut obtenir en laboratoire avec les meilleures pompes. L'air conditionne fondamentalement la quasi-totalité des formes de la vie terrestre ; selon l'activité qu'il fournit, un homme en consomme entre 3 000 et 5 000 litres par vingt-quatre heures. L'abondance sans limite de ce mélange gazeux, son coût nul et son omniprésence en ont fait un sujet d'étude de choix dès l'Antiquité. Les chimistes ont cherché à en déterminer la nature et les physiciens se sont intéressés aux problèmes de sa masse et de sa pression.

L'activité des hommes s'est traduite, surtout au xxe siècle, par divers rejets gazeux dans l'air. Les problèmes de pollution ont dépassé les seuils critiques dans certaines régions du globe, avec parfois des conséquences dramatiques pour la vie des habitants. En France, un certain nombre de réseaux d'analyses automatiques d'air fonctionnent en permanence ; les pouvoirs publics interviennent auprès des industries lors du déclenchement de certaines alarmes, pour diminuer les rejets d'oxydes d'azote, de carbone ou de soufre. La maîtrise totale du problème est toutefois difficile dans la mesure où environ la moitié des rejets d'oxydes de soufre proviennent, en hiver, des chauffages domestiques individuels ou collectifs.

Composition de l'air

Pour les Anciens, l'air représente, avec la terre, le feu et l'eau, l'un des éléments constitutifs du monde ; et tous les gaz reçoivent l'appellation d'air. Il faut attendre la seconde moitié du xviie siècle pour voir John Mayow démontrer que l'air est un mélange dont une partie seulement peut entretenir la vie. Le constituant actif est assimilé au gaz obtenu par calcination du salpêtre, ou « nitre », d'où le nom d'« esprit nitro-aérien » alors donné à l'oxygène. Un siècle plus tard, la nature de l'air est vraiment élucidée par Lavoisier. L'expérience par laquelle il établit la composition de l'air est, encore à notre époque, un modèle de rigueur scientifique et de raisonnement déductif. Dans un dispositif constitué par une cornue à long col recourbé contenant du mercure, et une cloche reposant sur un bain de mercure, une quantité déterminée d'air est enfermée. Le niveau est soigneusement repéré sur la cloche « avec une bande de papier collé ». Le mercure est alors porté à ébullition ; il ne se passe rien le premier jour. Des « parcelles rouges » apparaissent à la surface du mercure le deuxième jour et s'accroissent jusqu'au sixième. Pour s'assurer de la fin de la réaction, Lavoisier poursuit l'ébullition du mercure six autres jours, puis, après refroidissement, correction de température et de pression, le volume d'air résiduel est mesuré : il a diminué de 1/6 environ. Lavoisier étudie alors le résidu gazeux obtenu : « Les animaux qu'on y introduisait y périssaient en peu d'instants et les lumières s'y éteignaient sur-le-champ comme si on les eût plongées dans de l'eau. » La matière rouge recueillie à la surface du mercure est étudiée par ailleurs. Par calcination, il se dégage « un fluide élastique beaucoup plus propre que l'air de l'atmosphère à entretenir la combustion et la respiration des animaux ». Les conclusions de Lavoisier sont d'une rigueur et d'une clarté qui forcent l'admiration si l'on tient compte des conditions matérielles de ses expériences : « L'air de l'atmosphère est composé de deux fluides élastiques de nature différente et pour ainsi dire opposée. » Après l'analyse et l'étude des parties, Lavoisier procède à la synthèse : « en recombinant les deux fluides élastiques obtenus séparément, c'est-à-dire 42 pouces cubiques de mofette ou air non respirable et 8 pouces cubiques d'air respirable, on reforme de l'air en tout point semblable à celui de l'atmosphère ». Les résultats des analyses de Lavoisier le conduisent à penser que l'air atmosphérique contient 27 p. 100 d'oxygène, alors que la teneur réelle n'est que de 21 p. 100.

Les expériences de Lavoisier furent effectuées en 1777. Treize ans plus tard, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Air sec : composition

Air sec : composition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Air : propriétés physiques

Air : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification

Autres références

«  AIR  » est également traité dans :

ÉLASTICITÉ ET COMPRESSIBILITÉ DE L'AIR

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 113 mots
  •  • 1 média

Par ses expériences sur l'élasticité et la compressibilité de l'air, le physicien et chimiste irlandais Robert Boyle (1627-1691) établit en 1661 les bases nécessaires à ce qui deviendra connu sous le nom de loi de Boyle-Mariotte, par référence aux travaux simultanés du Français […] Lire la suite

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux.1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO2) qui s'échappe de la cra […] Lire la suite

AÉROPORTS

  • Écrit par 
  • Jean-Yves VALIN
  •  • 6 548 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La qualité de l'air »  : […] Les préoccupations de santé publique conduisent souvent les gestionnaires d'aéroport, en liaison avec les pouvoirs publics, à surveiller la qualité de l'air ambiant et à mettre sous observation les émissions des avions, des véhicules terrestres et des installations industrielles. – Qualité de l'air ambiant : les stations de mesure de la qualité de l'air ambiant implantées sur les aéroports et dan […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 102 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Anticyclones et vents »  : […] La différence de pression atmosphérique qui existe entre deux régions voisines exerce sur l’air une force qui tend à le déplacer des hautes pressions vers les basses pressions. Mais, parce que la Terre tourne, tout déplacement se trouve dévié, sur la droite dans l’hémisphère Nord et sur la gauche dans l’hémisphère Sud (effet de Coriolis, du nom de Gaspard Gustave Coriolis qui définit cette force […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 803 mots
  •  • 10 médias

En météorologie, les expressions « ascendance » ou « courant ascendant » désignent tout mouvement de l’air dirigé vers le haut. Les ascendances peuvent avoir des conséquences variées, bénéfiques lorsqu’elles contribuent à la formation des nuages et des précipitations qui fournissent l’eau douce indispensable à notre alimentation, notre hygiène, nos élevages et nos cultures, ludiques lorsqu’elles […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition de l'atmosphère terrestre »  : […] Le mélange de gaz qui compose l’atmosphère terrestre, l’air, est incolore , invisible et inodore. Il est essentiellement composé de diazote (N 2 ), de dioxygène (O 2 ), de vapeur d’eau (H 2 O), de gaz rares (ou nobles) comme l’argon (Ar), le néon (Ne), l’hélium (He), le krypton (Kr), le xénon (Xe) et le radon (Rn), de dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO 2 ), de méthane (CH 4 ), d’hydrogène ( […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 724 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’atmosphère : un mélange d’air sec et de vapeur d’eau »  : […] En météorologie, pour réduire le nombre de paramètres à considérer et pour tenir compte des particularités associées au comportement des molécules d’eau, l'air est considéré comme un mélange de deux gaz : d’un côté la vapeur d'eau et de l’autre l'air sec qui contient tous les autres gaz. On appelle « air humide » l’ensemble composé d’un mélange d’air sec et de vapeur d’eau. Lorsqu’on s’élève dans […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 549 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La qualité de l'air dans l'habitacle »  : […] Le Japon a adopté, depuis 2007, des valeurs limites pour treize substances dont quatre sont particulièrement surveillées (formaldéhyde, toluène, xylène, acétaldéhyde). La conscience croissante des problèmes de qualité de l'air dans les habitacles se traduit en Europe par des labels, comme Toxproof en Allemagne (2004), et des mesures comparatives effectuées par des organismes indépendants (Ökotes […] Lire la suite

AZOTE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  • , Universalis
  •  • 4 524 mots
  •  • 4 médias

L' azote est un gaz incolore, inodore et sans saveur qui constitue un peu plus des trois quarts du volume de l'atmosphère. Il existe également dans les fumerolles volcaniques. Certaines météorites en renferment et, par des méthodes spectroscopiques, on a mis sa présence en évidence dans le Soleil et de nombreuses étoiles. Bien que ses composés soient présents dans un grand nombre de substances nat […] Lire la suite

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « La biodépollution de l'air »  : […] Selon la définition du Conseil de l'Europe de 1967, la pollution atmosphérique est définie par « la présence d'une substance étrangère dans l'air ou de la variation importante dans la proportion de ses composants, susceptible de provoquer un effet nocif, compte tenu des connaissances scientifiques du moment, ou de créer une nuisance ou une gêne ». Dans les années 1970 et 1980, la plupart des grand […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 août 2021 France. Condamnation de l'État pour manquement dans la lutte contre la pollution de l'air.

Le Conseil octroie 100 000 euros aux associations requérantes et 9,9 millions d’euros à des institutions susceptibles de se substituer à l’État dans la lutte contre la pollution de l’air. […] Lire la suite

8 juillet 2021 France. Acquittement des pilotes dans l'affaire « Air Cocaïne ».

La cour d’assises spéciale d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) acquitte les deux pilotes de jet privé, Pascal Fauret et Bruno Odos, qui étaient accusés d’avoir participé à un trafic de cocaïne entre la République dominicaine et la France, en mars 2013. Ils avaient été condamnés à six ans de prison en première instance, en avril 2019. La cour confirme les peines de prison des sept autres accusés. […] Lire la suite

30 juin 2021 Suisse. Décision d'achat d'avions militaires F-35A américains.

Le Conseil fédéral porte son choix sur le F-35A de la firme américaine Lockheed Martin pour remplacer les avions de l’armée de l’air en fin de cycle. Il prévoit d’acquérir trente-six appareils, pour un montant un peu supérieur à cinq milliards de francs suisses. Le F-35A l’emporte sur ses trois rivaux, le Rafale du français Dassault Aviation, l’Eurofighter Typhoon du consortium européen réuni autour d’Airbus et le F/A-18 Super Hornet de l’américain Boeing. […] Lire la suite

5 avril 2021 France. Recapitalisation de la compagnie aérienne Air France-KLM.

Le conseil d’administration d’Air France-KLM approuve l’accord passé entre le gouvernement et la Commission européenne, relatif à une nouvelle aide financière au profit de la compagnie aérienne. Celle-ci consiste à transformer en obligations convertibles – des quasi-fonds propres – les prêts de 7 milliards d’euros accordés par Paris à Air France en avril 2020. […] Lire la suite

4-31 mars 2021 France. Adoption de « mesures de freinage » contre la pandémie de Covid-19.

Les activités de plein air sont privilégiées, le gouvernement autorisant les sorties dans un rayon de dix kilomètres autour du domicile, sans limitation de durée. Les déplacements interrégionaux sont interdits pour les habitants des départements visés. En outre, l’heure du début du couvre-feu est reportée à 19 heures sur l’ensemble du territoire, dans la perspective du passage à l’heure d’été. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « AIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/air/