ÉLECTROLYTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On classe sous ce vocable l'ensemble des conducteurs ayant la propriété de conduire le courant électrique par transport simultané de matière vers les électrodes. Appartiennent à ce groupe les acides, les bases et les sels, à l'état fondu ou en solution, ainsi que certains cristaux dit ioniques. Dans le cas des solutions, il s'agit le plus souvent de solutions aqueuses, mais un grand nombre d'autres solvants à constante diélectrique élevée présentent les mêmes propriétés (alcool, benzène, ammoniac liquide, anhydride sulfureux liquide, etc.).

La conductibilité électrolytique est due au phénomène de dissociation électrolytique dont la théorie a été formulée par Arrhénius (1887) et fut perfectionnée, par la suite, par Debye et Hückel, puis par G. N. Lewis : la substance dissoute est décomposée en deux groupements simples ou complexes de charge électrique opposée appelés ions. Par passage du courant, il y a transport des ions vers les électrodes ; l'ion positif se dirige vers la cathode, d'où son nom de cation (ion hydrogène, ions métalliques, etc.) et l'ion négatif ou anion vers l'anode. Arrivés aux électrodes, ces ions se déchargent et s'y déposent, mais plusieurs phénomènes secondaires modifient souvent la nature du dépôt électrolytique (action chimique des ions sur le solvant ou sur l'électrode elle-même). Les électrolytes présentent une pression osmotique plus grande que les substances ne présentant pas cette propriété et n'obéissent pas aux lois de Raoult.

Au point de vue électrolytique, on distingue les électrolytes forts, qui sont dissociés complètement en solution diluée (bases et acides forts et leurs sels), et les électrolytes faibles, qui ne sont que partiellement dissociés (la plupart des acides organiques). Mais il existe aussi des substances dont le comportement est intermédiaire (acide α-chlorobenzoïque). On peut connaître le degré de dissociation électrolytique par mesure de la conductibilité électrique.

Certaines substances (comme l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉLECTROLYTES  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Théorie d'Arrhenius »  : […] En 1887, un jeune chimiste suédois, Arrhenius , dans sa thèse de doctorat, proposa une théorie, alors révolutionnaire, pour expliquer les propriétés des solutions aqueuses d'électrolytes, en particulier leur conductibilité électrique : c'est la théorie de la dissociation ionique . Appliquée aux acides et bases, elle permit de préciser les notions précédentes et de les rendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_12213

ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 837 mots
  •  • 1 média

L' œuvre majeure de Svante Arrhenius porte sur la dissociation électrolytique. Elle ressortit directement à une pensée phénoménotechnique , où, selon Bachelard, « aucun phénomène n'apparaît naturellement , aucun phénomène n'est de premier aspect, aucun n'est donné . Il faut le constituer et en lire les caract […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/svante-arrhenius/#i_12213

DEBYE PETER JOSEPH WILLEM (1884-1966)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « La théorie des solutions électrolytiques »  : […] Selon S. Arrhenius (1887), les solutions électrolytiques sont composées de molécules d'électrolyte et d'ions, atomes électriquement chargés, nés de la dissociation de ces molécules ; il y aurait alors un équilibre entre les composants. Mais les électrolytes forts, tels que le chlorure de sodium en solution aqueuse, présentent des propriétés qui ne répondent pas à cette conception. N.  Bjerrum sugg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-joseph-willem-debye/#i_12213

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Connaissance et utilisation des électrolytes »  : […] Dans une cellule ou une pile, l'espace séparant deux électrodes de polarité opposée doit être suffisamment conducteur pour que le passage du courant soit assuré. Le courant se propage grâce au mouvement des ions qui se déplacent principalement sous l'effet d'un champ électrique. Ce processus implique au préalable une dissociation suffisante de l' électrolyte dissous dans le solvant choisi. L'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/#i_12213

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Les êtres vivants ne peuvent naître, croître et proliférer que dans la mesure où ils rencontrent un milieu ambiant favorable comportant, entre autres, de l'eau et des électrolytes, en particulier le potassium (K + ), le sodium (Na + ), le calcium (Ca ++ ) et le magnésium (Mg ++ ) pour les cations, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-hydromineral/#i_12213

ISOTACHOPHORÈSE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 254 mots

Méthode physico-chimique d'analyse de composés ioniques fondée sur leur déplacement sous l'influence d'un champ électrique. Un tube capillaire est rempli d'un électrolyte constitué d'un ion ayant une mobilité supérieure à celle de tous les ions à séparer (appelé ion pilote). L'extrémité du capillaire où est placée l'électrode de même signe que ceux des ions à séparer (cathode pour des anions, anod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isotachophorese/#i_12213

ONSAGER LARS (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 588 mots

Chimiste et physicien américain né à Oslo de parents norvégiens. Dès 1925, Lars Onsager obtient dans cette ville son diplôme d'ingénieur chimiste à l'École technique supérieure de Norvège. Au cours de ses études, Lars Onsager manifeste déjà des dispositions particulières pour les problèmes théoriques fondamentaux et apporte la preuve de qualités d'imagination exceptionnelles. Ses premiers travaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lars-onsager/#i_12213

PILES & ACCUMULATEURS

  • Écrit par 
  • Yves BRÉELLE, 
  • Jacques MANDIL, 
  • Raymond VIC
  •  • 5 892 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Description et constitution »  : […] L'accumulateur au plomb est constitué par un empilage d' électrodes positives, de séparateurs et d'électrodes négatives logé dans un bac et fermé par un couvercle . Les électrodes positives (oxydant) sont des grilles, en plomb antimonieux ou en alliage ternaire (Pb-Sb-As), dont les alvéoles sont remplis d'une pâte poreuse de peroxyde de plomb (matière active positive). Dans u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piles-et-accumulateurs/#i_12213

POLAROGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 3 101 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cas général »  : […] Soit l'expérience suivante : dans une solution qui contient du fer ferreux Fe 2+ , on plonge une électrode de potentiel fixe (électrode dite de référence) et une électrode de platine. On augmente alors lentement la différence de potentiel entre les deux électrodes, le montage étant réalisé de façon que l'électrode de platine fonctionne comme anode, c'est-à-dire qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarographie/#i_12213

SANG - Composition et propriétés

  • Écrit par 
  • Alain COSSON, 
  • Jacques ROUFFY
  •  • 4 055 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les électrolytes plasmatiques »  : […] Les électrolytes plasmatiques (cations et anions) règlent en grande partie la pression osmotique, l'équilibre acido-basique et la répartition de l'eau dans l'organisme (cf.  équilibre hydrominéral , osmorégulation ). Les principaux cations sont le sodium, le potassium, le calcium, le magnésium ; les principaux anions sont les ions bicarbonate, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-composition-et-proprietes/#i_12213

SOLUTION ÉQUILIBRES EN

  • Écrit par 
  • Claude COLIN, 
  • Alain JARDY
  •  • 9 735 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « pH des solutions d'électrolyte »  : […] De nombreux composés ioniques, comme les sels alcalins et alcalino-terreux, sont entièrement dissociés en solution aqueuse, effet résultant de la solvatation des ions du solide par les molécules d'eau : ce sont des électrolytes forts. Les solutions obtenues peuvent présenter un caractère acide ou basique, selon la nature des ions mis en jeu. Ainsi le fluorure de sodium est totalement dissocié : . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/#i_12213

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 473 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Accumulateurs »  : […] Les accumulateurs électriques présentent un certain nombre d'avantages par rapport aux autres systèmes de stockage d'énergie : temps de réponse et disponibilité propres à l'énergie électrique, absence de pollution de l'environnement et bonne rentabilité économique ; les calculs faits en 1976 aux États-Unis avaient déjà montré que la filière « conversion du pétrole ou du charbon en énergie dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superconducteurs-ioniques/#i_12213

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « ÉLECTROLYTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrolytes/