ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (-275--195)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode, sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses découvertes.

Ératosthène, qui a sans doute suivi des études encyclopédiques à Cyrène, son pays natal, et été l'élève de Callimaque à Alexandrie, vint ensuite à Athènes, où il séjourna une vingtaine d'années, fréquentant des élèves de Platon, tels Ariston et Arcésilas, et des stoïciens. Il s'y acquit, semble-t-il, une réputation telle que Ptolémée III Évergète l'appela à Alexandrie pour être précepteur de son fils, le futur Ptolémée IV Philopatôr. Mais Ératosthène s'y illustra surtout, de ~ 235 à sa mort, par ses fonctions de conservateur de la fameuse Bibliothèque, où il édita notamment l'écrit d'Archimède intitulé les Éphodiques ou De la méthode.

Auteur d'ouvrages de philosophie, de poétique, d'histoire, d'astronomie, de musique — dont il ne reste presque rien —, Ératosthène participa à la vie intellectuelle de l'époque, s'en prenant, par exemple, à l'hédonisme cynique qu'il qualifie de « philosophie en manteau brodé », parce qu'il mêle tous les genres : discussion, anecdote, discours.

De ses ouvrages scientifiques mêmes il ne demeure que des fragments, des résumés ou des relations. La tradition lui attribue notamment la solution mécanique du problème de la duplication du cube, qui consiste à calculer quelle doit être l'arête d'un cube dont le volume serait égal au double d'un cube donné. Selon une légende rapportée par Ératosthène, dont le texte a été transmis par Eutocius (vie s.), ce problème, appelé pour cela problème déliaque, viendrait de ce que les habitants de Délos avaient reçu de leur oracle l'ordre de doubler un de leurs autels de forme cubique. Ils auraient alors fait appel aux géomètres de l'Académie. En réalité, cette recherche, selon Ératosthène lui-même, dont l'ouvrage sur ce sujet aurait eu pour cette raison le titre de Platonique, remontait à Platon. La solution du Cyrénéen reposait sur l'emploi d'un appareil, le mésolabe ou mésographe, qui permettait de construire deux moyennes proportionnelles entre deux segments donnés.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un découpage occidental du monde »  : […] La conception habituelle et normative de l'Asie relève d'un découpage du monde, d'origine occidentale, en six continents. Élaborée au xvi e  siècle en fonction de critères topographiques mais aussi socioculturels et politiques, elle est légitimée au cours du xix e  siècle par une approche scientifique qui recourt à la géologie, les continents éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_8425

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Aristarque de Samos (env. 310-230 av. J.-C.) est le premier grand astronome de l'école d'Alexandrie. C'est aussi le précurseur de Copernic, de dix-sept siècles en avance sur ses contemporains quand il affirme que la Terre, loin d'être fixe, non seulement tourne sur elle-même comme l'a proposé Héraclide, mais aussi décrit une orbite circulaire auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_8425

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 481 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cartographie ancienne »  : […] Dès l’Antiquité, les hommes ont cherché à représenter leur territoire et à mémoriser des itinéraires. Jusqu'au xvii e  siècle, les cartographes se sont surtout préoccupés de donner une image d'ensemble de la Terre au fur et à mesure de sa découverte. Ils procédaient par compilation des connaissances acquises par les voyageurs et les marins, reporté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartographie/#i_8425

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 955 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Dès l'Antiquité, des marins égyptiens ont parcouru la mer Rouge et le golfe d'Aden à la recherche de nouveaux débouchés commerciaux. Les Phéniciens explorèrent les côtes de la Méditerranée, fondant, vers 1200 avant J.-C., un comptoir à Gadès (Cadix), et, de là, se rendirent par l'Océan jusqu'aux îles Britanniques. Vers 1600, ils effectuent un périp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-decouvertes/#i_8425

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 225 mots
  •  • 6 médias

On désigne par géocentrisme le système cosmologique hérité du monde grec – et qui dominera jusqu'à Copernic, au xvi e  siècle – où la Terre non seulement est au centre du monde, mais s'y tient rigoureusement immobile. Mais de quel cosmos s'agit-il ? Le cosmos antique est peu peuplé : on y trouve la Terre, les deux luminaires (c'est-à-dire la Lune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geocentrisme/#i_8425

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 423 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des théories de l'Antiquité aux découvertes arabes »  : […] Le bilan de la géographie antique n'est pas négligeable, et son influence s'est étendue jusqu'au xvi e  siècle ; trois courants s'y sont formés. Le premier, représenté par Ératosthène, est une géographie mathématique et astronomique. Ératosthène (284 env.-192 env. avant J.-C.) calcula la circonférence de la sphère terrestre, mettant en évidence un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_8425

SNELL VAN ROYEN WILLEBRORD (1580-1626)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 582 mots

Le mathématicien néerlandais Willebrord Snell Van Royen (1580-1626) publie en 1617 à Leyde (Hollande) le traité Eratosthenes Batavus . De Terrae ambitus vera quantitate . Snell naît le 13 juin 1580 à Leyde, située dans les Provinces-Unies, qui ont fait sécession d’avec l’Espagne en 1579. Fils aîné du professeur de mathématiques de l’université d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willebrord-snell-van-royen/#i_8425

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le globe terrestre »  : […] Il appartient aux Grecs d'avoir établi que la forme de la Terre était sphérique et d'en avoir, pour la première fois, estimé la grandeur. Dès le v e  siècle avant J.-C., Anaxagore avait remarqué la forme circulaire de l'ombre portée de la Terre, lors des éclipses de Lune. Au iii e  siècle avant J.-C., Ératosthène de Cyrène avait trouvé entre Syène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_8425

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (-275--195) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/