HUMANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot humanisme était encore à la mode au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au point que tous les courants de pensée s'en recommandaient : Sartre démontrait que l'existentialisme est un humanisme, les marxistes ne répugnaient pas à se servir de ce vocable pour définir leur doctrine, Henri de Lubac reconnaissait à certains types d'athéisme une valeur humaniste, et Fernand Robert s'interrogeait sur la fortune du mot et de la chose en remontant le cours du temps. Depuis lors, des philosophes, des éducateurs et des politiques ont mis en question un grand nombre de valeurs sur lesquelles reposait naguère l'idée que la plupart des hommes se faisaient de leur propre destin et du progrès de la civilisation, et l'idée d'homme paraît elle-même aux yeux de certains dénuée de signification. Si bien que l'emploi du mot est de plus en plus réservé aux spécialistes de la Renaissance, pour désigner à la fois une période socio-culturelle, la puissance de transformation qui a restructuré alors l'image du monde, et la conception de l'homme, qui s'est progressivement imposée grâce à ces agents de transformation que furent les humanistes eux-mêmes, avec l'appui de forces matérielles et spirituelles extérieures.

L'âge de l'humanisme

Deux historiens de la Renaissance, André Chastel et M. P. Gilmore, en donnant pour titres à l'un de leurs ouvrages L'Âge de l'humanisme (1963) pour le premier, Le Monde de l'humanisme (The World of Humanism, 1952), pour le second, veulent tout d'abord situer le phénomène de l'humanisme dans un système de coordonnées spatio-temporelles, encore que les coupures historiques ne soient pas très nettement tranchées chez le premier, et que les frontières géographiques – même précisées par celles de la chrétienté latine – soient un peu floues chez le second. En effet, même sans faire remonter l'humanisme au xive siècle et à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Rabelais

Rabelais
Crédits : Spencer Arnold/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Portrait d'Érasme

Portrait d'Érasme
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Paris
  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification

Autres références

«  HUMANISME  » est également traité dans :

GRASSI ERNESTO (1902-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 982 mots

Ernesto Grassi a été l'une des figures les plus importantes de la philosophie européenne. Peu connu en France, où deux seulement de ses ouvrages, Humanisme et marxisme et La Métaphore inouïe , ont été traduits, il jouissait d'un grand prestige en Italie, sa patrie, et surtout en Allemagne, où il passa la plus grande partie de son existence. Son œuvre est d'ailleurs, pour l'essentiel, écrite en al […] Lire la suite

ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

  • Écrit par 
  • Saül KARSZ, 
  • François MATHERON
  •  • 4 564 mots

Dans le chapitre « Humanisme et/ou marxisme »  : […] Louis Althusser fait de l' anti-humanisme théorique une composante essentielle de la démarche marxiste et une condition sine qua non pour prendre en compte les hommes et les femmes réels. Inscrire tout Marx dans l'humanisme suppose que ce révolutionnaire n'aurait pas connu, lui, de révolutions dans son œuvre et dans sa vie : il aurait été humaniste par nature, du début jusqu'à la fin. Conséquence […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction anthropologique »  : […] La réduction anthropomorphique apparaît avec Protagoras, le plus subtil des sophistes et le plus redoutable adversaire de la théorie platonicienne des idées. Indéfiniment reprise, hors même d'un contexte historique, la formule fameuse « L'homme est la mesure de toutes choses » resurgit au principe de tous les relativismes. L'opinion commune au milieu du xx e  siècle, même dans les milieux intellec […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et humanisme »  : […] La négation de Dieu est donc le principe d'une renaissance du discours, d'une reconquête de soi. L'homme, assuré de son existence, inséré dans la réalité de son monde et de son histoire, revenu de l'aliénation religieuse, est redonné à lui-même. La « mort de Dieu » signifie la naissance de l'homme. Mais l'humanisme ne s'érige en doctrine et en système exclusif qu'en souscrivant à la même concepti […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'humanisme et le problème religieux »  : […] On assiste en Allemagne au développement de l' humanisme : en Alsace, où l'école de Sélestat a formé Jean Geiler, prédicateur à la cathédrale de Strasbourg et où Jacques Wimpheling écrit la Germania qui entraîne une riposte de Thomas Murner, à Cologne, à Mayence, à Heidelberg, à l'abbaye de Sponheim sur la Moselle, à Fribourg où Zasius renouvelle l'étude du droit romain. À Bâle, rattachée aux can […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La littérature latine en Europe  »  : […] Dès le deuxième tiers du xv e  siècle, l'esprit nouveau se répand hors d'Italie et d'abord en Dalmatie et dans la Hongrie de Mathias Corvin, avec le poète J. Pannonius (1434-1472). L'imprimerie accélère ce mouvement, tandis que des lettrés italiens vont s'installer à l'étranger, comme les artistes feront peu après, et y enseignent. Parallèlement, des étudiants, des lettrés font le voyage en Italie […] Lire la suite

VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 3 574 mots

En ces temps de faveur renouvelée pour le nominalisme et la critique des universaux, il est bon d'aller demander à Lorenzo Valla, un maître de l' humanisme italien, comment la culture de la péninsule est parvenue, dès la première moitié du xv e  siècle, à donner un contenu, c'est-à-dire une philologie, une éthique, une politique, une théologie et finalement une rhétorique , à la critique abstraite […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'ère des effervescences »  : […] Le xvi e siècle est une période clé de la littérature allemande. Bien que l'inspiration en soit plus polémique que littéraire, il offre l'image d'un désordre fécond ouvrant la voie aux idées nouvelles. Les traditions médiévales se maintiennent un temps mais l' humanisme se développe avant d'être arrêté par la Réforme qui marque profondément la société et les idées. La langue enfin est en pleine é […] Lire la suite

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Spiritualité et vision du monde »  : […] L'influence de la pensée augustinienne sur les diverses écoles de spiritualité est sans doute la plus importante. On sait que la méditation, durant quinze années et en dehors de tout contexte polémique, du mystère de la Trinité aboutit chez Augustin à la certitude d'un théocentrisme : c'est en tant que Dieu que le Christ attire la créature vers son créateur. Le mot célèbre des Confessions , « Car […] Lire la suite

BUDÉ GUILLAUME (1468-1540)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine de LA GARANDERIE-OSTERMAN
  •  • 2 838 mots

Étrange destin posthume que celui de Guillaume Budé. Unanimement salué comme le plus grand humaniste français, il fut de son vivant une sorte de héros du savoir, et comme la figure emblématique de cette « science des lettres » en plein essor, dont il avait été à l'aube du xvi e siècle le pionnier, et dont il se fit sous le règne de François I er l'inlassable avocat. Son nom est inséparable de la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-18 avril 2001 Chine – États-Unis. Incident diplomatique à la suite d'une collision aérienne

humanisme » de la part de Pékin et affirme que « l'incident n'est pas complètement terminé ». La Chine souhaite que soit évoquée la question de la surveillance américaine des côtes chinoises. Dès le retour de l'équipage, le président Bush durcit le ton en mettant sévèrement en garde la Chine contre une attitude qui est « en contradiction avec le type […] Lire la suite

25-29 janvier 1981 Proche-Orient. Proclamation de « la guerre sainte » contre Israël par la conférence islamique de Taef

humanisme » et de « tolérance », dont « la vocation est de faire régner l'égalité et la justice sociale ». Du 26 au 29, ont lieu les délibérations officielles de la conférence au palais des Congrès de Taef, capitale estivale du royaume saoudien. Le 29, le sommet de Taef s'achève par la diffusion d'un « message de La Mecque » qui présente une vingtaine […] Lire la suite

Pour citer l’article

André GODIN, Jean-Claude MARGOLIN, « HUMANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/