ANIMALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Schopenhauer

Schopenhauer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Claude Lévi-Strauss, 1981

Claude Lévi-Strauss, 1981
Crédits : M. Kalter/ AKG

photographie

Tous les médias


La réflexion sur l'animalité se distingue radicalement d'une approche zoologique comme d'une approche ethnologique qui présenterait les modes de relations aux animaux propres aux diverses sociétés humaines. C'est vers le discours philosophique qu'il convient de se tourner pour appréhender ce concept supposé dire l'essence de l'animal. Dans la tradition occidentale, le concept d'animalité remplit, de par sa structure et son contenu, une fonction importante dans la définition de l'humain lui-même. En effet, le concept d'animalité ne vise pas tant à caractériser l'essence des êtres vivants sensibles autres que l'homme qu'à construire son contre-modèle, son négatif ontologique. Aussi l'animalité est-elle définie en creux, par un ensemble de manques : manque de raison (Descartes), manque de liberté (Kant), pour ne citer que les principaux aspects de la démarcation. Par ailleurs, cette construction permet aux sciences humaines de délimiter leur objet et de l'inscrire dans les cadres préexistants et distinctifs de la culture, du langage, du symbolique... L'animalité demeure captive de son opposition à l'humanité, comme le soulignent Max Horkheimer et Theodor Adorno : « Dans l'histoire européenne, l'idée de l'homme s'exprime dans la manière dont on le distingue de l'animal. Le manque de raison de l'animal sert à démontrer la dignité de l'homme. Cette opposition a été prêchée avec tant de constance et d'unanimité [...] qu'elle fait partie du fonds inaliénable de l'anthropologie occidentale comme peu d'autres idées. Même de nos jours, elle est encore reconnue » (La Dialectique de la raison, 1944, trad. franç. 1974). L'animalité n'est ainsi rien d'autre que le concept qui dit la différence ; il est la démarcation même de l'humain, sa limite.

Il existe cependant une voie critique qui, à l'assimilation de la possession de la raison au fondement des droits, oppose la capacité à ressentir le plaisir et la souffrance (sensibilité). Tandis que le critère de la raison opère par exclusion, celui de la sensibilité opère par inclusion dans la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche deuxième classe à l'Institut national de la recherche agronomique

Classification


Autres références

«  ANIMALITÉ  » est également traité dans :

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 674 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Doctrines actuelles »  : […] À l'époque actuelle, la question des relations entre l'humanité et l'animalité est, dans le domaine philosophique, dominée par les auteurs anglo-saxons. Cette influence se retrouve dans le domaine juridique, les termes des différents débats étant très largement définis là aussi par les juristes anglo-saxons (sans que, pour autant, la richesse des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/#i_91919

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Les diverses définitions classiques de l'homme prennent comme base son animalité à laquelle elles ajoutent la mention d'une différence spécifique : « animal politique », « animal doué de raison », « animal parlant » ou encore, comme dans la tradition indienne, « animal sacrifiant ». Toutes, donc, impliquent un minimum de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_91919

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 710 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'âge préhistorique »  : […] Ainsi vont se nouer originellement les liens de l'humanité à l'animalité, et notamment l'échange des traits, des caractères, des destinées. Appropriation symbolique des qualités propres à chaque espèce dans un jeu de rivalité et de familiarité qui trouvera un accueil particulièrement riche dans les structures classificatoires du totémisme ; mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_91919

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Le chamanisme de chasse : échange avec la surnature nourricière »  : […] celle de l'esprit des eaux, donneur de poisson. Elle l'a, pense-t-on, « élu » pour mari. Comme elle reste animale dans sa relation conjugale avec le chamane, c'est à lui de la rejoindre. Il doit donc aller dans la surnature ; c'est elle qui lui permet le « voyage », incarnée dans son tambour (considéré comme un « élan », une « barque », etc.), « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamanisme/#i_91919

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La leçon de l'anthropologie sociale et de la bio-anthropologie »  : […] D'où viendra le renouveau ? Assez curieusement, c'est en partie des études sur l'animalité. Toujours dans les années soixante, les recherches sur les babouins (de Washburn et De Vore) et sur les primates (de Miyadi et Imashini au Japon, de Hall en Angleterre, de Bourlière en France) fournissent des informations nouvelles sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/#i_91919

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 159 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nature à la société »  : […] faits. » Mais la description de l'état de nature, dominée par le présent et l'hypotypose (« je vois un animal moins fort que les uns, moins agile que les autres [...]. Je le vois se rassasiant sous un chêne... »), acquiert une charge de réalité telle que l'hypothèse devient provocatrice. L'homme, ainsi « dépouill[é] [...] de tous les dons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_91919

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Un débat domine, depuis toujours, l'anthropologie. Suffit-il, pour situer l'homme, de le placer, simplement, en tête de la lignée des mammifères supérieurs, en lui accordant cette primauté parce qu'il se trouve doté d'un caractère, d'une « différence spécifique », qui le distingue de tous les autres membres de cette lignée, proches et lointains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_91919

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] ce que Kojève résume ainsi : « Le désir humain doit porter sur un autre désir [...] Pour qu'il y ait désir humain, il faut donc qu'il y ait tout d'abord une pluralité de désirs (animaux) [...] C'est pourquoi la réalité humaine ne peut être que sociale. Mais, pour que le troupeau devienne une société, la seule multiplicité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_91919

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 484 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu animal et le jeu de l'enfant »  : […] Les petits des animaux supérieurs jouent entre eux ou avec leur mère à la manière des petits d'homme. Comme eux, ils forment parfois des groupes de jeu ; comme eux, ils distinguent la conduite de jeu de la conduite sérieuse ; ils apprennent assez tôt à retenir pendant le jeu leurs griffes et leurs morsures. Mais ce qu'ils manifestent alors, ce ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-chez-l-enfant/#i_91919

L'OURS. HISTOIRE D'UN ROI DÉCHU (M. Pastoureau)

  • Écrit par 
  • Patrick BOUCHERON
  •  • 1 040 mots

moins sûr : les bestiaires médiévaux le situent à mi-chemin entre l'animalité et l'humanité. L'ours est l'autre de l'homme : même stature, même position debout, même disposition des organes. Il suffit d'ailleurs aux hommes d'enfiler la peau de la bête pour « faire l'ours » – et nombreux sont les témoignages sur ces fêtes de l'ours païennes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ours-histoire-d-un-roi-dechu/#i_91919

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] et obscurs. On croit cependant comprendre que Le Brun cherchait à la fois à repérer les traits distinctifs opposant la face humaine au faciès animal (il pensera les trouver dans l'inclinaison des yeux, la direction du regard et le froncement du sourcil) et le moyen de mesurer le degré d'animalité (ou au contraire d'humanité, c'est-à-dire d'« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_91919

HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTÈBRES (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer la complexité des animaux »  : […] premier volume de son Histoire naturelle des animaux sans vertèbres en posant la question de la définition de l’animalité. Plus précisément, il espère montrer ici, notamment contre Cuvier, que l’organisation animale a quelque chose de spécifique qu’on ne rencontre ni chez les corps bruts (non vivants), ni chez les végétaux, mais que cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-des-animaux-sans-vertebres/#i_91919

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] Schopenhauer reproche avec virulence aux religions du Livre leur mépris de l'animalité, et la supériorité des religions de l'Inde sur ce point lui paraît manifeste. Mais il est vrai qu'avec le langage l'homme devient capable de se détacher de l'expérience immédiate, de penser le passé et l'avenir, de prendre conscience d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_91919

SOCIÉTÉ PROTECTRICE DES ANIMAUX, France

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 197 mots

La première société protectrice des animaux fut fondée à Londres en 1824. Deux ans plus tôt, Richard Martin avait fait passer une loi sanctionnant les auteurs de mauvais traitements envers les animaux. La société fondée à Paris en 1845 par les docteurs Pariset et Dumont, et reconnue d'utilité publique le 22 décembre 1860, s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-protectrice-des-animaux-france/#i_91919

TROCKEL ROSEMARIE (1952-    )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 707 mots

jalonne ces différents travaux, se substitue peu à peu au portrait de l'artiste jusqu'à devenir son autoportrait. Des réflexions sur l'animalisation de l'homme et sur l'humanisation de l'animal se trouvent au cœur de ses recherches, à partir de 1996, lorsqu'elle fonde avec Carsten Höller le Laboratoire d'anthropologie expérimentale. Elle met des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemarie-trockel/#i_91919

Voir aussi

Pour citer l’article

Florence BURGAT, « ANIMALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/