CANDIDE, OU L'OPTIMISME, VoltaireFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Candide, ou l'Optimisme a été publié en 1759 puis, dans une édition augmentée, en 1761. Ce conte, qui est devenu le titre le plus célèbre de Voltaire (1694-1778) et un des chefs-d'œuvre de la littérature française, a sans doute été d'abord le passe-temps d'un écrivain soucieux de léguer à la postérité des œuvres plus respectueuses du canon classique, tragédies et épopées. Cependant, la liberté de ton qui y règne ne doit pas laisser croire à une improvisation. La recherche par Voltaire d'un havre (il s'installe aux Délices, près de Genève, en 1755 et achète Ferney en 1758), l'expérience du tremblement de terre de Lisbonne (en 1755) et de la guerre de Sept Ans, qui débute en 1756, donnent une nouvelle actualité à sa réflexion sur l'ordre du monde et à sa critique de l'optimisme de Leibniz. Candide est sans doute rédigé en 1758 et paraît comme « traduit de l'allemand de M. le docteur Ralph ». Mais le public, qui lui fait un succès, n'est pas dupe de cette traduction prétendue. Deux ans plus tard, la réédition ajoute, selon la page de titre, « les additions qu'on a trouvées dans la poche du docteur lorsqu'il mourut à Minden [ville de Westphalie et défaite de l'armée française en 1759], l'an de grâce 1759 ».

Voltaire

Photographie : Voltaire

Le Français François Marie Arouet devenu, par anagramme, Voltaire, homme de lettres et philosophe (1694-1778). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Voltaire

Voltaire
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Candide ou l'optimisme, de Voltaire

Candide ou l'optimisme, de Voltaire
Crédits : De Agostini Picture Library/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire  » est également traité dans :

L'INGÉNU (Voltaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 150 mots

Dans le chapitre «  « J'ai été changé de brute en homme » »  : […] Si le conte philosophique voltairien est un genre fondamentalement composite, L'Ingénu pousse très loin cette caractéristique. On y retrouve bien sûr la parodie du conte traditionnel, avec la fantaisie et les invraisemblances (soulignées facétieusement par l'antiphrase du sous-titre : « histoire véritable ») d'un récit mené au galop, jusqu'au coup de théâtre final. La satire est également bien pr […] Lire la suite

VOLTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 5 182 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poids de la tradition et dissidence esthétique »  : […] François Marie Arouet, dit Voltaire, est né en 1694 dans une famille de la bourgeoisie, implantée à Paris depuis le xv e  siècle – son père était le notaire, entre autres, du père de Saint-Simon –, frottée de culture puisque sa mère recevait Ninon de Lenclos, le vieux Boileau, l'abbé de Châteauneuf et un certain Rochebrune, mousquetaire et poète, dont Voltaire se prétendit le fils. L'enfant reçut […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DELON, « CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/candide-ou-l-optimisme/