OBSERVATION ASTRONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'astronome est celui qui observe les astres. Autrefois à l'œil nu, aujourd'hui en s'aidant d'instruments de plus en plus élaborés ; à tel point que, bien souvent, l'observation est devenue un processus automatisé où l'intervention humaine se réduit à la préparation de l'observation et à l'extraction de l'information pertinente à partir de résultats fournis automatiquement.

Le ciel n'est pas vide. Cela rassure ou inquiète, intrigue, suscite la curiosité. Nul télescope spatial ne nous ôtera le plaisir de contempler la nuit étoilée. Mais il y a déjà bien longtemps que, au-delà de la contemplation, les hommes cherchent à comprendre, et à expliquer, les mouvements et la nature des astres. Ils se sont faits astronomes et, plus tard, astrophysiciens, quand ils ont découverts que des lois physiques universelles s'appliquaient au ciel comme sur la Terre.

L'astronomie de l'Antiquité était surtout soucieuse des mouvements des astres : il s'agissait de les observer, de les consigner, de les prédire et de les expliquer. Cela ne pouvait s'accomplir sans émettre des hypothèses sur la nature du monde, sans en bâtir des modèles. Univers fini, Terre au centre, mouvements sphériques ou circulaires constituaient les règles auxquelles se pliaient les premiers modèles du monde. Jusqu'à la Renaissance, environ, les objets célestes n'étaient observables qu'à l'œil nu ; ils étaient donc moins abondants qu'aujourd'hui : quelques milliers d'étoiles, sept planètes (y compris la Lune et le Soleil, alors catalogués comme telles), quelques imprévisibles comètes et d'encore plus rares « étoiles nouvelles », que nous appelons aujourd'hui supernovae. Les instruments d'observation n'étaient pas de nature optique, mais de simples aides au repérage et au calcul : des quadrants permettaient de déterminer le plus précisément possible les positions des astres sur le ciel. Au xvie siècle, Tycho Brahe a construit ce qui s'est fait de mieux en matière d'instrument dépourvu d'optique.

La révolution optique

L'observation astronomique a pris un cours différent quand Galilée (avec quelques-uns de ses contemporains) a braqué une lunette – alors qualifiée d'astronomique – sur le ciel en 1609. Constituée d'un assemblage de lentilles, la lunette fait converger sur l'oculaire les rayons lumineux émis par l'astre observé. L'effet est double : l'image est agrandie, ce qui permet d'observer davantage de détails ; mais, surtout, une part plus grande de la lumière émise est envoyée sur la rétine, permettant de voir des astres trop peu lumineux pour être décelables à l'œil nu. La lunette permet ainsi l'observation d'objets nouveaux, jusqu'alors inconnus : étoiles peu lumineuses, nébuleuses, satellites de Jupiter.... Elle permet aussi de discerner des détails inédits sur les objets connus : montagnes et « mers » sur la Lune, phases de Vénus...

Lunettes de Galilée

Photographie : Lunettes de Galilée

Dès l'automne de 1609, Galilée (1564-1642) s'applique à construire des lunettes et à les utiliser à des fins astronomiques. Celle du haut, constituée d'un tube en bois recouvert de papier, est munie d'un oculaire plan-convexe et d'un objectif biconvexe de 26 millimètres d'ouverture et... 

Crédits : Leemage/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

L'astronomie prend un nouveau tournant, d'autant que c'est à cette époque que les astronomes comprennent que les astres relèvent de lois physiques universelles, les mêmes que celles qui règnent sur Terre. On peut donc s'interroger et trouver les réponses à propos de leur composition et des processus qui s'y déroulent : c'est la naissance de l'astrophysique.

La lunette (refracting telescope – « télescope à réfraction » – pour les anglophones) est perfectionnée. Le télescope (à réflexion) est inventé par Isaac Newton en 1668 ; il concentre la lumière sur l'oculaire non plus grâce à une lentille mais grâce à un miroir. Des instruments de plus en plus grands sont construits. Leur sensibilité croissante dévoile des astres de moins en moins lumineux, sans autre limite que la dimension de la lentille ou du miroir. Le pouvoir de résolution augmente également, et donne accès à des détails de plus en plus fins. Il ne dépasse pas néanmoins certaines limites (en anglais, le seeing) imposées par l'agitation de l'air atmosphérique et qui varient avec le site d'implantation du télescope (météorologie, vent, lumières parasites, pollution...).

Isaac Newton

Photographie : Isaac Newton

La contribution d'Isaac Newton (1643-1727) à l'exploration du système solaire ne se limite pas à ses travaux sur la théorie de la gravitation. Ses recherches en optique ont eu également de nombreuses suites. En 1666, il découvre que la lumière du Soleil qui traverse un prisme de verre se... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Au xixe siècle, la panoplie des astres s'est considérablement enrichie. À côté d'un très grand nombre d'étoiles, les astronomes observent aussi des nébuleuses, qui émettent une lumière plus diffuse. Dans le système solaire, ils découvrent de nouvelles planètes – Uranus et Neptune –, des satellites, des astéroïdes. Mais les astronomes du xixe siècle sont loin de connaître la nature de tous ces objets célestes, et encore moins les processus qui s'y déroulent. Par exemple, ils imaginent les autres planètes très semblables à la Terre ; ils ignorent l'origine de l'énergie qui fait briller les étoiles.

L'invention de la photographie amène un progrès considérable. Notre rétine n'enregistre les photons que pendant une durée limitée, le temps de persistance rétinienne, qui avoisine 1/25e de seconde. La photographie permet d'accumuler la lumière pendant des durées (temps de pose) beaucoup plus longues, et d'améliorer ainsi la sensibilité : les astronomes photographient des astres que l'œil ne verra jamais directement, même avec un télescope. Moins spectaculaire peut-être, l'introduction de la spectroscopie n'en permet pas moins des progrès considérables. Un prisme (ou, aujourd'hui, un réseau) décompose la lumière reçue d'un astre. Les astrophysiciens en déduisent la nature de l'astre et identifient les processus physiques qui s'y déroulent. Ils confirment ainsi que tous les astres sont composés des mêmes éléments que la Terre, et obéissent aux mêmes lois physiques. En même temps (par l'effet Doppler-Fizeau), la spectroscopie donne accès à la vitesse (du moins à sa composante en direction de l'observateur) d'un astre, étoile ou nébuleuse. C'est ce qui permettra par exemple de découvrir l'expansion de l'Univers.

À la charnière des xixe et xxe siècles, les développements techniques permettent un progrès considérable des observations. Ils sont accompagnés de progrès non moins importants des théories physiques : lois de l'électromagnétisme au xixe, théories de la relativité au début du xxe, et bientôt la physique quantique. Il en résulte un renouveau complet de la vision du monde, dès la première moitié du xxe. Grâce aux physiques atomique et nucléaire, on comprend pourquoi et comment brillent les étoiles. Edwin Powell Hubble montre en 1924 que les « néb [...]

Edwin Powell Hubble

Photographie : Edwin Powell Hubble

Edwin Powell Hubble en 1923 à l'oculaire du foyer newtonien du télescope Hooker de 2,5 mètres d'ouverture du mont Wilson. 

Crédits : The Observatories of the Carnegie Institution of Washington

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Lunettes de Galilée

Lunettes de Galilée
Crédits : Leemage/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Isaac Newton

Isaac Newton
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Edwin Powell Hubble

Edwin Powell Hubble
Crédits : The Observatories of the Carnegie Institution of Washington

photographie

Galaxie spirale barrée NGC 1300

Galaxie spirale barrée NGC 1300
Crédits : The Hubble Heritage Team/ NASA

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OBSERVATION ASTRONOMIQUE  » est également traité dans :

ABERRATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

On désigne sous le nom d'aberration un déplacement apparent des astres dû au mouvement relatif de l'observateur et de ces astres, et dont l'origine se trouve dans la valeur finie de la vitesse de la lumière. Ce mouvement provient de la rotation de la Terre sur elle-même ( aberration diurne ), de sa révolution autour du barycentre du système solaire ( aberration stellaire ou annuelle ) et du mouvem […] Lire la suite

A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 107 mots
  •  • 5 médias

Le 13 mars 2013, au cœur du désert d'Atacama, le radiotélescope A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) a été inauguré, en présence de Sebastián Piñera, président de la République du Chili, et des représentants des trois grandes organisations astronomiques – issues d'Europe, d'Amérique du Nord et du Japon – qui ont conduit conjointement le projet. L'instrument, situé à 5 100 mètr […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les observations astronomiques »  : […] La compétition engagée par les astronomes du monde entier pour aller toujours plus loin dans l'exploration du passé de l'Univers et pour obtenir des détails toujours plus fins des objets célestes passe par l'imagination de nouvelles techniques ou par le repérage de nouveaux sites terrestres qui amélioreraient les performances actuelles. L'avènement des outils spatiaux a fait franchir une étape con […] Lire la suite

ANTARES, télescope sous-marin à neutrinos

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 307 mots

Antares, premier télescope sous-marin à neutrinos, est installé au large de La Seyne-sur-Mer (Var). Depuis juin 2008, les 12 lignes de détection d'Antares scrutent par 2 500 mètres de fond le passage de neutrinos d'origine cosmique. Couvrant une surface de 10 hectares, ce détecteur est un ensemble de mille photomultiplicateurs répartis sur 12 lignes verticales hautes de 350 mètres et espacées d'e […] Lire la suite

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 663 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Découverte et observation des N.E.A. »  : […] C'est en 1898 que le premier N.E.A. est observé. Il s’agit de (433) Éros, qui appartient au groupe Amor. Avec un diamètre moyen égal à 23 kilomètres, il est aujourd'hui le deuxième plus gros N.E.A. connu, après (1036) Ganymède, dont le diamètre est de 38,5 km. Il a fallu attendre 1932 pour que le véritable premier croiseur de la Terre soit observé. Son nom, (1862) Apollo, fut attribué au groupe a […] Lire la suite

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [ asteres ], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne ; la Lune, « Astre de la Nuit », […] Lire la suite

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 507 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'astrométrie spatiale »  : […] Il est bien connu que la précision des observations faites par les instruments terrestres est limitée par le caractère fluctuant de l' atmosphère terrestre. D'où l'utilité de faire des observations à partir de satellites artificiels. Cela offre un intérêt considérable pour l'astrométrie et est à l'origine du satellite Hipparcos de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.), lancé le 8 août 1989 et d […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

De tout temps, l'homme a été attiré par la voûte céleste. Il y a des milliers d'années, l'observation des astres lui servait seulement à marquer des étapes dans le déroulement du temps. L'alternance des jours et des nuits, les phases de la Lune et les changements dans la position des planètes retinrent immédiatement son attention. Mais il eut tôt fait de remarquer également que le mouvement du So […] Lire la suite

ASTRONOMISCHE GESELLSCHAFT KATALOG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 164 mots

Compilation des positions de toutes les étoiles jusqu'à la magnitude 9, réalisée en Allemagne par l'Astronomische Gesellschaft. Friedrich W. A. Argelander, fondateur de cette société, proposa de créer ce catalogue stellaire en 1867, après avoir achevé le Bonner Durchmusterung (B.D.). Ce projet de grande ampleur exigea la participation d'observatoires du monde entier, chacun étant chargé de cart […] Lire la suite

B.I.C.E.P. (Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 708 mots
  •  • 1 média

Le télescope B.I.C.E.P. (pour Background Imaging of Cosmic Extragalactic Polarization , soit Imagerie de polarisation du fond cosmique extragalactique) est un instrument dédié à l’étude du rayonnement primordial. Il est installé sur le continent Antarctique et utilisé par des équipes de physiciens du Caltech (l’Institut de technologie de Californie à Pasadena) et de l’université de Californie. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-10 décembre 1990 États-Unis – U.R.S.S. Douze hommes, dont un journaliste japonais, en orbite

d'observation astronomique Astro-1, qui a été émaillée d'incidents.  […] Lire la suite

3-13 avril 1984 États-Unis – U.R.S.S. Nouveau record de présence humaine dans l'espace

d'observation astronomique Solar Max, lancé par la N.A.S.A. en février 1980 et tombé en panne dix mois plus tard, et à le faire entrer dans la soute de la navette. Au cours d'une intervention de plus de sept heures, le 11, Solar Max est ensuite réparé. Le 11 également, l'équipage soviéto-indien revient sur Terre. Le 12, l'équipage de Challenger remet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LACHIÈZE-REY, « OBSERVATION ASTRONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/observation-astronomique/