SAUVAGE LE BON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On retrouve, dans la plupart des mythologies anciennes, la légende de l'âge d'or : les philosophes et les poètes grecs et latins, par exemple, ont souvent évoqué l'existence, dans des temps reculés et donc révolus, d'une humanité plus heureuse et plus juste ; plus près de nous, des générations de voyageurs et d'écrivains se sont plu à décrire des sociétés tout aussi étrangères aux institutions et aux mœurs des nations civilisées et tout aussi idéales, mais éloignées, elles, dans l'espace et non plus dans le temps, situées dans des pays imaginaires ou réels, mais de toute façon contemporaines et donc (au moins virtuellement) accessibles : ainsi a été propagé le mythe du bon sauvage, que l'on a pu analyser de la façon suivante : « Le sauvage est, à la fois, meilleur et plus heureux que l'homme civilisé [...]. Il doit cet état de supériorité à ce qu'il vit selon la Nature [...]. Vivre selon la Nature, c'est vivre dans un état social qui ignore la propriété privée et suppose l'égalité des conditions » (R. Gonnard). Bien qu'on en trouve des traces dans l'Antiquité (le bon barbare, en particulier le bon Scythe), le mythe s'est développé surtout à partir de la Renaissance, avec les grandes découvertes géographiques et les relations des voyageurs et des missionnaires qui ont peint sous un jour flatteur Brésiliens, Antillais, Canadiens et Patagons. Les écrivains s'emparent de ces témoignages pour opposer l'homme naturel à l'homme civilisé : Montaigne en particulier, dénonçant la notion traditionnelle de barbarie, identifie « sauvage » et « naturel » et propose un renversement de termes qui affecterait à « l'artifice » tout ce que le mot « sauvage » peut avoir de péjoratif ; il consacre aux « cannibales » des développements enthousiastes : « C'est une nation [...] en laquelle il n'y a aucune espece de trafique ; nulle cognoissance de lettres ; nulle science de nombres ; nul nom de magistrat, ny de supériorité politique ; nul usage de service, de richesse ou de pauvreté ; [...] nulles occupations qu'oysives ; nul respect de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SAUVAGE LE BON  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Indianisme » et débuts de l'« indigénisme » »  : […] Si Enriquillo (1878), de Manuel de Jesús Galván (Saint-Domingue), qui retrace l'établissement des Espagnols dans les Caraïbes, et singulièrement la figure du père Bartolomé de Las Casas, propose un modèle de reconstitution historique, en revanche, rien de plus suspect que l'historicité des romans « indianistes », dont le Guatimozín de la Cubaine Gertrud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_16500

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 810 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Nouveau Monde »  : […] Les Caraïbes furent le théâtre du premier contact entre l'Europe et le Nouveau Monde. Dès 1493, la lettre narrant le premier voyage de Colomb connaît une large diffusion. Marqué par la conviction d'avoir découvert une nouvelle route menant vers l'Asie et par le souci de rentabiliser l'expédition en trouvant de l'or et des épices, le récit du Grand Amiral véhicule les deux mythes qui hanteront l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_16500

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'anticolonialisme de la Renaissance »  : […] À peu près dans le même temps apparaît en France une autre variante de l'anticolonialisme. Elle est suggérée par la multiplication des récits de voyages qui décrivent l'existence de populations à l'état de nature. Le « bon sauvage » devient le thème de cette littérature. Voilà des peuples qui vivaient libres et heureux : nous ne leur apportons que misère, oppression et guerre. Dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_16500

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'exotisme avant le romantisme »  : […] Il manque à la mode des chinoiseries cet ardent désir de délivrance des sens qui caractérise l'exotisme romantique : un âge intellectuel comme le xviii e  siècle admira surtout la civilisation raffinée des Chinois. On fit des Orientaux les porte-parole de la censure des mœurs européennes. On doit à un Italien, Giovanni Paolo Marana, l'invention d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_16500

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les récits de voyage : mythe et/ou réalité »  : […] Ainsi, la littérature de voyage, les récits de vie ne cessent d'être interrogés depuis le Livre des merveilles de Marco Polo et la Pérégrination de Fernão Mendes Pinto, jusqu'aux Mémoires d'Alexandre-Olivier Exquemelin. Même lorsque, manifestement, l'imagination emporte les narrateurs et noie le réel, ses fantaisies romanesques info […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_16500

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_16500

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 658 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Portugais et Français au Brésil »  : […] Le Brésil, devenu possession portugaise par le traité de Tordesillas (1494), fut connu des Européens grâce à la plume de missionnaires, d'explorateurs et de colonisateurs. Les jésuites, particulièrement actifs dans l' évangélisation de ce pays, ont été les premiers à consigner leur action missionnaire. Le P. Manuel de Nobrega dans ses Lettres du Brésil (1549-1560) donne un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-du-nouveau-monde/#i_16500

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Oh ! Tahiti »  : […] Si, pour le capitaine Wallis qui la découvre le 9 juin 1767, elle est sans plus l'île du roi George, Tahiti devient pour Bougainville ( Voyage autour du monde , 1771) la « nouvelle Cythère ». Se reconstitue dans le Pacifique, pour les voyageurs, la constellation des îles grecques à l'aurore des temps, dans la lumière que leur prêtent les romans sur l'origine idyllique de l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_16500

SAUVAGES & SAUVAGERIE

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

Comme elle trouve son expression dans les actions effectuées par les sauvages, la sauvagerie est tributaire des aléas idéologiques de cette dernière notion au cours des siècles. De même que la barbarie fut une réaction pertinente de la culture gréco-latine (comme antithèse meurtrière de la civilisation), la sauvagerie est une invention de la Renaissance européenne. Les sauvages font leur entrée da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sauvages-et-sauvagerie/#i_16500

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « SAUVAGE LE BON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bon-sauvage/