TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de VinciFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers 1490, à la cour de Ludovic le More, duc de Milan, Léonard de Vinci (1452-1519) songeait déjà à composer un traité, dont le manuscrit A de la bibliothèque de l'Institut à Paris contient le projet et le premier noyau. Jusqu'à sa mort, il ne cessa de rédiger des notes, élargissant, compliquant et raffinant son dessein à un point tel que le plan et la possibilité de le structurer et de le publier lui firent défaut. Après sa mort, son héritier, Francesco Melzi, en fit faire une compilation, fidèle mais inachevée et maladroite, qui est aujourd'hui le Codex Urbinas lat. 1270 de la bibliothèque Vaticane. Une cinquantaine de copies dérivées et incomplètes de ce manuscrit attestent la diffusion des idées et des recherches de Léonard au xvie siècle. La première édition imprimée est l'œuvre de Raphaël du Fresne (Paris, 1651) : elle est illustrée de gravures, mais le texte en est repensé en fonction de la théorie académique naissante. Face à la dispersion et à l'aspect labyrinthique des notes de Léonard, rédigées en italien et en écriture spéculaire, l'édition d'André Chastel a pris le parti de combiner les textes du Codex urbinas et les notations concernant la peinture figurant dans les manuscrits autographes, fragments sélectionnés, classés en fonction de diverses problématiques et commentés par des introductions, d'en évoquer la chronologie, les lacunes et les pertes, de les associer aux diagrammes et croquis de Léonard ainsi qu'à des détails de ses peintures et d'en donner une traduction plus aisée que littérale. Il s'agit donc d'une construction critique, appuyée sur les meilleures études, à la fois synthétique et subtile.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci  » est également traité dans :

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « corpus vincianum » »  : […] L'œuvre de Léonard comprend une trentaine de peintures (plus d'un tiers a disparu et un quart seulement est d'attribution certaine) et une masse considérable de manuscrits et de dessins (soit dans des cahiers, soit sur feuilles séparées) ; c'est là un ensemble unique. Ces textes et leurs illustrations débordent les problèmes de l'art et concernent toutes les branches du savoir ; mais les questions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_33174

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_33174

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leonard-de-vinci/