TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista AlbertiFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'après des annotations autographes relevées sur des manuscrits, le Traité de la peinture de Leon Battista Alberti (1404-1472) fut achevé, dans sa rédaction latine, en août 1435 et, dans sa version italienne, en juillet 1436. Un groupe de manuscrits en latin comporte une dédicace à Gianfrancesco Gonzaga, marquis de Mantoue, et la version italienne contient en préliminaire une adresse élogieuse à l'architecte florentin Filippo Brunelleschi, qui venait d'achever la coupole de la cathédrale de Florence. Ce texte, dont les manuscrits latins sont plus nombreux et qui a été plus souvent lu par des lettrés que par des artistes durant le Quattrocento, attendra 1540 pour être imprimé en latin à Bâle, puis en italien et en français au xvie siècle : son impact majeur en fut ainsi comme retardé et ses vues restèrent sans effet direct et précis sur son époque. L'ouvrage était fondateur, novateur dans son sujet, sa méthode d'exposition et ses buts – ce dont l'auteur révèle une claire conscience. L'homme qui entendait offrir un manuel permettant aux peintres contemporains d'appliquer les derniers acquis de la peinture et les guider dans leurs études et leur vie sociale parlait à la fois en humaniste formé dans nombre de disciplines professées dans les universités italiennes, en praticien dilettante et en ami des artistes florentins qu'il découvrait après des décennies d'exil. C'est pourquoi la structure du discours intéresse ici autant que les arguments et les préceptes.

Leon Battista Alberti

Leon Battista Alberti

Photographie

Leon Battista Alberti (1404-1472). Poète, architecte, musicien, philosophe, peintre et sculpteur italien, Alberti est un parfait humaniste. Ses ouvrages sur les arts figuratifs et l'architecture constituent les premiers traités d'esthétique modernes. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista Alberti  » est également traité dans :

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 106 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une figure de la Renaissance italienne »  : […] Le destin de ce Toscan de souche l'amena à connaître une bonne partie de l'Italie. Second fils naturel de Lorenzo di Benedetto Alberti, patricien de Florence, et de Biancha Fieschi, Leon Battista est né le 14 février 1404 à Gênes, en Ligurie, où son père s'était réfugié après un décret de proscription rendu contre sa famille. Le jeune homme étudia dans le nord de l'Italie, à Venise, à Padoue puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-battista-alberti/#i_33185

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Artiste et ingénieur »  : […] Avec Masaccio et Donatello, Brunelleschi fonde un nouveau système de représentation du monde : sa conception géométrique de l'espace ( perspective) intéresse aussi la pensée et la recherche scientifique du xv e  siècle. Le relief du Sacrifice d'Isaac , composé pour le concours de 1401, révèle déjà l'attitude polémique du jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filippo-brunelleschi/#i_33185

LE PRINTEMPS DE LA RENAISSANCE. LA SCULPTURE ET LES ARTS À FLORENCE 1400-1460 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 033 mots
  •  • 2 médias

En 1436, dans le prologue de son livre De pictura , qui présente de façon théorique les nouveaux principes de ce que nous appelons aujourd’hui la Renaissance, Alberti évoque le décalage entre les créations fécondes de « la valeureuse époque des Anciens » face aux arts et sciences des temps plus récents qu’il définit comme défaillants. En même temps, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-printemps-de-la-renaissance-la-sculpture-et-les-arts-a-florence-1400-1460/#i_33185

MASACCIO (1401-env. 1429)

  • Écrit par 
  • Giovanni PREVITALI
  •  • 3 290 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Florence, l'humanisme et les « hommes nouveaux » »  : […] Tommaso di Ser Giovanni di Mone Cassai, dit Masaccio, est né à Castel San Giovanni in Altura (aujourd'hui San Giovanni Valdarno, près de Florence). Il est mort à Rome à une date qui est certainement antérieure de peu à novembre 1429. Il est le célèbre auteur d'une partie des fresques de la chapelle du cardinal Brancacci dans l'église de Santa Maria del Carmine à Florence , qui sont considérées com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masaccio/#i_33185

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « TRAITÉ DE LA PEINTURE, Leon Battista Alberti - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-la-peinture-leon-battista-alberti/