MONDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de monde est utilisé dans des contextes très divers pour indiquer, d'une manière ou de l'autre, une totalité d'appartenance. Ainsi on parle du « monde grec » ou du « monde de la Renaissance », pour désigner des ensembles culturels spécifiques, situés dans notre passé historique et auxquels nous avons accès à travers un certain nombre d'œuvres qui sont venues jusqu'à nous. C'est en un sens fort voisin qu'on utilise des expressions telles que « le monde des mathématiques » ou « le monde de la musique ». Ici aussi il s'agit de totalités culturelles. Mais, au lieu de considérer l'ensemble des manifestations culturelles propres à une époque, on considère l'ensemble des démarches et des objets qui peuvent être rassemblés sous une même idée directrice, par exemple celle des mathématiques ou de la musique. On recourt aussi au terme monde pour désigner une catégorie d'objets qui ont un mode d'être caractéristique. C'est en ce sens que ce terme est utilisé dans des expressions telles que « le monde des oiseaux » ou « le monde des particules élémentaires ». Enfin, on donne au terme monde un sens tout à fait général, lorsqu'on l'emploie pour désigner soit l'ensemble de la nature, soit même l'ensemble de la réalité.

Ce qui est remarquable, c'est que, dans chacune de ses significations particulières, le terme de monde vise non pas une simple somme (d'objets, de propriétés, de comportements) mais un ordre de coappartenance. Il exprime donc un mode de compréhension unificateur, qui ne s'arrête pas à la particularité de ce qui est donné, ni aux caractères communs, dans ce qu'ils peuvent avoir de déterminé, ni même aux connexions singulières dans ce qu'elles ont de spécifique, mais qui ramasse pour ainsi dire tous les aspects particuliers dans le principe qui les lie tous les uns avec les autres au sein d'un même milieu englobant. Cela indique qu'il y a, dans les divers usages du terme de monde, un noyau de signification commun qui doit pouvoir être exprimé dans un concept approprié.

La phénoménologie a montré que le rapport à un monde est constitutif de l'existence humaine. En s'efforçant d'expliciter ce rapport, elle a forgé un concept de monde qui peut être considéré comme fondamental, en ce sens qu'il exprime la structure essentielle visée plus ou moins confusément dans les différents contextes où le langage ordinaire fait figurer le terme de monde. Le concept phénoménologique de monde se rapporte à l'expérience en tant que telle, considérée dans ses articulations constitutives, abstraction faite des interprétations dans lesquelles elle tente de se dire et de se comprendre elle-même (soit au niveau de l'attitude naturelle, soit au niveau du discours scientifique). Il appartient à l'élucidation de ce qui précède toute thématisation, de ce qui est toujours déjà exercé dans toute forme de comportement ou de catégorisation. Il a donc pour fonction de faire apparaître dans la pensée réfléchie un aspect essentiel de l'expérience préréfléchie, ou encore de la structure préréflexive de l'existant humain.

Mais la problématique du monde ne s'épuise nullement dans ce type d'analyse. La science de la nature utilise à sa manière un schème de totalisation dans lequel on retrouve, mais cette fois au niveau d'une conceptualisation scientifique, la problématique de totalisation qui était apparue au niveau du préréfléchi. Et, enfin, la réflexion philosophique sur la nature reprend cette même problématique dans l'horizon de la question du fondement. Il faut donc examiner le rôle de la notion de monde à ces trois niveaux.

Le monde de l'expérience préréfléchie

L'examen du comportement animal conduit tout naturellement à la notion d'environnement. Tout animal est placé dans un milieu extérieur avec lequel il est en relation ; il en dépend mais en même temps il a une certaine prise sur lui. Ce milieu n'est pas homogène, il forme un ensemble articulé, il est fait d'objets utiles, nuisibles, familiers, étranges, etc., bref il est traversé de significations. Mais ces significations sont relatives à un système fixe de tendances, de besoins et de schémas de comportement, et forment elles-mêmes un réseau rigidement déterminé.

L'existant humain, par contre, ne peut être analysé dans les termes qui suffisent à caractériser un organisme. Certes, il e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  MONDE  » est également traité dans :

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] La révolution intellectuelle que G. Bruno tenta d'opérer pour repenser les rapports de l'infini et du fini n'est qu'un effort d'unification de la pensée, sans concession à quelque autorité que ce soit. Aristote avait fondé son finitisme cosmologique sur des arguments rationnels, mais aussi sur des données d' observation. C'est cet attachement aux évidences sensibles que dénonce Bruno. Non qu'il ré […] Lire la suite

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire et destruction »  : […] Les deux derniers livres décrivent la genèse du monde et l'histoire de l'humanité. Si le monde a un commencement, il aura une fin. Et c'est vain anthropomorphisme que de croire que toutes choses ont été créées pour nous. Le monde est destiné à passer. L'inéluctabilité de sa fin est attestée non seulement par les observations que nous pouvons faire dans la nature mais aussi par les mythes qui annon […] Lire la suite

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Le nom de dualisme est donné à des doctrines suivant lesquelles on ne peut expliquer les choses en général, ou certaines catégories de faits, qu'en supposant l'existence de deux principes premiers et irréductibles. On distingue souvent le dualisme cosmologique , qui consiste à penser que le monde est dominé par le concours, ou l'alternance, ou l'opposition perpétuelle de deux causes primordiales ; […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « L’émotion, une « conduite magique » ? »  : […] Aussi différentes que soient les explications de James, de Janet ou de Darwin, elles ont en commun de considérer nos émotions comme des manifestations déclenchées par notre corps et échappant entièrement à notre volonté. Sartre va refuser catégoriquement ces thèses qui nous retireraient toute la responsabilité par rapport à nos émotions. Dans un petit ouvrage de 1938, Esquisse d’une théorie des […] Lire la suite

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu du monde »  : […] La discorde habite le monde, et la sagesse ne saurait se réduire à la simple conciliation des opposés. Le sage est celui qui a su entendre que la nature est mesure, non mesurable à partir de nos oppositions. « Guerre ( Polemos ) est de tous le père, de tous le roi ; et les uns, il les désigne comme dieux, les autres comme hommes ; les uns, il les fait esclaves, les autres, libres » (fragment 53, t […] Lire la suite

HISTOIRE GLOBALE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves SAUNIER
  •  • 5 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choix du cadre géographique  »  : […] Où s’écrivent les histoires relationnelles ? Quelles unités spatiales font-elles intervenir pour l’observation et l’analyse ? Trois débats emboîtés permettent de prendre la mesure des discussions à ce sujet. Le premier porte sur l’acception du mot « monde ». La planète peut être choisie comme unité d’écriture de l’histoire, avec l’ambition de suivre un phénomène, une marchandise, un groupe humain […] Lire la suite

HISTOIRE MONDIALE DE LA FRANCE (dir. P. Boucheron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Dominique KALIFA
  •  • 1 128 mots

La publication en janvier 2017 de l’ Histoire mondiale de la France constitue un surprenant événement, à la fois éditorial, scientifique et politique. Avec cent mille exemplaires vendus en quelques mois, c’est d’abord un extraordinaire succès public, rare pour un livre d’universitaires, récompensé dès le printemps par le prix Aujourd’hui. L’entreprise, il est vrai, fut rondement menée. Son maître […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'idée de monde »  : […] La même ligne d'idées conduit directement à un remaniement, voire au plan philosophique à une découverte, des notions de monde et de chair . Dans la faible mesure où elle se différencie de celle de cosmos, la notion de monde n'a guère de portée philosophique, sauf chez Kant ou, de manière toute différente, dans le domaine de la pensée religieuse – comme cela s'affirme nettement dans la parole du […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les illusions de la métaphysique dogmatique »  : […] Aussi est-ce seulement au prix de paralogismes, en l'espèce, au prix de syllogismes, qui changent subrepticement le sens du sujet dans les prémisses et se disqualifient ainsi par l'introduction abusive d'un quatrième terme, qu'une psychologie rationnelle s'est flattée de pouvoir connaître l'âme dans sa substantialité, sa simplicité, sa personnalité, et comme seule réalité indubitable. La cosmologi […] Lire la suite

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 206 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Très tôt dans l'histoire de la pensée grecque, on voit se constituer une école de philosophes atomistes, l'école d'Abdère. On ignore tout du fondateur de cette école, Leucippe, mais on connaît par quelques textes la pensée de son disciple Démocrite, un contemporain de Socrate. L'atomisme fut repris et développé par Épicure (341-271) , puis, au premier siècle avant J.-C., il s'introduisit à Rome, o […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 février 2022 Environnement. Publication du deuxième volet du sixième rapport du GIEC.

L’analyse, effectuée par deux cent soixante-dix scientifiques du monde entier de quelque trente-quatre mille études internationales, révèle l’existence d’impacts généralisés et pour certains déjà irréversibles, qui s’aggraveront encore avec l’intensification du réchauffement. Elle rend compte d’une adaptation aux changements climatiques souvent insuffisante et parfois limitée, voire impossible dans les situations les plus extrêmes. […] Lire la suite

20 février 2022 Suisse. Publication de l'enquête « Suisse Secrets » sur la banque Crédit Suisse.

Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung partage avec quarante-sept médias dont le Guardian, le New York Times et Le Monde, la publication d’une enquête baptisée « Suisse Secrets », mettant au jour les fonds liés au crime ou à la corruption qui ont été hébergés par la banque Crédit Suisse durant des décennies et jusqu’à récemment. Parmi les bénéficiaires des 100 milliards de francs suisses (97 milliards d’euros) déposés sur les quelque dix-huit mille comptes concernés figurent notamment des personnalités politiques, des hauts fonctionnaires, des chefs de service de renseignement et des membres de réseaux criminels originaires d’une multitude de pays. […] Lire la suite

13 février 2022 Allemagne. Réélection du président Frank-Walter Steinmeier.

S’adressant ouvertement au président russe Vladimir Poutine, il affirme qu’« aucun État dans le monde n’a le droit [de] porter atteinte » à la souveraineté de l’Ukraine, ajoutant que « si quelqu’un s’y risque, nous y répondrons avec détermination ! ».  […] Lire la suite

24-30 janvier 2022 France. Mise en cause du groupe Orpea.

Le 24, le quotidien Le Monde publie les bonnes feuilles du livre-enquête du journaliste indépendant Victor Castanet sur les maisons de retraite, intitulé Les Fossoyeurs, qui est publié deux jours plus tard. Celui-ci met notamment en cause le groupe privé français Orpea, qui est accusé de privilégier la recherche du profit sur le bien-être des résidents, et dénonce l’« impuissance » des autorités de tutelle. […] Lire la suite

1er janvier 2022 Chine – Japon – Corée du Sud. Entrée en vigueur du Partenariat régional économique global.

Cet accord qui crée la plus vaste zone de libre-échange au monde réunit quinze États de l’Asie-Pacifique, représentant le tiers du PIB et de la population de la planète. Il s’agit notamment du premier accord de libre-échange liant la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Négocié depuis 2011, il prévoit l’abaissement progressif des droits de douane sur une période de vingt ans, principalement sur les produits de l’industrie manufacturière. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LADRIÈRE, « MONDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monde/