Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HISTOIRE NATURELLE

La constitution d'une histoire naturelle à la fin du xviie siècle et au début du xviiie est fondée sur le souci de substituer à l'explication de la nature sa description intégrale, considérée alors comme seul moyen de préserver la richesse des formes naturelles dans leur singularité. Décrire, selon Tournefort (1656-1708), c'est dire avec toute la précision et la concision nécessaires ce que l'on voit d'un être, en faisant abstraction de tout ce qui « ne tombe pas sous le sens sans le secours d'une loupe ». Buffon (1707-1788), de même, conçoit la « vraie méthode » de l'histoire naturelle « comme la description complète et l'histoire exacte de chaque chose en particulier » et pour lui « il n'y a rien de bien défini que ce qui est exactement décrit » (De la manière d'étudier et de traiter l'histoire naturelle, 1749).

Contrairement aux modalités suivant lesquelles la connaissance du monde vivant s'est organisée depuis l'Antiquité jusqu'à la Renaissance, l'appréhension de l'univers se fait désormais par l'aspect visible des choses exclusivement. Jusqu'à la fin du xvie siècle, connaître la nature, c'était d'abord déchiffrer le réseau des ressemblances par lesquelles les choses dispersées dans l'espace étaient en correspondance les unes avec les autres, découvrir au-delà des analogies visibles les secrets de la nature, décrypter sur chaque chose la marque qui renvoie aux similitudes enfouies. L'âge classique, en privilégiant la vue, sens de l'évidence et de l'étendue, à l'exclusion des autres sens, écarte tout ce qui est lien occulte entre les choses au profit de leur seule structure visible ; c'est cette structure, capable de se maintenir dans son identité à travers les générations successives, qui est l'objet par excellence de l'histoire naturelle. Celle-ci se présente comme un savoir des êtres vivants, comme une entreprise de dénomination et de classification du visible en même temps. Pour Linné (1707-1778), le naturaliste est celui qui « distingue par la vue les parties des corps naturels, il les décrit convenablement selon le nombre, la figure, la position et la proportion, et il les nomme » (Systema Naturae, 1766). De la même manière, selon Buffon, « la méthode d'inspection se portera sur la forme, la grandeur, sur les différentes parties, sur leur nombre, sur leur position, sur la substance même de la chose » (op. cit.). Dans la mesure où elle n'a pas pour objet des fonctionnements ou des tissus invisibles, mais des surfaces et des lignes, dans la mesure où elle ignore les rapports internes d'organisation et de subordination, l'histoire naturelle à l'âge classique est incapable de se constituer comme biologie. Pour elle, en effet, la vie n'est encore rien d'autre qu'une catégorie de classement, un caractère dans la distribution des êtres. Il faudra attendre la fin du xviiie siècle pour que la structure laisse place à l'organisme et le caractère visible à la subordination interne, créant ainsi les conditions d'émergence de la biologie.

Dans sa double tâche de dénomination et de classification, l'histoire naturelle se heurte à trois difficultés majeures. La première tient à la diversité du monde vivant ; à la fin du xviie siècle, plusieurs dizaines de milliers de variétés sont connues. Buffon, dès le début du premier discours (De la manière d'étudier et de traiter l'histoire naturelle) de l'Histoire naturelle, souligne l'infinie diversité des productions naturelles et la multiplicité des voies que la Nature emprunte pour exécuter ses desseins. Il voit dans cette richesse de la Nature la marque de la puissance de son Auteur, mais aussi ce qui rend les formes naturelles irréductibles au cadre rigide de la taxinomie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : D.E.A. de philosophie, professeur certifié de philosophie à l'École normale de l'Oise, Beauvais

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE NATURELLE (Buffon)

    • Écrit par Pascal DURIS
    • 252 mots
    • 1 média

    Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), intendant du Jardin du roi à Paris, est l'auteur d'une monumentale Histoire naturelle en 36 volumes dont les trois premiers paraissent en 1749. Cette collection se compose de quatre parties : l'Histoire naturelle, générale et...

  • ADANSON MICHEL (1727-1806)

    • Écrit par Lucien PLANTEFOL
    • 605 mots

    Né à Aix-en-Provence et amené à deux ans à Paris par son père, il est élève au collège du Plessis-Sorbonne, où il prend conscience de sa passion pour les sciences naturelles. Au Jardin du roi, il travaille sous la direction de Réaumur et de Bernard de Jussieu, décrit toutes les plantes...

  • AGASSIZ LOUIS (1807-1873)

    • Écrit par Stéphane SCHMITT
    • 1 396 mots
    • 1 média

    Naturaliste américain d’origine suisse, Louis Agassiz a effectué d’importants travaux en anatomie comparée et en paléontologie. Il est connu pour avoir été l’un des adversaires les plus acharnés de la théorie de l’évolution et l’un des fondateurs de la glaciologie.

  • ALDROVANDI ULISSE (1522-1605)

    • Écrit par Jean CALMARD
    • 311 mots
    • 1 média

    Après avoir été page puis pèlerin, Aldrovandi étudia à Padoue et à Bologne, en 1545, d'abord le droit, puis la médecine. En 1549, il fut arrêté, accusé d'hérésie et envoyé à Rome où il put se disculper, probablement en partie grâce à sa naissance noble. De retour à Bologne, il obtint son diplôme...

  • AU TEMPS DES MAMMOUTHS (exposition)

    • Écrit par Christine DELANGLE
    • 991 mots
    • 1 média

    Des sources de l'art préhistorique au cœur de la science actuelle, l'exposition Au temps des mammouths (musée d'Art moderne de la Ville de Paris, 17 mars 2004-10 janvier 2005) a transporté ses visiteurs vers les steppes à la fois herbeuses, arides et glacées d'il y a 20 000 ans....

  • Afficher les 56 références

Voir aussi