ISTANBUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Byzance, Constantinopolis, Konstantiniyye, Istanbul, les dénominations de la « Seconde Rome », principale agglomération de la Turquie actuelle (avec 12,9 millions d'habitants à la fin de 2009), ont changé au fil des siècles et varient encore selon les auteurs et les points de vue. Par-delà ces fluctuations onomastiques, une réalité demeure, celle d'un organisme urbain complexe remontant au moins au viie siècle avant J.-C. et bénéficiant d'un site et d'une situation remarquables, diversement investis et réaménagés à travers les siècles. Le site combine l'acropole de la péninsule historique – une des sept collines de la ville antique –, qui domine, à plus de 40 mètres, l'extraordinaire abri naturel qu'offre la Corne d'or, ria de 6 kilomètres de profondeur, et l'entrée du Bosphore (ou son débouché sur la mer de Marmara). Vaste déchirure structurale de près de 30 kilomètres de longueur, formée entre les ères secondaire et tertiaire, le Bosphore, qui relie la mer Noire à la mer de Marmara (petite mer intérieure de 11 000 kilomètres carrés, fermée à l'ouest par le détroit des Dardanelles), est une des composantes clés de la situation d'Istanbul, à un carrefour de voies terrestres et maritimes, entre Balkans et Moyen-Orient, monde pontique et monde méditerranéen. Ce site explique le caractère éclaté et pluriel de la structure urbaine où deux couples d'opposition sont repérables : de part et d'autre du Bosphore, ville européenne-ville asiatique (avec les quartiers d'Üsküdar et de Kadıköy) et, sur la rive européenne, de part et d'autre de la Corne d'or, Stamboul-Beyoğlu (en termes ottomans).

Turquie : carte administrative

Carte : Turquie : carte administrative

Carte administrative de la Turquie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Localisée entre 410 et 400 de latitude nord, la région d'Istanbul forme un vaste isthme au relief accidenté – entre mer Noire et mer de Marmara, à la croisée des influences pontiques, balkaniques, anatoliennes et égéennes. La couverture végétale, d'une grande richesse potentielle en espèces, a été malmenée et bouleversée au fil des siècles, reculant sous les coups de l'urbanisation à tel point que, désormais, les ressources en eau du nord-ouest (la partie européenne de la Turquie), exploitées depuis l'Antiquité, sont sérieusement menacées.

La « ville de Constantin »

Peu de souverains ont fait l'objet de discussions aussi passionnées que Constantin. La création de Constantinople n'a pas échappé à ces controverses : l'empereur a-t-il voulu remplacer Rome, ou la dédoubler, ou simplement laisser après lui une grande cité qui portât son nom ? La question n'est pas tranchée. Ce qui est certain, c'est que depuis le iiie siècle les empereurs résidaient de moins en moins à Rome, qui était trop loin des frontières, isolée dans une Italie en pleine décadence, à l'écart de l'axe commercial Rhin-Danube, qui avait supplanté l'axe méditerranéen. Sans doute, si Constantin, qui avait déjà plusieurs fois changé de résidence pour des raisons stratégiques, a finalement choisi en 324 la vieille cité grecque de Byzance fondée par des colons de Mégare en 658-657 avant J.-C., c'est que l'intérêt de sa position lui avait été démontré par la campagne de 322-323 contre Licinius : à condition d'être suffisamment fortifiée, elle pouvait constituer une excellente base pour les opérations militaires sur le bas Danube, qui était alors la frontière la plus vulnérable. D'autre part, si Constantin cherchait une ville apte à un grand développement économique, située au croisement de plusieurs grandes routes commerciales, plus facile à ravitailler que Rome en blé d'Égypte, en produits manufacturés d'Asie – voire en fonctionnaires (grâce à la proximité des centres intellectuels de l'Orient) –, il ne pouvait trouver mieux que Byzance, admirablement établie sur un promontoire facile à défendre et pourvue du port naturel très sûr qu'était l'estuaire ennoyé de la Corne d'Or. Si l'empereur avait simplement voulu créer en Orient une base stratégique inexpugnable, il n'aurait pas conçu pour elle un plan aussi colossal, il n'aurait pas cherché à y attirer en masse de nouveaux habitants – en particulier des membres du Sénat romain – en étendant à son sol les privilèges de l'ancienne Rome, tels que le ius italicum et l'annone, cette dernière attribuée à tout possesseur d'un immeuble nouvellement bâti.

Commencée pro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Turquie : carte administrative

Turquie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Constantinople au Moyen Age

Constantinople au Moyen Age
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Harem du palais de Topkapi, Istanbul

Harem du palais de Topkapi, Istanbul
Crédits : Joseph Kranak/ flickr ; CC-BY

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ISTANBUL  » est également traité dans :

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 368 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du bazar »  : […] Sur le plan architectural le bazar juxtapose aujourd'hui, dans une mosaïque dense, des ruelles bordées d'échoppes pour le commerce de détail et l'artisanat, des khāns pour le commerce de gros, le commerce extérieur et la petite industrie, des halles pour le commerce de gros, le dépôt et la vente des marchandises de valeur, et enfin des places à ciel ouvert dévolues à des fonctions variées. Partou […] Lire la suite

CETTE CHOSE ÉTRANGE EN MOI (O. Pamuk)

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR
  •  • 961 mots

Le roman d’Orhan Pamuk nous invite à découvrir la mutation sociale d’une ville et d’un pays à travers la vie de petites gens venus d’Anatolie chercher une meilleure vie à Istanbul. On savait que l’écrivain, au fait de tous « les secrets des rues d’Istanbul », maniait magistralement toutes les subtilités de langage citadin et le mode de vie des classes moyennes. Avec Cette chose étrange en moi (pu […] Lire la suite

ERDOGAN RECEP TAYYIP (1954- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 057 mots
  •  • 3 médias

Homme politique turc, Premier ministre de 2003 à 2014, président de la République depuis 2014. Né le 26 février 1954 à Rize, dans le nord-est de la Turquie, au bord de la mer Noire, Recep Tayyip Erdogan se forge dès le lycée la réputation d'un fougueux défenseur de l'islam politique. Il joue dans un club professionnel de football et suit les cours de l'université de Marmara. C'est à cette époque q […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

GÜLER ARA (1928-2018)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 660 mots

Avec l’exposition Ara Güler , Lost Istanbul, a nnées   50-60 et le livre  Istanbul , préfacé par le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk, la Maison européenne de la photographie et les éditions du Pacifique célébraient en 2009 l’œuvre d’un artiste aussi impliqué dans sa ville qu’ont pu l’être le cinéaste Federico Fellini avec Rome ou l’écrivain Albert Cossery avec Le Caire. Ara Güler naît le […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

MEHMED ou MEHMET II (1432-1481) sultan ottoman (1444-1446 et 1451-1481)

  • Écrit par 
  • Halil INALCIK
  • , Universalis
  •  • 890 mots

Sultan ottoman (1444-1446 et 1451-1481) né le 30 mars 1432 à Edirne, en Thrace (Empire ottoman), mort assassiné le 3 mai 1481 à Tekfu Çayiri, près de Gebze. Fils de Murad II (1404-1451), Mehmed II est envoyé à Manisa avec ses deux tuteurs à l'âge de douze ans. La même année (1444), son père abdique en sa faveur. Pendant ce premier règne, Mehmed doit affronter de graves crises. Profitant de la je […] Lire la suite

PAMUK ORHAN (1952- )

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR
  •  • 2 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un romancier et sa ville »  : […] De fait, en 2003, Orhan Pamuk a publié un ouvrage autobiographique ayant pour cadre sa ville natale : İ stanbul, Hat ı ralar ve Ş ehir ( Istanbul, souvenirs d'une ville , trad. franç. 2007). La formation de l'écrivain y est rapportée d'une manière souvent intimiste. On y découvre ainsi l'homme, dans les différents âges de sa vie, mais aussi le chroniqueur méticuleux de la disparition progress […] Lire la suite

SINAN MIMAR (1489-1588)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 721 mots

Sinan, dont on fait parfois précéder le nom de Mimar (« architecte ») est le plus illustre des architectes ottomans. Presque toute l'architecture civile et religieuse qui verra ensuite le jour en Turquie repose sur ses idées, traduites à la perfection dans des mosquées et autres édifices. Né le 15 avril 1489 à Agirnaz, en Turquie, dans une famille grecque orthodoxe, Sinan suit la voie de son père […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les faiblesses à surmonter »  : […] Si l'inflation n'est plus un mal endémique de l'économie turque (elle a été largement jugulée à partir du début des années 2000), celle-ci souffre de faiblesses structurelles, au rang desquelles figurent le poids de l'économie souterraine (plus de 40 p. 100 de la main-d'œuvre employée dans certaines branches d'activité), la propension à la spéculation, le faible taux d’épargne, le poids des rente […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 mars - 29 avril 2022 Turquie – Arabie Saoudite. Demande d'arrêt de la procédure judiciaire turque dans l'affaire Khashoggi.

Le 13 mars, la justice saoudienne demande aux autorités judiciaires turques l’abandon des poursuites et des mandats d’arrêt qui visent vingt-six accusés saoudiens jugés par contumace dans l’affaire de l’assassinat de l’opposant saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en octobre 2018. Le royaume a refusé de les extrader. En décembre 2019, cinq autres membres du commando accusés d’avoir assassiné Jamal Khashoggi ont été condamnés en Arabie Saoudite à la peine capitale, commuée en septembre 2020 en peine de vingt ans de prison. […] Lire la suite

25 avril 2022 Turquie. Condamnation à la prison à vie de l'opposant Osman Kavala.

Un tribunal d’Istanbul condamne l’homme d’affaires et philanthrope Osman Kavala à la prison à perpétuité pour avoir tenté de renverser le gouvernement à la faveur des manifestations antigouvernementales qui s’étaient tenues dans le parc Gezi, à Istanbul, au printemps de 2013. Sept autres prévenus sont condamnés à dix-huit ans de prison chacun pour complicité du même chef d’accusation. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 29, les représentants ukrainiens aux négociations avec la Russie qui se tiennent à Istanbul se disent prêts à accepter un statut de neutralité pour leur pays en échange de garanties de sécurité et de perspectives d’entrée dans l’UE. Moscou confirme pour sa part la réduction de ses activités militaires dans le nord de l’Ukraine et en direction de Kiev, Le 29 également, la Belgique annonce l’expulsion de vingt et un diplomates russes soupçonnés d’espionnage, l’Irlande de quatre et les Pays-Bas de dix-sept. […] Lire la suite

3-4 décembre 2021 France – Émirats arabes unis – Qatar – Arabie Saoudite. Visite du président français Emmanuel Macron dans le Golfe.

Ce dernier est isolé sur la scène internationale depuis l’assassinat du journaliste saoudien dissident Jamal Khashoggi, à Istanbul, en octobre 2018, qu’une enquête de la CIA l’accuse d’avoir commandité. Emmanuel Macron et Mohammed ben Salman évoquent notamment la reprise de l’aide financière de l’Arabie Saoudite au Liban. […] Lire la suite

26 mars 2021 Turquie. Condamnation de responsables de l'assassinat du journaliste Hrant Dink.

Un tribunal d’Istanbul condamne à la prison à perpétuité deux anciens chefs de la police et deux anciens responsables de la gendarmerie pour n’avoir pas tenté d’empêcher l’assassinat du journaliste Hrant Dink, en janvier 2007, alors qu’ils étaient informés du projet. Membre de la communauté arménienne, Hrant Dink militait pour la reconnaissance du génocide arménien de 1915. […] Lire la suite

Pour citer l’article

José GROSDIDIER DE MATONS, Jean-François PÉROUSE, « ISTANBUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/istanbul/