CENDRILLON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la cendre au trône : tel est le parcours de l'héroïne méprisée puis triomphante d'un des contes les plus appréciés du répertoire oral, essentiellement connu à notre époque par trois célèbres versions imprimées : La Gatta Cenerentola, dans le Pentamerone (1634) de Giambattista Basile, Cendrillon du recueil Histoires ou Contes du temps passé (1697) attribué à Charles Perrault, et Aschenputtel dans Kinder- und Hausmärchen (1812) des frères Grimm.

La référence aux cendres a fait de Cendrillon la « tête de pont » des interprétations mythologiques ou ritualistes : elle incarnerait l'année nouvelle ; d'abord « fiancée des cendres », humiliée par sa marâtre (l'année écoulée), elle trouverait « chaussure à son pied » — c'est-à-dire un charmant Valentin — grâce à une aide magique (animal protecteur ou marraine), à des cadeaux saisonniers et à une épreuve décisive.

Il s'agit moins d'un conte que d'un cycle de contes qui sont à tel point enchevêtrés qu'il est difficile de les analyser séparément. Aussi bien les meilleures recherches récentes, celle de Marion Roalfe Cox (Cinderella, Londres, 1893) et Anne Birgitta Rooth (The Cinderella Cycle, Londres, 1951) étudient ces divers contes comme un type unique, affecté du numéro 510 dans la classification internationale Aarne-Thompson, mais qui admettrait deux sous-types, le 510 A, Cendrillon, le 510 B, Peau d'Âne, et un type annexe, le 511, Un œil, Double Œil, Triple Œil, sans oublier l'interférence fréquente avec le CT 923, Aimé comme le sel.

La version des Contes de ma mère l'Oye alterne le registre de l'émotion indignée — pour décrire l'injustice de la marâtre et les souffrances de la fillette exploitée — et le registre du burlesque qui s'acharne contre la féerie : transformation comique d'une citrouille en carrosse, de lézards en laquais, et surtout, pantoufle de verre. Balzac et Littré ont trouvé ce verre peu vrai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification

Autres références

«  CENDRILLON  » est également traité dans :

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les genres »  : […] En guise de définition – et en raison du fait qu'il est si difficile de définir le folklore –, les savants de l'ère postérieure se sont souvent contentés d'énumérer les différents genres de celui-ci. De toute manière, la question du classement se pose de façon urgente à qui entreprend un manuel de folklore ; mais on n'y a répondu jusqu'à présent qu'empiriquement et au prix de pis-aller. La solutio […] Lire la suite

PEAU D'ÂNE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 388 mots

Pour échapper au désir incestueux de son père, Peau d'Âne exige de lui des robes de plus en plus somptueuses, puis s'enfuit, déguisée en souillon. Peau d'Âne est l'un des contes les plus anciens et les plus aimés du répertoire populaire. Cité dès 1547 par Noël du Fail sous le titre de Cuir d'Anette , il est attesté par Molière en 1673 ( Le Malade imaginaire ) et par La Fontaine en 1678 ( Le Pouvo […] Lire la suite

PERRAULT CHARLES (1628-1703)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 1 764 mots

Dans le chapitre « Les « Contes » : leur succès et leurs problèmes »  : […] Charles Perrault est-il le créateur de la littérature pour la jeunesse, comme on le dit souvent ? Il faut noter d'abord qu'au xvii e  siècle les enfants ne constituent pas un public distinct ; la littérature enfantine n'est pas un genre attesté, sauf peut-être dans le secteur de l'art oral, où les contes d'avertissement, certaines histoires d'animaux et certaines formulettes renvoient à ce type d' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « CENDRILLON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cendrillon/