ALTÉRITÉ, philosophie

Médias de l’article

Martin Heidegger

Martin Heidegger
Crédits : G. Schütz/ AKG

photographie

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Soi et Autrui, identité et différence. D'une part, être conscient de soi, se saisir comme un Je, un sujet, privilège exclusivement humain. D'autre part, autrui, le différent, ce qui m'est étranger, un moi qui n'est pas moi et qui se prétend toutefois mon semblable, mon alter ego, un autre soi en même temps qu'un autre que soi : « Comment peut-on être persan ? » demandait Montesquieu. Quelle que soit la façon dont on le pense, comme un ennemi ou comme l'incarnation d'une humanité partagée, autrui apparaît inséparable de ma propre subjectivité.

« Je est un autre. » Il appartenait à la modernité de méditer cette parole de Rimbaud pour y entendre l'aliénation, la trahison de soi, l'inversion d'une raison technicienne, scientifique et politique déchaînant sa toute-puissance en guerres, révolutions et exterminations, ruinant ainsi à tout jamais la prétention de l'« animal rationale » issu de l'ancien humanisme métaphysique à conserver sa place privilégiée au sein d'un cosmos qu'il maîtriserait. Ce fut ensuite au tour des sciences humaines, de Freud à Lacan, Althusser, Foucault, en s'appuyant souvent sur les travaux de Heidegger puis Derrida, de contester la stabilité et la vérité de la coïncidence de soi qu'aurait mise au jour le cogito cartésien, de déconstruire le « for intérieur ». Il appartenait également à la modernité, en dépassant la métaphysique du Même et de l'Autre, d'élaborer une critique de l'humanisme en substituant à l'idée d'une subjectivité monadique celle d'une défense de l'homme, de l'autre que moi, fût-il, pour Heidegger, l'Être dont l'homme serait le berger, l'alter ego chez Husserl, le pour autrui sartrien, l'un-pour-l'autre lévinassien, le Soi en tant qu'Autre de Paul Ricœur.

L'affirmation du sujet : le « cogito » cartésien

Commençons donc par ce qu'Edmund Husserl nommait « la proto-fondation cartésienne de l'ensemble de la philosophie des temps modernes ». Le cogito cartésien se veut un fondement ultime, résidu d'un doute radical naissant de la remise en cause du savoir : le sujet qui doute fait table rase de toutes les opinions jusqu'ici reçues en sa créance, il exclut de lui tout ce qui n'est pas évident, il se persuade que rien n'a jamais été, afin de parvenir à une certitude première indubitable. Le terme du doute sera atteint lorsqu'on aura découvert « une chose qui soit certaine et véritable ». Or, nonobstant l'hypothèse d'un malin génie trompeur, il n'en reste pas moins vrai que je pense, donc que je suis. Le cogito exprime la conscience de soi-même du sujet pensant. Au sein même du doute, je découvre mon existence et mon essence. À la question : qui suis-je ? la réponse est donc : une chose qui pense, qui doute, un esprit, un entendement, une raison. La seule positivité qui persiste est celle de l'ego cogito et de ses cogitationes.

Or les Meditationes de prima philosophia ou Méditations métaphysiques (1641), dont l'objectif est de déterminer avec certitude l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme, ne convoquent les autres ego que pour les faire disparaître sous le coup du doute radical, les « vrais hommes » de la seconde Méditation ne se voyant pas attribuer plus de « visage » que le morceau de cire dont la vérité intrinsèque se trouve dans la seule substance matérielle. Pour pouvoir sortir du solipsisme (solus ipse), il faut postuler l'hypothèse du Dieu vérace. Mais, pour que la reconnaissance de l'altérité de Dieu, de l'idée d'Infini, c'est-à-dire du « tout Autre », pût offrir un accès à l'altérité d'autres ego, encore aurait-il fallu que Descartes permît de penser la situation des autres ego finis sur le modèle de l'instance divine. Se définissant par lui seul, l'ego manque l'alter ego, en dépit de la doctrine cartésienne de l'amour et des passions de l'âme : l'alter ego, dans la mesure où il n'est perçu que comme cogitatum – objectivé – ne peut jamais être atteint dans son statut originel.

L'intentionnalité husserlienne : une « reconstruction » de l'autre

Dans ses Méditations cartésiennes (1929), Husserl va remettre en cause l'interprétation du cogito comme res cogitans, cette substantialisation de l'ego transcendantal étant à ses yeux le pire des fourvoiements. Pour constituer la philosophie comme science rigoureuse, pour trouver un fondement plus profond que celui de l'idéal géométrique cartésien, Husserl met en œuvre une « méthode universelle et radicale », l'épochè, ou réduction transcendantale qui, même si elle s'inspire bien du doute hyperbolique, va permettre l'accès à un fondement plus radical que l'ego cogito, c'est-à-dire assurer l'absoluité de l'ego transcendantal.

Contrairement au doute cartésien, la réduction ne nie pas le monde rejeté hors de la conscience, elle ne l'anéantit nullement mais lui fait subir une modification de valeur. Le monde est intégré dans l'ego à titre de corrélat intentionnel : « les objets n'existent pour nous et ne sont ce qu'ils sont que comme objets d'une conscience réelle ou possible » (Méditation cartésienne, IV, paragr. 30). La conscience est toujours conscience de quelque chose, mouvement d'échange permanent avec le monde, porteuse de son cogitatum en elle-même. L'intentionnalité est donc la manière dont Husserl rompt avec l'opposition cartésienne du sujet et de l'objet, où celui-ci n'était qu'une simple représentation mentale. L'acte intentionnel, en constituant la chose visée en objet, l'objective, c'est-à-dire me permet de la connaître en l'atteignant elle-même, et non pas simplement sa représentation dans mon esprit : pour Husserl, contrairement à Kant, l'intuition n'est pas purement passive mais permet d'atteindre tout objet grâce à un sujet donateur de sens. Il n'en reste pas moins que, tout comme chez Descartes, c'est l'ego qui constitue le fondement transcendantal, la conscience, isolée dans sa pureté, apparaissant comme le résidu de l'épochè.

Le problème d'autrui fait son apparition dans la cinquième Méditation cartésienne : comment passer de l'ego absolu, réduit à sa réalité monadique, à la pluralité ? Comment une egologie peut-elle parvenir à légitimer l'altérité d'autrui, à rendre compte de l'autre que moi, de cet étranger qui est aussi mon semblable ? Toute la difficulté de la saisie constitutive d'autrui vient en effet de ce qu'il n'est pas seulement une « chose » du monde ni même une « objectivité vivante », mais un « sujet » qui me perçoit à son tour comme sujet et objet : je le constitue autant qu'il me constitue. N'est-on pas en présence d'une gageure intenable : constituer le sens de l'alter ego à partir du moi seul ? En soutenant que « le sens alter ego se forme en moi » (Méditation cartésienne, V, paragr. 42), Husserl ne nous reconduit-il pas à une pensée voisine du solipsisme cartésien, où l'ego cogito possède dans son esprit l'idée de Dieu comme être infini, même s'il ne le connaît pas ? La démarche de Husserl consiste, dans un premier temps, à faire apparaître la figure de l'autre dans son étrangeté pour, dans un second temps, l'identifier en réintroduisant le même : l'autre que moi doit en définitive apparaître comme un autre moi, un alter ego.

La condition d'apparition d'autrui comme alter ego présuppose une modalité de transfert du sens « moi », contemporain de la prise de conscience de mon existence, aux autres qui deviendront ainsi des moi, même si dérivés. Dans un premier temps, Husserl décide de faire abstraction de tout ce qui est « étranger » (das Fremde) pour délimiter ce qui m'est le plus « propre » (das mir Eigene), autrement dit la sphère du propre (Eigenheitsphäre). Cette nature propre, c'est la « chair » (Leib), l'élément qui rend possible pour moi l'expérience de mon corps. Or, précisément, le corps de chair de l'autre ne m'est jamais donné comme tel immédiatement : il ne peut être qu'« apprésenté » de manière analogique, « interprété » par rapport au mien, sans que je puisse aucunement vivre sa vie. Pour que le sens ego puisse être transféré de mon corps de chair à cet autre corps de chair étranger, il faut une opération de l'imagination au terme de laquelle le « là-bas » du corps étranger devient potentiellement mon « ici ». Pourtant, l'imagination ne suffit pas à constituer le transfert de sens de mon ego vers autrui : l'imagination étant par nature non thétique, non positionnelle, elle reste captive de la sphère du même. Le corps d'autrui, en effet, m'apparaît comme « chose » et non comme chair parce qu'il ne m'est précisément pas donné « en chair et en os ». De plus, l'« appariement », le « couplage » (Paarung), procédant à sens unique, la seule saisie analogique ne rendrait pas compte de la réciprocité entre les moi, Autrui n'apparaîtrait ainsi que comme un « reflet » de moi-même. « Et pourtant, à proprement parler, ce n'est pas un reflet », précise Husserl, c'est-à-dire que ce n'est pas une copie stérile, un double (Duplikat), puisque le moi est unique et que l'autre possède lui aussi sa sphère propre. Husserl poursuit : « il est mon analogon et pourtant ce n'est pas un analogon au sens habituel du terme », exprimant ainsi la difficulté à penser l'irréductibilité de la vie psychique d'autrui à la perception que j'ai de son corps. Pas plus chez Husserl que chez Descartes l'alter ego ne peut apparaître dans son originalité : « C'est en moi que j'éprouve, que je connais l'autre, c'est en moi qu'il se constitue – vu apprésentativement en miroir, et non comme un original » (paragr. 44).

Heidegger et l'être-auprès-de

Cette ligne de partage entre ce qui m'est propre et ce qui est étranger, et que Husserl situait dans le vécu (Erlebnis) de ma chair, sera pour Martin Heidegger le « mourir ». Heidegger récuse l'évidence du cogito et des données immédiates d'un sujet, au nom d'une ontologie de l'Être en tant que caché, transcendant. Pour accéder à la connaissance de l'être qui fonde le Dasein (« être-là ») humain, il faudra passer par une analytique du temps et de la banalité quotidienne. L'ego cogito ergo sum de Descartes doit en effet être spécifié, et l'analytique du temps fait apparaître le Dasein en tant qu'il est essentiellement être-pour-la-mort.

Martin Heidegger

Martin Heidegger

photographie

En affirmant que la conscience était le «là de l'être» (ou Dasein), Martin Heidegger (1889-1976) jette, avec Être et Temps (1927), les bases d'une «ontologie fondamentale» qui distingue radicalement l'être du phénomène et conduit à relire, c'est-à-dire repenser, l'ensemble de... 

Crédits : G. Schütz/ AKG

Afficher

Mais, affirmer l'identité de l'être et de la temporalité et la détermination de l'être de l'homme comme être-pour-la-mort, n'est-ce pas révéler l'identité de l'être et du néant, lui reprochera Hannah Arendt dans Was ist Existenzphilosophie (1946), qui fera en revanche du « naître » l'un des concepts clés de sa philosophie ? En outre, la détermination de l'être comme Souci, existence toujours menacée par la mort signifie qu'il n'est pas « chez lui » dans le monde, qu'il ne peut être Soi que dans la mort, laquelle devient ainsi le principe d'individuation absolu, soustrait au « On » (das Man). La conséquence en est une séparation radicale du Soi, de l'ipséité par rapport au « On », le mourir d'autrui étant inconnaissable. L'analytique de la vie quotidienne fait apparaître pour sa part que la rencontre n'a jamais lieu que sur fond de Werkwelt, monde de l'affairement et de l'inauthenticité, monde de la déchéance. Mais si le Dasein se définit comme « être jeté » (geworfen) dans une communauté, dans l'être-auprès-de (Sein bei) qui le soutient et qui le guide jusqu'à ce qu'il soit enfin capable d'accéder à son être propre, c'est-à-dire à sa responsabilité, le « On » ne saurait se réduire à une forme décadente du Soi-même, objecte de son côté Edith Stein à Heidegger dans Phénoménologie et philosophie chrétienne (1931). La solitude ou l'esseulement étant constitutif du Dasein, Hannah Arendt et beaucoup de commentateurs après elle reprocheront enfin à Heidegger l'« égoïsme » de ce Soi, sa méconnaissance de la praxis, de la pluralité, de la doxa, attitude assez similaire au mépris platonicien.

Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler

La phénoménologie husserlienne restant prisonnière de la représentation et de la perception, la voie d'accès à l'existence d'autrui, à l'intersubjectivité, ne se trouverait-elle pas du côté du sentiment, de l'affectivité (Einfühlung), laquelle relie les êtres en deçà de la dualité sujet-objet, dans la mesure où elle met directement « en présence de... » sans l'intermédiaire de la représentation ? Ce fut la voie qu'emprunta Max Scheler en privilégiant la sympathie, perception ou encore compréhension affective des émotions d'autrui, qui laisse subsister la différence entre ce qu'autrui ressent et ce que je ressens moi-même à la vue de ses peines ou de ses joies. Mais pourquoi privilégier la sympathie, plutôt que la haine ou la colère, parmi toutes les affections humaines ? N'est-ce pas omettre le moment de négativité constitutif des relations interhumaines telles que la dialectique du maître et de l'esclave chez Hegel ou la lutte des classes chez Marx ? En outre, nonobstant les nuances qu'introduit Max Scheler entre le partage direct de la joie ou de la souffrance d'autrui, la contagion affective, la fusion affective, et la compréhension affective, se pose néanmoins le problème d'éviter que la sympathie ne se perde en autrui, ne l'absorbe, tout comme Heidegger distinguera entre une sollicitude (Fürsorge) affairée et qui assujettit autrui (Besorgen), et une sollicitude plus authentique (Sorge) qui, en laissant être autrui, le libérerait.

Cette limite à la sympathie, Kant l'avait découverte pour sa part dans la notion de respect, notion au sein de laquelle émerge l'expérience d'autrui. Le sujet accède à sa qualité de sujet transcendantal dès lors qu'il manifeste sa volonté de surmonter ses désirs et ses inclinations particuliers en adhérant au principe d'une législation universelle : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse en même temps toujours valoir comme principe d'une législation universelle. » Le droit d'autrui à exister et, corrélativement, mon obligation à son égard, naît d'une volonté de finitude délibérée du sujet. La loi morale est en moi, comme en tout un chacun, et son efficience consiste précisément dans son universalité. Lui obéir, c'est faire preuve de respect, se constituer en sujet et du même coup constituer tout un chacun en sujet, respecter les autres dépositaires de cette loi morale universelle. La position d'autrui s'acquiert par la limitation des prétentions du sujet empirique au moyen de la raison : par le devoir de « reconnaissance d'autrui ».

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant

photographie

Avec ses trois «Critiques» («Critique de la raison pure», 1781, «de la faculté de juger», 1788 et «de la raison pratique», 1790), Emmanuel Kant (1724-1804) fonde les conditions d'une connaissance et d'une morale universelles de possibles. Portrait d'Emmanuel Kant, vers 1790. 

Crédits : AKG

Afficher

En outre, chez Kant, c'est la notion de fin en soi qui assure la constitution d'autrui non plus en tant que « chose » mais en tant que « personne » : « Les êtres raisonnables sont appelés des personnes parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c'est-à-dire comme quelque chose qui ne peut être employé simplement comme moyen, quelque chose qui, par suite, limite d'autant toute faculté d'agir comme bon me semble, et qui est un objet de respect » (Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785). En constituant autrui comme une personne, je m'oblige à le respecter en tant que tel : c'est du sein de l'éthique et non plus de la perception qu'autrui m'apparaît comme une « personne ».

Ce respect dû aux personnes formalise en quelque sorte la Règle d'or de Hillel qui répondit en ces termes à un Gentil qui voulait connaître l'essence du judaïsme : « Ne fais pas à ton prochain ce que tu détesterais qu'il te fît. C'est ici la loi tout entière ; le reste est commentaire » (Talmud de Babylone, Shabbat). L'Évangile énonce pour sa part sous une forme positive cette norme de réciprocité : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le semblablement pour eux » (Luc, VI, 31 ou Matth., VII, 12). Cette formulation positive se rapproche d'ailleurs du commandement du Lévitique (XIX, 18, repris en Matth., XXII, 39) : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », où le prochain (reakha, ami, compagnon, associé) englobe non seulement celui qui m'est proche, l'autre juif, mais également mon prochain, l'étranger ainsi qu'il est précisé plus loin : « Quand un hôte (ger) séjournera chez toi, dans votre pays, vous ne le molesterez pas : comme un indigène d'entre vous sera pour vous l'hôte qui séjourne chez vous et tu l'aimeras comme toi-même, car vous avez été des hôtes au pays d'Égypte » (Lévitique XIX, 33).

Sartre et la conscience pour autrui

Opposé aux doctrines du sujet transcendantal, L'Être et le Néant (1943) se présente comme une ontologie phénoménologique où Sartre va « tenter pour Autrui ce que Descartes a tenté pour Dieu ». L'hypothèse husserlienne d'un ego, foyer des actes de la conscience, est ici récusée comme inutile. L'exemple de la honte est censé montrer qu'il est impossible d'échapper au solipsisme si l'on envisage le Moi et Autrui sous l'aspect de deux substances séparées. Lorsque je viens de faire un geste maladroit ou vulgaire, ce geste colle à moi sans que je le juge, je me contente de le réaliser sur le mode du pour-soi. Mais, dès lors qu'Autrui m'a vu, je prends conscience de la vulgarité de mon geste et j'en éprouve de la honte. Le regard qu'Autrui porte sur moi comme sur un objet me met en demeure de porter un jugement sur moi-même. Par le regard qu'autrui pose sur moi, il me révèle à moi-même comme objet, me fait accéder à la reconnaissance de moi comme ego. Mon être est un être-vu : « J'ai besoin d'autrui pour saisir à plein toutes les structures de mon être, le Pour-soi renvoie au Pour autrui » (L'Être et le Néant).

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre

photographie

Philosophe, romancier, dramaturge, publiciste, Jean-Paul Sartre (1905-1980) fraye, dans le contre-courant du marxisme et de la psychanalyse, un chemin tortueux d'où il ressort que la liberté est encore opérante, que l'existence est une tâche et que l'homme choisit toujours sa vie. Portrait de… 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Toutefois, la structure de la rencontre d'autrui n'est ni de connaissance, ni de constitution, mais factice, contingente, et l'ego réside « dehors », dans le monde, au même titre que l'ego d'autrui. Par là même, autrui me nie dans mon être de pur surgissement conscientiel, me fige en objet. Ce regard est donc une violence, tout se passant comme si autrui me volait ma propre subjectivité, en venant m'habiter, me déloger de moi-même. Simultanément, autrui m'échappe puisque je le rencontre en tant qu'il n'existe pas pour moi, mais existe pour lui comme pure liberté. L'existence d'autrui ne peut dès lors qu'être placée sous le signe du conflit : « autrui, en effet c'est l'autre, c'est-à-dire le moi qui n'est pas moi [...] et que je ne suis pas. Ce ne-pas indique un néant comme élément de séparation donné entre autrui et moi-même » (ibid.). Toute morale altruiste s'avère impossible, autrui étant seulement l'instrument au moyen duquel je me reconnais moi-même comme ego.

Levinas : l'Autre comme visage

Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » (En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger, 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser être dans sa singularité, cette philosophie se condamne à être une philosophie de l'Être, de l'immanence, du « narcissisme », et Levinas dresse un véritable réquisitoire contre tout modèle théorique d'objectivation d'autrui. L'intentionnalité manque autrui comme tel, parce qu'elle le réduit au rang d'objet ou le subordonne à l'Être, malgré le transfert analogique opéré par Husserl dans la cinquième Méditation. La philosophie de la représentation assoit son emprise sur l'Autre, en affirmant la suprématie du Même : « toute philosophie est une egologie » (ibid.). Elle atteint son paroxysme dans la philosophie de Heidegger, qu'il s'agisse de la précellence de l'Être par rapport à l'étant, de l'ontologie par rapport à la métaphysique ou de la définition de l'ipséité du Dasein comme mortel.

Levinas va renverser les termes de cette réflexion en invoquant une lignée de penseurs non moins illustres qui privilégiaient la tradition de l'Autre, témoin Platon qui place le Bien au-dessus de l'Être, ou encore le moi pensant de Descartes qui entretient une relation avec l'Infini sans que pour autant l'Infini s'épuise dans la pensée qui le pense. Cette pensée qui place l'Autre avant le Même, en quoi consiste précisément la justice, Levinas la baptise « Œuvre », effet de la bonté. L'Œuvre consiste en un mouvement radical du Même vers l'Autre, mouvement si généreux et gratuit qu'il va jusqu'à exiger l'ingratitude de son destinataire. La gratitude en effet, par un mouvement de compensation en retour, nous ramènerait au Même, au lieu que l'orientation vers l'Autre doit être une mise de fonds « en pure perte ». Au « souci de soi », à la persévérance dans son être, Levinas oppose donc le Désir de l'Autre qui ne procède d'aucun besoin, d'aucun manque, dont le nom est « éthique » voire « liturgie », et qui ne saurait se réduire à une synthèse de l'entendement ou à la relation de sujet à objet. Une telle orientation du Moi l'identifie à la moralité. L'éthique est ainsi placée au rang de philosophie première.

Contrairement à Husserl chez lequel c'est l'ego qui donne sens à autrui, chez Levinas « autrui a un sens avant qu'on le lui donne ». Autrui apparaît comme « épiphanie », « visage » qui ne saurait se réduire à l'agencement de traits, sa photographie n'en étant que la caricature dans la mesure où, précisément, elle le réduit au statut d'objet. Ce visage s'impose à moi, il me parle, il m'enjoint, sans que je puisse me dérober à son appel, à ma responsabilité à son égard. Son premier mot est en effet : « Tu ne tueras point ! » L'effet de ce visage est de bouleverser « l'égoïsme même du moi », de désarçonner « l'intentionnalité qui le vise » (Humanisme de l'autre homme, 1972), en quoi consiste sa « visitation » : dès lors, « Autrui n'apparaît pas au nominatif, mais au vocatif » (Difficile Liberté, 1963). En précisant que cette responsabilité est antérieure à toute décision, à tout engagement, de même que mon obéissance est antérieure à toute injonction, Levinas nous laisse entendre la présence de l'altérité au sein même de l'ipséité. Il donne ainsi un sens nouveau à la formule de Rimbaud : « Je est un autre », qui ne désignerait plus tant l'aliénation, la trahison de soi que l'expérience d'humilité qu'accomplit celui qui se met à la place de l'autre, s'accusant du mal ou de la souffrance qu'il subit, chaque personne pouvant devenir un « Messie ». Mais si l'ipséité se réduit à une impuissance à se dérober à sa responsabilité, si sa seule unicité et identité consiste à répondre par un « Me voici ! » à l'appel, si je suis toujours déjà « otage » de l'autre, à l'asymétrie egologique qu'avait supprimée Emmanuel Levinas risque de se substituer cette asymétrie altruiste que lui reprochent plusieurs commentateurs. À quoi Levinas réplique : « Le caractère asservissant de la responsabilité débordant le choix [...] s'annule par la bonté du Bien qui le commande » (Humanisme de l'autre homme).

Le privilège d'Autrui par rapport au Moi réside en effet en ce qu'Autrui se tient « plus près de Dieu que Moi » (En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger), en ce que l'altérité d'Autrui procède de l'« Illéité », le visage étant la « trace » de l'au-delà de l'Être, de cette troisième personne, de cet Infini qui échappe à toute ontologie. Émanant de l'Infini, Autrui me fait prendre conscience de mon injustice, de mon imperfection. Je ne peux à mon tour m'approcher de l'Infini qu'en m'oubliant pour mon prochain, qu'en me sacrifiant à lui.

L'essence de l'altruisme apparaît ainsi comme abnégation de soi, sujétion de la subjectivité à l'Autre, mauvaise conscience, et en tout cas absence de réciprocité entre le Je et le Tu. Et c'est là le plus grave reproche que Levinas formule à l'encontre de Martin Buber qui, s'il a bien vu, dans Le Je et le Tu (1928), que la consistance du Moi tient dans sa relation à un Tu ou à un Cela, aurait toutefois méconnu que le moment éthique ne commence que lorsque le Je reconnaît le Tu au-dessus du Soi. Pour Levinas, il ne saurait y avoir interchangeabilité entre le Je et le Tu, faute de quoi on aboutit au mieux à un contact vide dont l'amitié spirituelle est le sommet. À l'« amitié éthérée » de Buber, Levinas, préfère encore la Fürsorge heideggérienne qui a le mérite à ses yeux de se tenir dans cette dimension de hauteur et de misère caractéristique de la Relation. Cet Autrui qui m'interpelle, en effet, n'est pas mon double, mon alter ego puisqu'« il se situe dans une dimension de hauteur, de l'idéal, du divin » (Difficile Liberté). Et il n'est nul besoin de recourir à l'imagination pour me projeter hors de mon « ici » vers un « là-bas », tant la proximité du prochain est « obsédante », « contact » qui se passe du langage et de la représentation objectivante. Le visage étant « comme la trace de Dieu », aller vers les autres, c'est s'« approcher » de Dieu, l'éthique se définissant en définitive comme « vision de Dieu, un contact antérieur à tout savoir, l'obsession par l'autre homme » (Humanisme de l'autre homme).

Paul Ricœur : une dialectique du soi et de l'autre

La construction d'une dialectique unilatérale du Même et de l'Autre s'avérant impossible, aussi bien avec Husserl qui dérive l'alter ego de l'ego, qu'avec Levinas pour qui c'est l'Autre qui assigne le moi à sa responsabilité, Paul Ricœur va alors tenter d'opposer une troisième modalité de l'altérité : « l'être-enjoint en tant que structure de l'ipséité », telle qu'elle puisse se concilier avec l'estime de soi et s'attester dans une réciprocité qui n'aurait plus rien d'asymétrique. Que le je soit défini comme moi empirique ou comme sujet transcendantal, qu'il soit posé absolument sans vis-à-vis autre ou relativement par référence à l'intersubjectivité, le paradigme des philosophies du sujet tient en ce qu'elles se définissent cependant toujours à la première personne : ego cogito. Et c'est pourquoi Paul Ricœur propose pour sa part une herméneutique du Soi qui se situerait « à égale distance de l'apologie du cogito et de sa destitution » par Nietzsche, marquant ainsi ce qui le sépare des « philosophies du sujet », et déplaçant la problématique sur le terrain de l'analyse linguistique et de l'identité narrative.

Le titre de l'ouvrage où il formule cette proposition, Soi-même comme un autre (1990), constitue à lui seul tout un programme. La substitution du pronom réfléchi Soi au Je, souligne le primat d'une méditation réflexive sur la position immédiate du sujet. Au terme du doute, Descartes n'est pas parvenu à restaurer l'existence d'autrui. Et si la grande découverte de l'intentionnalité consiste bien dans l'affirmation du primat de la conscience de quelque chose sur la conscience de soi, la phénoménologie husserlienne n'en reste pas moins, elle aussi, une prétention à l'autofondation. C'est là le signe pour Ricœur qu'il faut rebrousser chemin, s'écarter du fondement solitaire du cogito, que la reconnaissance d'une pluralité et d'une altérité nécessite bien une démarche éthique. Or, « dire Soi, ce n'est pas dire Je », l'herméneutique du Soi devant permettre de dépasser la querelle du cogito, car « la conscience n'est pas origine, mais tâche » (Le Conflit des interprétations. Essai d'herméneutique, 1969), c'est-à-dire qu'elle est l'ultime réalité et non pas la première.

Le « même » du Soi-même permet quant à lui de distinguer deux significations majeures de l'identité selon que l'on entend l'idem – la similitude de l'individu qui est et reste le même à travers le temps, et que Ricœur nomme « mêmeté » ou identité du caractère – ou bien l'ipse latin, où l'identité du Soi se constitue comme « maintien de soi » à travers le temps, grâce à la promesse faite à un autre qui compte sur moi. « L'autre n'est pas condamné à rester un étranger, mais peut devenir mon semblable, c'est-à-dire quelqu'un qui, comme moi, dit „je“ » (Soi-même comme un autre), à condition de voir en lui une personne vis-à-vis de laquelle je m'oblige au respect.

L'engagement du sujet moral, par opposition à l'agent de l'action quotidienne qui ne fait que déployer son caractère, met en jeu une dialectique du Soi et de l'autre que soi telle que l'altérité puisse être constitutive de l'ipséité elle-même : il faudrait alors entendre Soi-même en tant qu'autre. Autrui m'interpelle et me supplie : « Toi, aime-moi ! », et Paul Ricœur baptise sollicitude l'élan de soi vers l'autre qui constitue la réponse à cette interpellation et qui ne consiste pas exclusivement en l'obéissance à un devoir : l'intention éthique précède la morale. Or, sur le plan de la sollicitude, c'est l'amitié qui caractérise les relations interpersonnelles et qui permet une égalité entre deux individus uniques. Seule une relation de réciprocité peut instituer l'autre comme mon semblable et moi-même comme le semblable de l'autre : l'estime de soi, loin de replier sur le souci de soi accorde à l'autre les mêmes possibilités d'action et de vie heureuse que pour moi-même. La condition pour que cet autre demeure un autre que moi et ne se réduise pas à un alter ego, une reduplication du moi, tient dans cette relation mutuelle qu'est l'amitié où chacun aime l'autre en tant que ce qu'il est (Aristote, Éthique à Nicomaque, VIII, 3, 1156 a17). Une telle réciprocité suppose d'une part qu'il faut être ami de soi pour être ami de l'autre, c'est-à-dire que l'existence de l'homme de bien soit désirable pour lui-même, et d'autre part que l'homme bon et heureux a néanmoins besoin d'amis. À l'estime de soi l'amitié ajoute, sans rien retrancher, l'idée de mutualité et son corollaire, l'égalité, qui mène sur le chemin de la justice, Paul Ricœur estimant complémentaires l'une de l'autre l'éthique aristotélicienne de « la vie bonne » et la morale kantienne de la norme.

—  Sylvie COURTINE-DENAMY

Bibliographie

M. Buber, Le Je et le Tu, trad. G. Bianquis, Aubier 1992 ; La Vie en dialogue, trad. J. Loewenson-Larvi, Aubier Montaigne, 1959

J. F. Courtine, Heidegger et la phénoménologie, Vrin, Paris, 1990

N. Depraz, Transcendance et incarnation. Le statut de l'intersubjectivité come altérité à soi chez Husserl, Vrin, Paris, 1995

J. Derrida, « Violence et métaphysique. Essai sur la pensée d'Emmanuel Levinas », in L'Écriture et la différence, Seuil, Paris, 1967 ; De l'hospitalité, Calmann Lévy, Paris, 1997

R. Descartes, « Meditationes de prima philosophia », in Œuvres complètes, VII, Adam et Tannery éd., rééd. Vrin, 1996

J. C. Fraisse, Philia, la notion d'amitié dans la philosophie antique, Vrin, Paris, 1984

A. Grosser, L'Autre, études réunies pour A. Grosser, sous la direction de B. Badie et M. Sadoun, Presses de Sciences politiques, 1996

M. Heidegger, Être et Temps, trad. F. Fédier, Gallimard, Paris, 1986 ; Lettre sur l'humanisme, trad. R. Munier, Aubier Montaigne, 1964

E. Husserl, Méditations cartésiennes, introduction à la phénoménologie, trad. G. Peiffer et E. Levinas, Vrin, Paris, 1947 ; La Crise des sciences européennes, trad. et préface de G. Granel, Gallimard, Paris, 1976

E. Kant, Les Fondements de la métaphysique des mœurs, trad. V. Delbos, Delagrave, Paris, 1974

E. Levinas, En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger, Vrin, Paris, 1949 ; Humanisme de l'autre homme, Fata Morgana, 1972 ; Difficile Liberté, Albin Michel, 1963

J. L. Marion, Questions cartésiennes. Méthode et métaphysique, P.U.F., Paris, 1990

R. Misrahi, La Problématique du sujet aujourd'hui, Encre marine, 1994

J. L. Nancy, Ego Sum, Aubier-Flammarion, Paris, 1979

A. Renaut, L'Ère de l'individu, Gallimard, 1989

A. Renaut & L. Ferry, La Pensée 68. Essai sur l'antihumanisme contemporain, Gallimard, 1988

P. Ricœur, À l'école de la phénoménologie, Vrin, Paris, 1986 ; Le Conflit des interprétations. Essais d'herméneutique, Seuil, Paris, 1969 ; Soi-même comme un autre, Seuil, Paris, 1990

M. Scheler, Nature et forme de la sympathie. Contribution à l'étude des lois de la vie affective, trad. M. Lefebvre Payot, Paris, 1971

J.-P. Sartre, L'Être et le Néant, Gallimard, Paris, 1943.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALTÉRITÉ, philosophie  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

  • Écrit par 
  • Albert JAKUBOWICZ
  •  • 5 009 mots

Dans le chapitre « Transitions, trames, étayages »  : […] L'être humain est profondément aveugle. Il a besoin de l'autre comme d'une trame qui lui permettra de projeter sa curiosité, son affectivité sur les gens, les objets, les événements. C'est « comme si » seul le regard de l'autre dirigé sur une situation permet l'accès à la connaissance. L'autre est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-psychologique/#i_47325

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

du mot, que s'avance aujourd'hui, avec une force jamais connue dans l'histoire mais que celle-ci éclaire, la question d'autrui : autrui comme autre ; altérité, non plus alter ego, différence, territoire inconnu, mais dont la frontière traverse le sujet. Ainsi comprise, la relation à l'autre fait éclater les théories traditionnelles de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_47325

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'autre, référentiel transcendant »  : […] Comment puis-je être moi parmi les autres, comment puis-je être moi et comprendre les autres, comment puis-je être moi, c'est-à-dire l'autre de tous les autres ? Cette triple interrogation évoque le Montesquieu des Lettres persanes et son « Comment peut-on être persan ? ». Elle renouvelait l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-aron/#i_47325

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autre-psychanalyse/#i_47325

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « Approche phénoménologique »  : […] constitution de la chose, elle en retrouve une dans la constitution d'autrui (croire en..., se fier à...). Le mot « foi » serait alors l'indice de l'altérité irréductible, de l'autre en tant qu'autre. Il n'est pas étonnant, dès lors, qu'il fasse à nouveau irruption, avec Maurice Merleau-Ponty dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_47325

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Désir et conscience de soi »  : […] désir ne s'intéresse qu'à ce qui est vivant. Sur cette route, il rencontre nécessairement l'altérité d'autrui. L'objet que vise le désir ne doit pas seulement être reconnu comme vivant, mais comme une autre conscience de soi, c'est-à-dire comme un autre soi-même. S'ouvre alors la dimension proprement spirituelle du combat pour la reconnaissance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_47325

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

à l'Un. Dans cette perspective, la différence, qui appartient au genre de l'Autre ou de l'altérité et fonde la pluralité ou le multiple, apparaît comme un moindre être. Sur la base de cette « métaphysique » de la différence, Aristote conçoit l'être absolument parfait – la pure pensée qui se pense elle-même – comme une unité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/#i_47325

DROIT - Droit comparé

  • Écrit par 
  • Horatia MUIR WATT
  •  • 7 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre épistémologique »  : […] le comparatiste se perçoit comme autre dans la culture observée. Cette démarche implique une profonde sensibilité à l'égard de l'altérité ; c'est pourquoi elle met en évidence la diversité autant que les convergences entre les systèmes observés et rend suspect le parti pris d'unification ou de rapprochement qui caractérise souvent les entreprises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-droit-compare/#i_47325

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] mais une absolue réciprocité. C'est pourquoi on verra tout à l'heure cette requête de l'autre affleurer dans le premier commandement, lequel s'énonce à la seconde personne : tu ne tueras pas. On connaît, à cet égard, les belles analyses du philosophe Emmanuel Lévinas sur le visage. Chaque visage est le Sinaï d'où procède la voix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_47325

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 681 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Génocide et ethnocide »  : […] Il partage avec le génocide une vision identique de l'Autre : l'Autre, c'est la différence, certes, mais c'est surtout la mauvaise différence. Ces deux attitudes se séparent sur la nature du traitement qu'il faut réserver à la différence. L'esprit, si l'on peut dire, génocidaire veut purement et simplement la nier. On extermine les autres parce qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/#i_47325

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les aléas de la liberté »  : […] moins lieu à des analyses brillantes, fécondes contenant en germe des développements qui attendront leur accomplissement. Se situant explicitement dans le sillage de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel, Sartre analyse la dialectique du regard et du désir en jeu dans tout rapport à autrui. « Je suis un être pour soi qui n'est pour soi que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-etre-et-le-neant/#i_47325

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] conscience-de-soi solitaire puisque, en effet, cette dernière ne peut logiquement être telle que parce qu'elle se saisit dans sa différence avec une autre conscience-de-soi, semblable et également singulière. C'est ce qu'établit la section A du chapitre iv de la Phénoménologie de l'Esprit, intitulée « Autonomie et dépendance de la conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_47325

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

de manière à nier les contradictoires en les conservant en quelque façon dialectiquement dans un discours cohérent. Celui-ci s'institue totalité où tout Autre est compris dans le Même. L'infini, ce serait ainsi la pensée absolue se déterminant elle-même dans un État et des institutions par lesquelles, efficace, elle se fait Réalité et à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_47325

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la genèse phénoménologique à la psychanalyse de l'interaction »  : […] « dedans » de l'élément « autre ». La description phénoménologique se donne précisément pour objet le rapport d'altérité dans la perspective de la constitution d'autrui : ce rapport a pour fondement l'« apprésentation » en vertu de laquelle l'alter ego, jamais présent à l'ego, est toujours visé comme le pôle d'une intentionnalité indirecte, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/#i_47325

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] l'amplification de la sphère imaginaire dont l'image de soi est le noyau. Mais l'altérité étant ainsi introduite dans la constitution même du moi, les intérêts transindividuels peuvent y trouver la version primitive, imaginaire, de leur paradigme, inaugurant une série dont chaque moment soutiendra la position d'un intérêt plus développé, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_47325

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « Autrui me regarde : l'épiphanie du visage »  : […] de Platon, Plotin, Kant et Bergson, Lévinas cherche à cerner un rapport à autrui qui précède l'effort de comprendre autrui seulement comme un alter ego. Sa découverte essentielle est que la compréhension d'autrui est inséparable de son invocation, l'injonction éthique, qui a sa source première dans le fait qu'autrui me regarde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_47325

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Le principe d'universalité »  : […] dignité, sa propre valeur morale, mais contribuer en même temps au bonheur de tout autre. La morale d'autrui, la pureté de sa volonté d'universalité ne me regarde pas, elle ne serait pas valeur de l'autre si elle venait de moi ; son bonheur (que lui-même ne doit chercher que dans les limites que lui prescrit la loi morale) est aussi mon affaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_47325

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « La mort en contestation »  : […] À ce niveau, précisément, se rétablit la communication avec autrui, parce qu'au lieu d'opposer son moi possessif au moi objectivé d'autrui l'être, se vidant de son narcissisme, se rend disponible au dialogue. L'amour est une invocation adressée aux sources de l'autre par-delà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_47325

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « Une certaine idée négative du néant »  : […] le non-être est et l'être n'est pas. Or la difficulté se résout par le recours à l'altérité : chaque chose diffère de tout ce qu'elle n'est pas, et elle est en quelque sorte entourée d'une quantité infinie de non-être. « Quand nous énonçons le non-être, ce n'est pas là, ce semble, énoncer quelque chose de contraire à l'être, mais seulement quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_47325

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] La double identification du moi et de l'autre s'installe, à l'âge de trois ans environ, comme une première bipartition qui oppose le moi à l'alter, première forme de l'autre. Ultérieurement, cet alter originaire se subdivise lui-même en deux termes, l'alter proprement dit, l'autre intime, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_47325

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'être et le non-être »  : […] ainsi se dire de deux façons : en tant qu'ils sont eux-mêmes, ou en tant qu'ils sont pris dans des relations d'altérité mutuelle. Mais, pour l'autre, être soi-même, c'est être autre qu'un autre. Non seulement le non-être est, puisqu'il participe de l'être, mais il possède sa Forme et son essence propres : l'altérité, la relation. Parménide est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_47325

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 5 010 mots

Dans le chapitre « L'Âme et l'Intelligence »  : […] altération, génération et corruption renvoient nécessairement à un domaine d'« altérité » ; bien loin d'être « créatrice », la durée reste un reflet dégradé de la vie intemporelle, celle des « archétypes impassibles » auxquels se réduisent « là-haut, ensemble et néanmoins distinctes », toutes les « raisons séminales » à l'œuvre en « ce qui naît et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_47325

RACISME

  • Écrit par 
  • Albert MEMMI
  •  • 3 452 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Motivations psychiques et sociales »  : […] La peur de l'Autre vient du fond des âges, de l'époque où il fallait vivre dans la méfiance, faute de quoi un Autre, plus fort ou plus rusé, pouvait vous enlever la proie ou la femme convoitée, vous condamner à la faim ou à l'humiliation, ou même à la mort. L'Autre, c'est l'inconnu, duquel tout peut arriver, mais surtout le pire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racisme/#i_47325

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Valeur et vérité du sentiment »  : […] », cette idolâtrie n'est pas tant une preuve d'amour que d'égocentrisme et de folie. L'amour vrai ne consiste pas à se projeter soi-même dans l'autre, mais à découvrir l'autre dans l'autre, son visage unique et irremplaçable : « Ce qui d'abord dans cette femme t'avait séduit n'existe pas, mais, le mirage détruit, l'amour s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_47325

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 711 mots

Dans le chapitre « Une pensée du visage »  : […] Autrui, ici, n'est pas l'alter ego, l'autre moi que je rencontre dans les luttes, plus ou moins pacifiques, du monde quotidien. Le rapport à autrui, dont le face-à-face est la modalité la plus exemplaire, ne saurait se dire en effet dans les termes par lesquels s'affirment les rapports aux choses du monde. Le visage auquel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite-et-infini/#i_47325

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Sartre n'est pas très éloigné de cette conception. À ses yeux, la réalité humaine est pour-soi, capacité de néantisation, de conscience, de projet libre. Mon être ne peut être pour-soi que par un autre : il n'y a pas de sujet isolé et solitaire ; une conscience a toujours besoin d' une autre conscience qui la reconnaisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_47325

ZOOS HUMAINS (ouvrage collectif) et L'ÉCRAN ET LE ZOO (O. Razac)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 998 mots

au xixe siècle, ces représentations de l'altérité ne sont qu'incidentes, pas forcément négatives et ne semblent pas pénétrer profondément dans le corps social. Avec l'établissement des empires coloniaux, la puissance des représentations de l'autre s'impose dans un contexte politique fort différent et dans un mouvement d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoos-humains-ouvrage-collectif-l-ecran-et-le-zoo/#i_47325

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie COURTINE-DENAMY, « ALTÉRITÉ, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/