CÉSAIRE AIMÉ (1913-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pousser d'une telle raideur le grand cri nègre que les assises du monde en seront ébranlées » : tel est le projet qui commande la vie et l'œuvre d'Aimé Césaire, homme politique martiniquais et poète négro-africain. Il fait surgir, en 1939, dans un grand poème, le Cahier d'un retour au pays natal, devenu depuis lors un classique majeur des littératures du monde noir, le mot « négritude », forgé pour redonner leur dignité à « ceux qui n'ont jamais rien inventé » et que l'esclavage ou la colonisation avaient rendus muets. En 1991, l'inscription au répertoire de la Comédie-Française de sa Tragédie du roi Christophe a consacré le retentissement universel de son œuvre.

autre :

autre

 

Crédits :

Afficher

Aimé Césaire

Photographie : Aimé Césaire

Photographie

Avec le Cahier d'un retour au pays natal (1939), Aimé Césaire donne pleinement voix à la négritude. Outre son œuvre poétique, il est également l'auteur d'une ample œuvre théâtrale, où se détache La Tragédie du roi Christophe (1963)

Crédits : Sergio Gaudenti/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Découverte de la négritude

Né en 1913, dans une famille modeste de Fort-de-France qui rattachait son origine à un certain Césaire, esclave condamné à mort en 1833 pour avoir fomenté une révolte, Aimé Césaire a été un bon élève du lycée Schœlcher : on l'envoie en France pour préparer l'École normale supérieure, où il est reçu en 1935. Pendant ses années parisiennes, il s'occupe de l'Association des étudiants martiniquais, lie amitié avec Léopold Sédar Senghor, participe aux débats des intellectuels noirs, dans lesquels s'élabore la notion de négritude. Mais il commence aussi à écrire un long poème, le Cahier d'un retour au pays natal, qui paraît d'abord en 1939 dans la revue Volontés, avant d'être repris en volume (New York, 1947 ; Paris, 1947, puis 1956). Composé pour lutter contre le déracinement de l'exil, le Cahier peut se lire comme une quête orphique : plongée aux abîmes de la mauvaise foi, descente aux enfers de l'oppression raciale, pour y conquérir la fierté d'être nègre. Orphée triomphant, le poète reconduit au jour son Eurydice, la négritude, qu'il célèbre à travers des images rayonnantes. Plus poète que théoricien, Césaire a toujours défini la négritude selon le mouvement qui anime son poème : prise de conscience et acceptation de soi, pour coïncider ave [...]

autre :

autre

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CÉSAIRE AIMÉ (1913-2008)  » est également traité dans :

CAHIER D'UN RETOUR AU PAYS NATAL, Aimé Césaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 182 mots

Cahier d'un retour au pays natal est un long poème d'Aimé Césaire (1913-2008) paru dans sa première version en août 1939 à Paris dans la revue Volontés. Césaire a alors vingt-six ans. Né en Martinique, il a quitté l'île en 1931, après son baccalauréat, pour poursuivre ses études en métropole, au lycée Louis-le-Grand […] Lire la suite

LA TRAGÉDIE DU ROI CHRISTOPHE, Aimé Césaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 818 mots
  •  • 1 média

Publiée pour la première fois en 1963, La Tragédie du roi Christophe est, avec le Cahier d'un retour au pays natal, l'œuvre majeure du Martiniquais Aimé Césaire (1913-2008). Elle fut créée l'année suivante au festival de Salzbourg, dans une mise en scène de Jean-Marie Serreau, avec l' […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langues européennes et littératures africaines »  : […] Les circonstances de l'histoire ont imposé aux Africains l'usage de langues européennes introduites par la colonisation : l'anglais, le français, le portugais et, dans une moindre mesure, l'afrikaans, l'espagnol, l'italien ou le latin. Dès le xviii e  siècle – et même bien avant, puisque la dédicace du Don Quichotte , en 1605, fait allusion au « nègre Juan Latino », d'origine africaine, professeu […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La littérature en Guadeloupe et en Martinique »  : […] À l'inverse d'Haïti, les Antilles françaises ont longtemps connu un désespérant vide culturel. Peu de livres, peu de librairies, peu de bibliothèques. On allait en France poursuivre ses études. Beaucoup d'intellectuels antillais (du poète Léonard au romancier naturaliste Léon Hennique) se sont exilés en Europe, ne gardant au mieux qu'une vague nostalgie de leurs origines créoles. Les premiers essa […] Lire la suite

COLONISATION (débats actuels)

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 3 252 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La dénonciation simultanée de l'esclavage et du génocide juif »  : […] Le poète et homme politique martiniquais Aimé Césaire publie, en 1950, le Discours sur le colonialisme , dans lequel, comme C. L .R James et Eric Williams, des intellectuels trinidadiens marxistes, il interroge le sens des notions de liberté, de pouvoir et de domination, ainsi que leur nature politique dans l'espace occidental. Il relève le paradoxe selon lequel la valorisation du concept de libe […] Lire la suite

COLONISER EXTERMINER. SUR LA GUERRE ET L'ÉTAT COLONIAL (O. Le Cour Grandmaison) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 962 mots

Ce livre n'est pas un ouvrage de plus sur la façon dont la France, dans ses colonies, géra les sols et gouverna les gens. C'est l'illustration, moyennant le traitement scrupuleux d'une documentation massive, de l'exactitude de ce jugement de Franz Fanon : « Le langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. On fait allusion aux mouvements de reptation du Jaune, aux émanat […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

NÉGRITUDE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 215 mots

Dans le chapitre « La voie de la poésie »  : […] Dans un Occident colonial francophone, au racisme plus ou moins explicite (« Je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France », écrit L. S. Senghor dans Hosties noires , 1948), et alors que l'histoire de l'Afrique est niée, se forment des contestations. Dès le début des années 1930, la revue Légitime Défense , liée d'une part au surréalisme (le titre est un « emprunt » à André Breton) […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Penser après Auschwitz »  : […] Dès 1947, au fil de la logique la plus rigoureuse, Theodor Adorno fustige les sinistres avatars des Lumières dont son temps est témoin et se demande si la pensée peut leur survivre. En clair : peut-on penser après Auschwitz. Huit ans après, Aimé Césaire risque l'insupportable réponse : « Oui, il vaudrait la peine d'étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches de Hitler et de l'hitlérisme […] Lire la suite

MARTINIQUE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 3 569 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L’expérience de la départementalisation »  : […] Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le commandement de l’amiral Georges Robert, nommé haut-commissaire en 1939, la situation de l’île devient critique. En effet, la Martinique constitue un enjeu stratégique dans le conflit, dans la mesure où une partie des forces navales françaises se sont réfugiées dans la baie de Fort-de-France et où les réserves d’or de la Banque de France ont été mises à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Mort d'Aimé Césaire. 17-20 avril 2008

Le 17 meurt à Fort-de-France (Martinique) le poète et écrivain Aimé Césaire, chantre de la « négritude », militant anticolonialiste et homme politique, à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans. Le 20, ses obsèques nationales sont célébrées dans l'île en présence du président Nicolas Sarkozy […] Lire la suite

France. Débat sur la loi et l'Histoire. 5-23 décembre 2005

Le 5, le poète et homme politique martiniquais Aimé Césaire déclare dans un communiqué qu'il ne souhaite pas rencontrer le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, lors de la visite programmée par ce dernier dans les Antilles, afin de ne pas cautionner la loi du 23 février 2005 « portant […] Lire la suite

France. Voyage du Premier ministre Jacques Chirac en Guadeloupe et à la Martinique. 9-12 septembre 1987

démocratique » après le démantèlement de l'organisation terroriste indépendantiste Alliance révolutionnaire caraïbe (A.R.C.). Le 11, Jacques Chirac, accueilli à Fort-de-France par Aimé Césaire, replace la Martinique dans son triple environnement : français, européen, caraïbe. Le 12, à la fin d'une visite […] Lire la suite

France. Voyage du président François Mitterrand aux Antilles. 4-6 décembre 1985

Le 4, Aimé Césaire, maire de Fort-de-France, accueille François Mitterrand, son « ami et frère socialiste », qui effectue une visite officielle de trois jours en Martinique et en Guadeloupe. Dans ces deux départements, où un imposant dispositif de sécurité a été mis en place, le chef de l'État […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « CÉSAIRE AIMÉ - (1913-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aime-cesaire/