LORDS CHAMBRE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chambre haute de la Grande-Bretagne, cette institution du système bicaméral anglais est apparue au xiiie et au xive siècle comme un élément distinct au sein du Parlement.

Elle est composée actuellement : des archevêques de Canterbury et d'York, des évêques de Durham, de Londres et de Winchester, et de vingt et un autres évêques d'Angleterre ; de tous les ducs, marquis, comtes, vicomtes et barons des pairies d'Angleterre, d'Écosse et du Royaume-Uni tout entier ; enfin, des juges de la Cour suprême de justice (la Cour d'appel et la Haute Cour de justice). Plus d'un millier de personnes ont donc le droit de siéger à la Chambre des lords.

De nos jours, les pouvoirs de la Chambre des lords sont limités. Il ne saurait guère en être autrement sans que soient mis en échec les principes démocratiques de la représentation élue et de l'autonomie gouvernementale. Les pouvoirs de la Chambre des lords sont définis par les lois de 1911 et de 1949. Aux termes de la loi de 1911, tout projet de loi qualifié de budgétaire par le président de la Chambre des communes (c'est-à-dire impliquant une levée d'impôt) prend force de loi un mois après avoir été soumis à la Chambre des lords, que celle-ci ait ou non donné son accord. Il en va de même pour tout autre projet de loi (à l'exception des projets visant à prolonger la durée de la législature parlementaire) qui ne reçoit pas l'approbation de la Chambre des lords, à condition qu'il ait été présenté à deux sessions parlementaires successives et qu'une année se soit écoulée entre la deuxième lecture du projet, lors de la première session, et la troisième lecture au cours de la deuxième session (d'après la loi de 1949).

La Chambre des lords joue cependant un rôle beaucoup plus important que ne pourraient le suggérer ses simples pouvoirs de différer. Ses attributions les plus utiles consistent à revoir les projets de loi qui n'ont pas reçu une rédaction suffisamment détaillée à la Chambre des communes et à enregistrer la première les projets qui ne suscitent pas de controverses, ce qui permet aux Communes de les examiner avec le minimum de débats.

Certains estiment de plus que la Chambre des lords remplit une autre fonction appréciable : elle est une sorte de forum national où peuvent avoir lieu des débats plus ouverts, car elle est moins tributaire de la discipline plus ou moins contraignante des partis.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LORDS CHAMBRE DES  » est également traité dans :

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 321 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nomination à l'élection au suffrage indirect »  : […] Pour contrer la Chambre basse ou du moins pour modérer le pouvoir du Parlement, la seconde Chambre doit nécessairement être composée de membres nommés par l'exécutif. C'est cette solution qui est retenue pour les chambres aristocratiques comme la Chambre des lords. Ces derniers sont nommés par le monarque à vie ou à titre héréditaire. La même formule a été utilisée en France sous la Restauration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicamerisme-bicameralisme/#i_1815

COMMON LAW

  • Écrit par 
  • Alain POTTAGE
  •  • 6 467 mots

Dans le chapitre « L'organisation judiciaire »  : […] Le processus d'unification s'est amorcé en 1845 avec l'introduction d'une nouvelle organisation des tribunaux locaux ( county courts ) ne gardant des anciennes cours que le nom. Ces nouvelles juridictions, intégrées dans un nouveau système bureaucratique, étaient réservées aux juges et aux avocats de profession, et bénéficiaient d'une procédure unifiée. De l'ancien système j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/common-law/#i_1815

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 322 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crimes-contre-l-humanite/#i_1815

ÉDOUARD III (1312-1377) roi d'Angleterre (1327-1377)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 506 mots

Monté sur le trône après le meurtre de son père, débarrassé dès 1330, par une petite révolution de palais, de sa mère Isabelle, emprisonnée, et de Roger Mortimer, exécuté, Édouard III a vécu trop longtemps pour conserver, à l'extrême fin de son règne, l'autorité jalouse qu'il avait ambitionnée : sénile, il doit vers 1370, assister aux luttes d'influence entre le clan cupide des Lancastriens, autou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-iii/#i_1815

EXCÈS DE POUVOIR

  • Écrit par 
  • Francis HAMON
  •  • 8 263 mots

Dans le chapitre « Monisme ou dualisme juridictionnel »  : […] À quels tribunaux faut-il confier le contrôle juridictionnel de l'administration ? Sur ce point, deux modèles s'opposent : le modèle britannique (monisme juridictionnel) et le modèle français (dualisme juridictionnel). Le modèle britannique est fondé sur l'idée que la justice doit être la même pour les personnes publiques et pour les personnes privées. Les tribunaux qui tranchent les litiges entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exces-de-pouvoir/#i_1815

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « Le droit, le roi et le Parlement »  : […] L'établissement progressif de la monarchie constitutionnelle résulta d'un conflit de principe sur la nature du droit. Si le roi pouvait formuler des règles de droit totalement indépendantes de la common law et supérieures à elles, alors il était souverain ; si le droit était au-dessus du roi, alors il trouvait sa source dans une sorte de souveraineté populaire diffuse, pas en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_1815

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'âge des désillusions »  : […] Les années 1960 ont été celles de bien des déceptions, mais aussi de retournements significatifs et des progrès d'une conception humaine des relations sociales. En annonçant, au Cap, en 1961, qu'« un vent du changement » s'était levé sur l'Afrique, Harold Macmillan entendait mettre ses auditeurs devant l'alternative de l'abandon de l' apartheid ou du départ d'un Commonwealth dont l'élargissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_1815

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 10 912 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Chambre des lords »  : […] Le vote du premier Reform Act de 1832, qui lui fait perdre son droit de patronage ancien sur les députés aux Communes, a marqué le début de son déclin face à la Chambre élue. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle elle s'y oppose avec acharnement, et il faudra que George III menace de créer un nombre de pairs propre à inverser la majorité pour que les lords finissent par s'incliner. Plus tard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-le-systeme-politique/#i_1815

Pour citer l’article

« LORDS CHAMBRE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chambre-des-lords/