TEMPS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chacun sait à quel aspect de son expérience répond le mot de temps ; mais aucune définition de la notion correspondante n'a reçu jusqu'ici, chez les savants comme chez les philosophes, une approbation unanime. Sensible à cette difficulté qu'il jugeait caractéristique de toutes les notions premières, Pascal estimait que le temps est de ces choses qu'il est impossible et même inutile de définir ; il s'accommodait d'ailleurs assez bien des désaccords existant à son sujet, puisque ceux-ci ne pouvaient porter préjudice, pensait-il, à l'identité objective qui est désignée par le même terme : « Le temps est de cette sorte. Qui le pourra définir ? Et pourquoi l'entreprendre, puisque tous les hommes conçoivent ce qu'on veut dire en parlant de temps, sans qu'on le désigne davantage ? » (De l'esprit géométrique).

Replacée dans son contexte, cette remarque témoigne d'une science mathématique encore peu avancée. Elle peut encore être soutenue si l'on suit les développements de la psycho-linguistique qui sont favorables à un certain innéisme des notions premières. Toutefois, s'il s'agit précisément du temps, on ne peut pas dire que le langage ordinaire désigne en toute certitude l'expérience à laquelle il renvoie. Il faut d'abord écarter, comme une équivoque particulière de la langue française, la signification météorologique qui est un sens dérivé aisément explicable : la température et le climat d'un lieu varient, en effet, en fonction du temps, entendu au sens propre. Mais ce sens premier lui-même est loin d'être fixé d'une façon univoque : est-il synonyme de simultanéité, comme dans l'expression « en même temps », de succession, comme dans l'expression « le temps passe vite », de durée, comme dans l'expression « il a manqué de temps pour accomplir son œuvre » ? En vérité, il semble que la notion de temps englobe les trois concepts de simultanéité, de succession et de durée ; il faut même ajouter à ces trois concepts, qui semblent plus fondamentaux que celui de temps, ceux de présent, de passé et d'avenir, qui apparaissent, à leur tour, comme constitutifs à l'égard du temps, puisqu'ils en désignent des parties ou des phases bien déterminées, quand on se place à un instant précis, notamment à celui du discours. Comme ces deux triades se recoupent constamment, il faut reconnaître que le même mot « temps » se prête à au moins neuf usages, dont il n'est pas difficile de faire ressortir les contradictions. Il importe cependant d'être attentif à l'emploi spécifique qui se trouve attaché à chaque triade, laquelle se trouve ainsi relever d'une logique particulière.

Le premier emploi a trait aux trois concepts dits fondamentaux. Il permet de ranger dans ce qu'on appelle l'ordre temporel n'importe quel événement dont on connaît l'une ou l'autre des trois relations temporelles qu'il possède vis-à-vis des autres événements. Comme la simultanéité est la négation de la succession, il est possible de réduire l'ordre temporel à une suite unilinéaire. Comme les chevauchements des durées particulières peuvent aller à l'infini, et comme l'expérience du mouvement nous permet d'assigner à chaque position spatiale une position temporelle, il est possible de considérer la suite unilinéaire comme continue et de lui appliquer les procédés de mesure. Il en résulte que le temps physique est doté de la même structure qu'une dimension de l'espace physique euclidien. Le problème se pose de savoir si la suite des instants ou positions temporelles est limitée ou non, dans un sens ou dans l'autre. Cela dépend de la connaissance qu'on a ou croit avoir de l'Univers dans son ensemble.

Le deuxième emploi a trait à l'expérience humaine, effective ou possible, de ces mêmes événements. Ceux-ci ne sont directement accessibles que s'ils sont présents ; s'ils ne peuvent être que retenus, remémorés, reconstruits, il faut les dire passés ; s'ils doivent être anticipés, attendus ou prévus, il faut les dire futurs. On ne peut pas reconnaître la même modalité d'existence à ces trois espèces d'événements. Ils peuvent pourtant être envisagés ensemble, puisque c'est dans le présent, une partie du temps qu'il ne faut pas réduire à la pure limite qu'est l'ins [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TEMPS  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nature et mouvement »  : […] Le livre II de la Physique définit l'être naturel ( physei on ), objet propre de la physique. Il se distingue de l'être artificiel en ce qu'il a en lui-même un principe de mouvement et de repos. Alors que, dans l'art, l'agent est extérieur au produit, la nature est un principe immanent de spontanéité : la nature ressemble à un médecin qui se guérirait lui-même (199 b 31). L'analogie de l'art perm […] Lire la suite

PERCEPTION DU TEMPS

  • Écrit par 
  • Sylvie DROIT-VOLET
  •  • 1 776 mots

La perception du temps diffère des autres formes de perception. En effet, contrairement à la vision ou l’audition, le temps n’est pas une réalité physique que l’on peut directement capter au moyen d’un organe sensoriel spécifique, qui transformerait l’information temporelle en influx nerveux. Autrement dit, le temps n […] Lire la suite

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Le temps est ce dont chacun d’entre nous ne cesse de faire l’expérience, de la naissance à la mort. Des premiers écrits de l’humanité jusqu’à la littérature contemporaine, en passant par les poètes de la Renaissance, Ronsard (1524-1585) et sa rose, dont la beauté « ne dure que du matin jusques au soir », la fuite du […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'un et l'être »  : […] La participation signifie que, en l'absence de l'unité que lui communique sa Forme, une chose sensible se pulvériserait en une quantité indéfinie de qualités toutes singulières, donc indicibles. Mais la pensée dialectique n'a que les Formes pour objets. Elles ne sont pensables qu'à la condition de ne pas être des entités massives et fermées sur elles-mêmes. Penser une Forme, c'est s'appliquer à sa […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne le serait jamais, et c'est en quoi le bonheur se d […] Lire la suite

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le mauvais infini »  : […] La pensée antique, fidèle à l'idéal d'achèvement et de mesure qui animait son art et sa religion, se méfie de l'infini. Marque d'une pensée obscure correspondant à un réel irréalisé, manquant de forme pour se présenter à un savoir qui puisse le contenir ou le représenter, l'infini – l' apeiron – serait indétermination, désordre, mal. Mais les formes finies, claires et intelligibles constituent le […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] Radicalisant la critique husserlienne, Heidegger affirme, dans un cours donné en 1952 à l'université de Fribourg-en-Brisgau : « la science ne pense pas, et ne peut pas penser ; et c'est même là, ajoute-t-il, sa chance, je veux dire ce qui lui assure sa démarche propre et bien définie » ( Qu'appelle-t-on penser ? ). Revenant quelque temps après sur cette proposition, si choquante à première vue, le […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « La maîtrise de la durée »  : […] Toute action finaliste suppose le survol du temps aussi bien que de l'espace. Considérons d'abord le cas le plus complexe possible d'action finaliste, une action collective et conduite par des techniciens. Soit, par exemple, le débarquement sur la Lune. Les techniciens se portent, en pensée, vers le jour J, avec les moyens de réussite supposés réalisés. Par analyse, selon ce qu'impliquent les rap […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

  • Écrit par 
  • Françoise BURGELIN
  •  • 937 mots

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « tran […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 août 2022 Suisse. Lancement d'une initiative populaire sur la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Un comité d’élus de droite et de représentants du secteur économique lance une initiative populaire intitulée « De l’électricité pour tous en tout temps. Stop au black-out », qui vise à lever l’interdiction de construire de nouvelles centrales nucléaires dans le pays, adoptée par votation populaire en mai 2017, et à inscrire dans la Constitution que « toute forme de production d’électricité respectueuse du climat est autorisée ». […] Lire la suite

24-26 août 2022 France. Polémique sur le rôle de TotalEnergies dans la production de kérosène en Russie.

Dans un second temps, TotalEnergies annonce son intention de céder à Novatek la participation de 49 % qu’il détient dans l’entreprise Terneftegaz qui exploite le gisement de Termokarstovoye.  […] Lire la suite

1er-18 août 2022 Israël – Autorité palestinienne. Opération militaire israélienne contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza.

Dans le même temps, l’armée arrête une quarantaine de membres du Jihad islamique en Cisjordanie. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza avec le Jihad islamique, condamne l’opération israélienne, mais se tient à l’écart des combats. Le dernier conflit armé dans la bande Gaza remonte à mai 2021. Le 7, Israël et le Jihad islamique concluent un cessez-le-feu négocié grâce à une médiation égyptienne. […] Lire la suite

15 août 2022 Inde. Libération anticipée de meurtriers condamnés à la prison à vie.

Après que l’affaire avait été dans un premier temps classée sans suite, ceux-ci avaient été jugés pour des faits remontant à mars 2002, alors que le Gujarat, alors dirigé par Narendra Modi (BJP), était le théâtre des pires affrontements communautaires entre hindous et musulmans depuis la partition avec le Pakistan. L’affaire avait abouti grâce à la persévérance de l’une des victimes, Bilkis Bano. […] Lire la suite

1er-31 juillet 2022 Ukraine – Russie. Chute de la province de Louhansk et accord sur l'exportation de céréales.

Dans le même temps, Kiev annonce que ses contre-offensives dans les régions de Kharkiv, dans le nord-est, et de Kherson, dans le sud, progressent. Le 3 également, la ville russe de Belgorod, proche de la frontière ukrainienne, est la cible de violents bombardements qui font quatre morts et causent de nombreuses destructions. Les 4 et 5 se tient à Lugano (Tessin) une conférence internationale sur la reconstruction de l’Ukraine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé BARREAU, Olivier COSTA DE BEAUREGARD, « TEMPS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/