SHOAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En hébreu, shoah signifie catastrophe. Ce terme est de plus en plus employé, de préférence à holocauste, pour désigner l'extermination des juifs réalisée par le régime nazi. Il suggère un sentiment d'épouvante religieuse devant l'anéantissement qui fondit soudain sur des millions d'innocents. La persécution avait jusque-là accompagné l'existence du peuple juif ; elle prit avec le IIIe Reich une forme extrême, celle d'une entreprise d'annihilation qui devait faire disparaître à jamais un peuple de la face de la Terre.

Découverte des camps de concentration, 1945

Vidéo : Découverte des camps de concentration, 1945

En avril 1945, progressant vers Berlin, Américains et Britanniques libèrent les camps de concentration situés sur le territoire du Reich. Si leur existence était déjà connue, la découverte constitue un véritable choc. Fosses communes débordantes de cadavres, morts-vivants hébétés,... 

Crédits : National Archives

Afficher

Dans ses grandes lignes, l'événement est aujourd'hui l'objet d'une connaissance historique assurée, qui s'appuie sur des sources multiples : documents d'époque, nombreux et malgré tout lacunaires ; témoignages de survivants ; aveux circonstanciés d'exécutants devant les tribunaux, qu'il s'agisse des procès de Nuremberg au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de celui d'Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961 ou de gardiens de camps en Allemagne fédérale dans les années 1960 et 1970. Nous savons l'essentiel sur l'organisation du crime, les méthodes employées, le nombre approximatif des victimes. En raison de sa complexité et de sa monstruosité, la Shoah demeure toutefois pour l'historien un foyer d'interrogations. Les divergences d'évaluation sont visibles dès lors qu'il s'agit de reconstituer la genèse de l'événement, de définir les conditions qui en ont permis la réalisation ou d'apprécier sa place dans l'histoire. Enfin, par-delà ce qu'autorisent les moyens de l'investigation historique, la Shoah continue de lancer un défi à la conscience morale de l'humanité et en particulier à celle de l'Europe.

L'entreprise d'extermination

Rappelons au départ les traits majeurs du génocide et son bilan. L'entreprise d'extermination commença en 1941. Dans les années précédentes, les juifs avaient eu à subir discriminations et violences de la part du régime nazi. Plusieurs centaines de juifs allemands furent assassinés dans les mois qui suivirent la prise du pouvoir en 1933 et surtout lors du pogrom d'État connu sous le nom de Nuit de cristal (10 nov. 1938). Plusieurs milliers de juifs polonais furent exécutés sommairement au cours de la campagne de Pologne en septembre 1939 ; dans les deux années suivantes, des dizaines de milliers d'autres moururent par suite de leurs horribles conditions de vie dans les ghettos et les camps de travail forcé. Ces violences et ces morts, qui témoignent suffisamment de la haine profonde des nazis pour les juifs, ne s'inscrivaient pas, toutefois, dans un plan d'extermination.

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Vidéo : 1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Les théâtres d'opérations. Europe. Afrique du Nord. Pacifique.La Seconde Guerre mondiale découle des initiatives belliqueuses de l'Allemagne nazie et de l'impuissance des démocraties occidentales à juguler la montée des périls. En 1939, la Wehrmacht envahit la Tchécoslovaquie, tandis... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

C'est en 1941 que fut lancé le génocide à l'échelle européenne. On dispose à cet égard d'un document crucial, le procès-verbal de la fameuse conférence de Wannsee, qui se tint à Berlin le 20 janvier 1942. Selon le témoignage donné par Eichmann à Jérusalem, ce procès-verbal fut épuré ; tout ne devait pas apparaître de ce qui avait été dit, mais l'essentiel devait s'y trouver. Convoquée par Reinhard Heydrich, l'un des adjoints de Heinrich Himmler et le responsable direct de la police nazie, cette conférence réunissait les secrétaires d'État des principaux ministères. Himmler et Heydrich, sur qui reposait l'exécution du crime, avaient besoin de la coopération de l'administration allemande. La conférence aurait dû avoir lieu le 9 décembre 1941 ; les invitations avaient été lancées dès la fin de novembre. Au moment où Heydrich mettait au courant le cercle extérieur des participants, la décision était manifestement tombée depuis au moins deux ou trois mois.

La « solution finale de la question juive », présentée lors de cette conférence, concernait l'Europe entière. Les statistiques préparées par Eichmann incluaient même les juifs résidant dans des pays qui n'étaient pas occupés par le Reich, comme la Suisse ou le Portugal. Dans l'immédiat, ceux qui se trouvaient sous contrôle allemand devaient être déportés à l'Est. Le protocole demeure elliptique sur le sort qui les attendait ; il mentionne la mise au travail de ceux qui y seraient aptes et passe sous silence le sort des autres (enfants, vieillards, malades, infirmes). Il est facile, pourtant, de le connaître en considérant ce qui était prévu pour les juifs capables de travailler : il était indiqué qu'ils seraient exterminés par le travail intensif ; ceux qui survivraient devraient être tués pour empêcher toute renaissance du « danger juif ». Si même les juifs aptes au travail devaient en définitive disparaître, le sort des autres ne pouvait faire de doute. Que ce soit par mort immédiate ou par mort différée, tous les juifs disparaîtraient de l'Europe.

Le document ne dit rien sur la manière dont devait se faire cette « disparition », bien que l'on sache par le témoignage de Eichmann que la question fut très ouvertement discutée lors de la réunion. En pratique, deux méthodes furent utilisées : la fusillade et le gazage.

La méthode de la fusillade fut appliquée avant tout en Union soviétique, subsidiairement en Pologne et en Yougoslavie. L'extermination massive de juifs commença en U.R.S.S., dans le sillage de la campagne lancée le 22 juin 1941 par Adolf Hitler. Des unités de la police et de la S.S., les Einsatzgruppen, se livrèrent sur les arrières du front à des massacres d'hommes juifs, avant de s'en prendre à partir du mois d'août aux familles tout entières. Ces massacres se firent sous des formes d'une rare barbarie. Les victimes étaient amenées hors des agglomérations auprès de grandes fosses. Contraintes de se déshabiller et de faire la queue jusqu'au lieu d'exécution, il leur fallait s'agenouiller au bord de la fosse ou se coucher au fond du trou sur la rangée de victimes précédentes pour être tuées d'une balle dans la nuque ou dans la tête. Cette boucherie fit en tout au moins 1 million de morts.

La fusillade continua à être utilisée dans les années suivantes en Union soviétique, mais, dès l'automne de 1941, les nazis recoururent à la méthode du gazage, qui avait le triple avantage d'être plus efficace au vu du nombre des victimes, de pallier la tension psychique ressentie par les bourreaux et de mieux préserver le secret. Cette deuxième étape coïncida avec le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Découverte des camps de concentration, 1945

Découverte des camps de concentration, 1945
Crédits : National Archives

vidéo

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)

Camp de Birkenau-Auschwitz (Pologne)
Crédits : Insight Guides

photographie

Génocide cambodgien

Génocide cambodgien
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'Institut de hautes études internationales, Genève (Suisse)

Classification

Autres références

«  SHOAH  » est également traité dans :

L'HOLOCAUSTE DANS LA VIE AMÉRICAINE (P. Novick)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 1 150 mots

Les touristes ne manquent pas de visiter à Washington le United States Holocaust Memorial Museum inauguré par le président Clinton en 1993. Ils sont immédiatement plongés dans l'une des tragédies les plus épouvantables du xxe siècle. Ce qu'ils ne savent pas toujours, c'est que d'autres musées américains sont consacrés à l'Holocauste. Il y a là de quoi […] Lire la suite

LA MÉDECINE NAZIE ET SES VICTIMES (E. Klee)

  • Écrit par 
  • Marcela IACUB
  •  • 932 mots

Lorsque l'on entame la lecture du stimulant ouvrage d'Ernst Klee La Médecine nazie et ses victimes (traduit de l'allemand par Olivier Mannoni, Solin-Actes sud, 1999), on peut penser que l'objectif de l'auteur est de décrire l'implication des médecins allemands dans l'entreprise criminelle nazie. En effet, même si Ernst Klee n'anticipe pas cet objectif au début de l'ouvrage, tou […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réel n'est plus le rationnel : la fin des grands systèmes »  : […] L'énoncé de cette interrogation n'implique nullement de la part d'Adorno l'affirmation d'une philosophia perennis qui trouverait dans son statut de « reine des disciplines », ou dans la tradition, les fondements de sa permanence. Bien plutôt, Adorno part d'une antinomie qui installe la réflexion dans une tension insurmontable. Il convient de penser ensemble la liquidation de la philosophie et son […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La perspective de l'« État socialiste du peuple » (1981-1989) »  : […] Dans la perspective historique du marxisme, la République démocratique allemande s'attacha à « l'édification intégrale du socialisme » ( Vollendendung des Sozialismus ) qui la ferait accéder à « l'État socialiste du peuple » ( sozialistischer Volksstaat ) dont l'U.R.S.S. était l'exemple. À ce stade, « la totale unité politico-morale de tout le peuple » devait se substituer à la dictature du prol […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'ère nazie : 1933-1945 »  : […] La crise économique et politique qui secoue l'Europe après le krach de 1929 va encore aggraver la xénophobie et l'antisémitisme. L'année 1933 marque l'arrivée de Hitler au pouvoir et la mainmise de l'idéologie raciste nazie sur l'Allemagne . L'Europe de l'Est est secouée par l'essor de mouvements antisémites qu'on retrouvera collaborant activement à l'élimination physique des juifs pendant les ann […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Archéologie des conflits et des charniers »  : […] Toutes ces études innovantes posent évidemment le problème de la définition de l'archéologie, mais aussi de ses limites chronologiques. Le débat a été posé très concrètement en France au début des années 1990 à propos de l'écrivain Alain-Fournier, l'auteur du Grand Meaulnes , mort au front au début de la Première Guerre mondiale, à l'occasion de la fouille de sa tombe qui avait été localisée dans […] Lire la suite

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 220 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

BELZEC

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Le complexe de Belzec comprenait à la fois des camps de concentration et d'extermination. Il était installé autour du village du même nom, sur la ligne de chemin de fer Lublin-Lviv, dans la province de Lublin, alors en Pologne occupée par l'Allemagne. Dans le camp d'extermination, l'un des plus sinistres, les nazis massacrèrent au moins 600 000 juifs. Les nazis établirent le premier camp de tra […] Lire la suite

BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 100 mots

Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre exceptionnel, il fut détaché à la présidence du Consei […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 août 2021 Pologne. Adoption d'une loi mettant fin à la contestation des expropriations d'après-guerre.

Shoah est dénoncée par le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid comme « immorale et antisémite ». […] Lire la suite

21 février -4 mars 2019 France – Pologne. Perturbation d'un colloque sur l'histoire de la Shoah en Pologne.

Shoah ». Celui-ci est perturbé par une trentaine de personnes identifiées comme des nationalistes polonais proches du magazine d’extrême droite polonais Gazeta Polska. L’EHESS effectuera un signalement auprès du procureur de la République en raison des propos antisémites proférés par les perturbateurs et déposera plainte contre X au sujet des pressions […] Lire la suite

11-20 février 2019 France. Regain de l'antisémitisme.

Shoah, à Paris. Le 19 également, plusieurs dizaines de milliers de personnes se rassemblent dans les grandes villes, sur l’initiative du Parti socialiste, pour dénoncer l’antisémitisme. Le Premier ministre et une partie du gouvernement participent au rassemblement parisien place de la République. Les jours suivants, les actes antisémites se multiplient […] Lire la suite

27 juin - 5 juillet 2018 Pologne. Amendement de la loi mémorielle sur la Seconde Guerre mondiale.

Shoah était relativement rare ». Les partis religieux israéliens soutiennent cette prise de position. […] Lire la suite

1er juillet 2018 France. Entrée au Panthéon de Simone Veil.

Shoah, ministre de la Santé et présidente du Parlement européen. Lors de la cérémonie à laquelle assistent des milliers de personnes, le chef de l’État déclare : « Nous avons voulu que Simone Veil entre au Panthéon sans attendre que passent les générations, comme nous en avions pris l’habitude, [pour que] ses combats, sa dignité, son espérance restent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe BURRIN, « SHOAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/